Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Notre innocence
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2018

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Wajdi Mouawad, avec Emmanuel Besnault, Maxence Bod, Mohamed Bouadla, Sarah Brannens, Théodora Breux, Hayet Darwich, Lucie Digout, Jade Fortineau, Julie Julien, Maxime Le Gac­Olanié, Hatice Özer, Lisa Perrio, Simon Rembado, Charles Segard­Noirclère, Paul Toucang, Étienne Lou, Mounia Zahzam, Yuriy Zavalnyouk, et en alternance Inès Combier, Aimée Mouawad et Céleste Segard.

 Pour ne pas passer 2 h 15 problématiques avec "Notre innocence", il faut tout d'abord accepter deux présupposés contenus dans la pièce de Wajdi Mouawad.

Premièrement, penser qu'il existe aujourd'hui "une" jeunesse (et a fortiori qu'elle soit en colère). Issu d'une époque où régnaient les "soixante-huitards" qui ont fait du "phénomène générationnel" leur crédo, Wajdi Mouawad croit visiblement qu'il y a une jeunesse 2018 et qu'elle peut être représentée par des apprentis comédiens issus des meilleures écoles françaises et québécoises.

Deuxièmement, accepter que ce soit la parole d'un dramaturge de cinquante ans qui sorte de la bouche de cette "génération 2018".

Ainsi "Notre innocence" est une construction imposée aux jeunes, même s'ils ont participé à son élaboration, et elle synthétise les aspirations d'une petite "caste" en rien représentative de la diversité des jeunesses occidentales.

Formellement, "Notre innocence" est un collage de moments très différents. La pièce commence par l'entrée en scène d'Hayet Darwich, l'éclatante comédienne de ""Scènes de violences conjugales" de Gérard Watkins.

Seule sur le plateau, elle explique la genèse du projet, raconte ses rencontres avec Wajdi Mouawad, et comment celui-ci voulait évoquer le suicide d'un condisciple quand il étudiait le théâtre à Montréal. L'idée centrale était de transposer ce suicide aujourd'hui avec des comédiens en formation au Conservatoire qui supposeraient que l'une d'entre eux, Victoire, s'est défenestrée.

Dans la seconde partie, les 18 jeunes gens sont sur scène et forment un choeur compact qui va scander sa haine de la société de consommation, de la "viande" au "Nutella", qui gronde contre la génération qui l'a précédée, contre le confort inconfortable dans lequel ils vivent, prisonniers de leurs portables et étouffés par la vacuité des idées qu'on leur insuffle.

Ces litanies psalmodiées avec conviction constituent le morceau de bravoure du spectacle (avec l'introspection collective qui, on le verra, suivra le suicide de Victoire). Evidemment, c'est fort, intense, spectaculaire, bien que ce choeur antique ait quelque chose d'un fourre-tout idéologique où seraient énumérés tous les maux de l'ultra-libéralisme et où l'on finirait par conclure que la guerre c'est mal et l'amour c'est formidable.

Avant d'en arriver à ce qu'on appellera le "moment Festen" de "Notre innocence", le choeur est suivi d'un moment de décompression, où les jeunes gens dansent façon hip-hop. La médiocrité du résultat renforce l'idée qu'ils ne sont pas "la" jeunesse en son entièreté... Il y a effectivement une autre jeunesse, moins dorée, dont le corps vibre et qui parle un autre langage qu'il s'appelle le rap ou le slam, et dont le contenu résonne plus fort que celui d'un simili choeur antique...

Mais après l'intermède hip-hop, vient le temps de l'introspection autour d'une longue table propice à une longue conversation cathartique. Car la mort de Victoire les perturbe (responsables ? coupables?), les interpelle sur le sens de la vie, etc...

Là encore, le savoir-faire de Wajdi Mouawad emporte la manche et laisse les sceptiques k.o. devant une telle avalanche d'arguments, un tel ping-pong d'idées qui nourrissent la discussion des jeunes gens, et permettent à chacun d'entre eux d'avoir sa tirade et d'exprimer ses qualités individuelles jusque là noyées dans le collectif.

Survient alors une dernière partie dans laquelle apparaît Alabama, la fille imaginaire de Victoire. Symbole de l'innocence de l'enfance, nécessaire pour recharger les batteries de cette jeunesse déjà condamnée au monde des adultes par les petites lâchetés évoquées pendant le "moment Festen".

Totalement déconnectée du récit fracturée que l'on vient d'assimiler, cette ultime séquence, très théorique, très explicative, affaiblit la cohérence du récit proposé. "Notre innocence" peine alors à convaincre rétrospectivement. Le manque d'unité du spectacle est criant.

Reste une grande énergie, une envie d'embraser ce sujet passionnant qu'est l'"état de jeunesse". Wajdi Mouawad y serait peut-être vraiment parvenu s'il n'avait pas souscrit au virus nocif distillé par les fameux "soixante-huitards" qui se sont auto-proclamés "génération" alors qu'ils ne représentaient qu'une partie de la partie étudiante de leur classe d'âge.

Aujourd'hui, comme hier, il n'y pas qu'une jeunesse qu'on pourrait aussi facilement synthétiser qu'elle l'est dans "Notre innocence".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=