Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adua et ses compagnes
Antonio Pietrangeli  mars 2018

Réalisé par Antonio Pietrangeli. Italie. Comédie dramatique. 1h46 (Sortie le 22 mars 2018 - 1ère sortie septembre 1960). Avec Simone Signoret, Sandra Milo, Emmanuelle Riva, Gina Rovere, Marcello Mastroianni, Claudio Gora, Gianrico Tedeschi et Duilio D'Amore.

Mort accidentellement à 49 ans, en 1968, Antonio Pietrangeli, scénariste et déjà auteur d'une douzaine de films, appartient à la génération de l'âge d'or de la comédie italienne. Mais sa disparition précoce a contribué à ce qu'on oublie de le citer parmi les maîtres du genre, avec Monicelli, Risi et Scola.

Pourtant, on s'en rend compte avec la reprise de plusieurs de ses films, il a porté un regard très fin sur les années cinquante et soixante et ses films constituent des documents précieux sur la reconstruction italienne et les premières années du miracle économique.

Ses personnages ne sont jamais poussés vers la caricature et surtout, il a mis la femme italienne au centre de sa comédie humaine. Conscient du machisme ambiant, il raconte le destin des femmes qui tentent d'exister, de forcer les règles établies pour gagner liberté et autonomie...

Dès son premier film, "Du soleil dans les yeux"(1953), il décrit le sort des bonnes venues des campagnes pour travailler dans les grandes villes italiennes en plein renouveau. Dix ans plus tard, dans "Je la connaissais si bien", il raconte le miroir aux alouettes qu'est Cinquantaine pour des jeunes filles rêveuses nourries de lectures sur les vedettes.

Mais son film le plus accompli reste "Adua et ses compagnes" (1960). On y suit le destin perdu d'avance de quatre prostituées livrées à la rue quand l'Italie moderne ferme à son tour les maisons-closes. Sorte de "Belle équipe" au féminin, les quatre mousquetaires décident d'utiliser leurs économies pour ouvrir un restaurant à la campagne, avec peut-être aussi la possibilité de discrètement poursuivre leurs activités précédentes.

Menées par une Simone Signoret qui trouve ici l'un de ses plus beaux rôles, à l'époque où l'on perçoit déjà une certaine fragilité dans sa beauté encore incontestable, elles vont rêver un moment à cette vie différente qu'elles entrevoient en cuisinant. Presque soixante ans après, "Adua et ses compagnes" d'Antonio Pietrangeli n'a pas perdu de son charme et n'a pas pris une ride.

Evidemment, le calvaire de la prostituée, vouée à l'asphalte mouillée dans une nuit pluvieuse, n'est pas le plus original des sujets. Mais comme Mizogushi dans "La Rue de la honte", ce qui révolte Pietrangeli c'est que l'injustice faite à ces filles de la nuit puisse perdurer, que rien ne change et que l'une des plus vieilles histoires du monde se régénère encore.

"Adua et ses compagnes" d'Antonio Pietrangeli raconte la saison éphémère dans la belle lumière transalpine qu'auront vécu celles qui sont promises à l'obscurité des recoins de portes et des chambres d'hôtel impersonnelles.

Aux côtés de Simone Signoret, Emmanuelle Riva juste après "Hiroshima, mon amour" et juste avant "Kapo" et "Léon Morin prêtre", trouve elle aussi un de ses meilleurs rôles.

Quant à Marcello Mastroianni, si son rôle de gigolo veule n'est pas ce qu'il y a de mieux dans le film, on est tout de même heureux de le voir donner la réplique à la grande Signoret.
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=