Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce B. Traven
Nouveau Théâtre de Montreuil  (Montreuil)  mars 2018

Spectacle écrit et mis en scène par Frédéric Sonntag, avec Simon Bellouard, Julien Breda, Romain Darrieu, Amandine Dewasmes, Florent Guyot, Sabine Moindrot, Malou Rivoallan, Fleur Sulmont, Paul Levis et Gonzague Octaville.

Avec la Compagnie AsaNIsiMAsa, dédiée à l'exploration de l'histoire du 20ème siècle et des mythologies de la culture pop, dont il est le fondateur, Frédéric Sonntag a entrepris en 2013 l'élaboration d'une "Trilogie fantôme" articulée autour d'un personnage, réel ou fictif, dont l'identité, réelle ou fictive, demeure incertaine et toujours énigmatique utilisé comme "macguffin" à la manière hitchcockienne.

Ce personnage-arlésienne constitue le point d'ancrage autour duquel s'articule, sous obédience cinéphilique, une narration échevelée, à la manière feuilletonesque qui a fait le succès du "Porteur d'Histoire" de Alexis Michalik, au soutien d'un opus théâtral hybride ressortant au théâtre néo-dramatique résultant du télescopage du dramatique, du documentaire et du narratif et sous une forme qui emprunte à plusieurs sous-genres du roman policier et notamment le roman noir.

Et sont abordées les mêmes thématiques récurrentes telles la fonction du récit, le concept d'identité, la fonction du masque, l'impact historiciste des mythes contemporains, la manipulation des masses, la critique du capitalisme, l'antiaméricanisme et le désenchantement des générations post-soixante-huitardes qui rêvent de faire la révolution en sachant qu'elles ne la feront jamais que sous forme confortable du simulacre.

Après "George Kaplan" qui opère une mise en perspective entre une cellule activiste clandestine, un groupe de scénaristes de télévision et un quintet d'éminences grises au coeur du pouvoir politique et "Benjamin Walter", "roadtrip musical et littéraire" à travers l’Europe à la recherche d'un jeune écrivain, avatar mystérieux du vrai philosophe et critique Walter Benjamin, Frédéric Sonntag clôt la trilogie avec "B. Traven" qui en reprend l'essentiel de la structure.

Cet opus s'articule autour du nom de plume d'un écrivain sans visage et aux multiples hétéronymes cultivant le mystère quant à son identité réelle, auteur de nombreux romans dont le fameux "Trésor de la Sierra Madre" transposé au cinéma par John Huston, qui apparaît au Mexique en 1924, pays qui va constituer le point de convergence, nonobstant les différences de temporalités, de nombreux itinéraires individuels.

A commencer par celui de la fille du fameux scénariste Dalton Trumbo, qui fut condamné à l'exil au Mexique durant les années maccarthystes, qui, à la recherche d'un scoop, mène une enquête journalistique pour démasquer le vrai B. Traven.

Sur toile de fond mexicaine, de la Révolution à la barrière Etats-Unis-Mexique, la partition passe, entre autres, par le culte de la "lucha libre”, le catch mexicain dont le héros ultime, El Santo, refusait de quitter son masque d'argent qui inspire un groupuscule et évoque les protagonistes du groupe trash berlinois Rock’n’Roll Wrestling Bash, le fiasco d'un collectif culturel de squat dans les années 1990 et l'aliénation sociale des individus sous l'emprise du consumérisme et la stratégie politique reposant sur la version moderne "Funk-food et télévision" de la locution antique "Du pain et des jeux".

Dans une scénographie de Marc Lainé évoquant la configuration des anciennes salles de cinéma avec scène et rideau et sur une création musicale de Paul Levis qui accompagne et surligne la partition textuelle à l'instar d'une bande-son, Frédéric Sonntag opère une mise en scène cinétique à la manière du fondu enchaîné et dirige une épatante troupe de comédiens.

Rompus à l'exercice tant du multi-rôles que du changement de registre et à l'enchainement aussi rapide que fluide des scènes qui soutiennent la coexistence de la situation dramatique et de la fiction intra-théâtrale, Simon Bellouard, Julien Breda, Romain Darrieu, Amandine Dewasmes, Florent Guyot, Sabine Moindrot, Malou Rivoallan, Fleur Sulmont, Paul Levis et Gonzague Octaville entraînent le spectateur dans une passionnante épopée réflexive.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=