Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Révolte
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mars 2018

Drame d'Auguste de Villiers d'Isle-Adam, mise en scène Charles Tordjman, avec Julie-Marie Parmentier et Olivier Cruveiller.

"La Révolte" est une pièce en un acte écrite en 1870 par Auguste Villiers de l'Isle-Adam qui reste à la postérité pour ses "Contes Cruels" qui en font un auteur "fin de siècle" de première importance, à l'image d'Octave Mirbeau.

La comparaison avec le dramaturge des "Affaires sont les affaires" n'est pas vaine puisqu'on retrouve chez les deux auteurs le même ton incisif, la même dénonciation d'une bourgeoisie cupide qui a pris les rênes de la société de la troisième république naissante.

On note un regain d'intérêt pour "La Révolte" et la version que propose et met en scène Charles Tordjman est la troisième après celle de Marc Paquien* en 2015 et celle de Salomé Broussky** en 2017.

Ce qui frappe, c'est que la différence dans les propositions faites tient principalement à l'âge des deux protagonistes : chez Marc Paquien, les deux comédiens ont dépassé la quarantaine, chez Salomé Broussky, ils sont plutôt des trentenaires et pour Charles Tordjman, la pièce est une opposition entre une femme assez jeune, Elisabeth (Julie-Marie Parmentier) et un mari plus âgé (Olivier Cruveiller).

Autre parti pris de cette nouvelle version, les deux comédiens n'évoluent pas dans un décor d'époque, mais dans un cadre blanc teinté de bleu conçu par Vincent Tordjman, un cadre très elliptique puisque, par exemple, Elisabeth n'écrit pas sur une table les comptes interminables qui en font la bête de somme de son époux, mais sur une structure blanche qui participe à la coupure de la scène en deux espaces.

Pareillement, les lumières de Christian Pinaud ne contribuent pas à la pénombre qu'on imaginait plutôt être le lot de ces deux bourgeois enfermés dans une grande maison où l'on économise sur les bougies.

Au contraire, tout est fait pour que Julie-Marie Parmentier apparaisse dans une extrême blancheur, comme si elle était encore vierge, avec des traits contrastant avec la robe sombre, très second empire dont elle est revêtue.

Ce n'est donc pas l'austérité imaginée qui caractérise l'ambiance de cette "Révolte". Olivier Cruveiller campe un mari beaucoup moins obtus que celui composé par Hervé Briaux face à Anouk Grinberg. On a même l'impression qu'il joue au second degré quand il prononce des paroles odieusement sexistes sur sa femme alors qu'elles ne sont que le reflet de la vision "naturelle" de la femme par l'homme de 1870.

Cela change tout et la colère de son épouse ne paraît pas un surgissement inattendue mais un long processus ruminé à force d'humiliations qu'elle a ressenties au cours des jours laborieux où elle s'exténue, seulement bercée par les paroles insipides de son mari.

Sans doute, Julie-Marie Parmentier conçoit-elle son personnage de manière trop monolithique et l'on pourrait penser qu'elle le fera évoluer vers plus de fragilité. Mais elle emporte la conviction, le menton volontaire, et on sait qu'elle va désormais défendre bec et ongles un texte largement en avance sur un temps où la femme n'était encore pas dotée des attributs complets de la personnalité juridique.

Qu'un auteur ait pu, il y a cent cinquante ans, porter avec autant de justesse la parole féminine et la synthétiser dans le cri de révolte d'une femme tient presque de l'improbable. Villiers de l'Isle-Adam l'a pourtant fait et l'on comprend pourquoi cette pièce est d'une modernité étonnante.

La proposition qu'en tire Charles Tordjman est passionnante parce qu'elle ouvre une discussion toujours en cours.

 
* "La révolte" mes Marc Paquien
** "La Révolte" mes Salomé Broussky

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=