Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Après la guerre
Annarita Zambrano  mars 2018

Réalisé par Annarita Zambrano. France/Italie. Drame. 1h32 (Sortie le 21 mars 2018). Avec Giuseppe Battiston, Charlotte Cétaire, Barbora Bobulova, Fabrizio Ferracane, Elisabetta Piccolomini, Marilyne Canto et Jean-Marc Barr.

"Après la guerre" d'Annarita Zambrano est sans doute le premier film italien consacré aux ex-activistes d'ultra-gauche des dites "années de plomb", qui, à la fin de leur lutte armée contre la démocratie chrétienne de l'ère Andreotti, s'étaient réfugiés en France dans les années 1980.

Bénéficiant de la "jurisprudence Mitterrand" stipulant qu'ils ne devaient pas avoir commis des crimes de sang, ils n'étaient pas été extradés vers leur pays d'origine. Mais, dans les années 2000, la doctrine Mitterrand est mise à mal par le duo Chirac-Sarkozy et Marco, un intellectuel italien réfugié en France, voit revenir le risque d'être reconduit en Italie et d'être emprisonné sans nouveau jugement.

Annarita Zambrano s'est peut-être inspirée de l'histoire de Cesare Battisti pour construire cette histoire en forme de tragédie grecque. Car Marco, veuf, s'occupe de sa fille unique, Viola, et devant du jour au lendemain quitter la vie qu'il menait depuis qu'il s'était réfugié en France, la contraint à le suivre dans sa fuite désormais éperdue.

"Après la guerre" d'Annarita Zambrano raconte une page occultée de l'Histoire contemporaine italienne. Se déroulant parallèlement en France et dans la famille italienne de Marco, de nouveau sur le grill à la suite d'un attentat qui a lieu à Bologne, le film démontre que les Italiens ont non seulement zappé cette période noire de leur histoire, mais l'ont réécrite à leur façon.

Ainsi ne reste en mémoire que le terrorisme d'origine d'extrême-gauche, et il n'est pas mis en perspective avec les attentats très sanglants des néo-fascistes.

Pour son premier long-métrage, Annarita Zambrano réussit particulièrement à bien caractériser ses personnages, qu'il s'agisse de la famille italienne de Marco, et surtout du portrait de cet homme corpulent, pataud qu'on imagine mal en ancien brigadiste, et de celui de sa fille, partagée entre ses sentiments pour lui et sa colère de devoir changer sa vie pour le suivre dans une aventure qui ne la concerne pas. La jeune Charlotte Cétaire est de bout en bout convaincante, à l'image de Giuseppe Battiston, rattrapé par son passé.

Sans doute "Après la guerre" d'Annarita Zambrano nécessitera quelques explications liminaires pour les jeunes générations qui n'ont pas eu vent qu'avant la fin du bloc communiste et l'ère Berlusconi, l'Italie a connu une période de turbulences, étant le maillon faible du système occidental et l'enjeu de manœuvres bien compliquées qui prenaient des formes violentes pas toujours très claires.

Si l'on ne s'en tient qu'à l'histoire racontée, elle peut se suivre sans vraiment se préoccuper du contexte et être vue du point de vue "innocent" de Viola, la joueuse de handball battante, qui va voir sa vie bouleversée pour des raisons occultes indépendantes de sa volonté.

Le titre du film est bien choisi et l'on comprend pourquoi tant de gens aujourd'hui encore sont les victimes collatérales de guerres pourtant objectivement lointaines. Car cet après-guerre n'est pas simplement celui de la guérilla des "années de plomb" mais celui de la seconde guerre mondiale.

"Après la guerre" d'Annarita Zambrano rappelle aux Italiens qu'il leur faut se confronter avec leur Histoire, qu'ils ne doivent pas se laisser endormir par les discours formatés de ceux qui ont envie de leur faire croire que tout cela n'a plus d'importance...

La fin portée par Charlotte Cétaire sonne comme un message porteur d'avenir. Elle, elle n'oubliera pas...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=