Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Révolte
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mars 2018

Drame d'Auguste de Villiers d'Isle-Adam, mise en scène Charles Tordjman, avec Julie-Marie Parmentier et Olivier Cruveiller.

"La Révolte" est une pièce en un acte écrite en 1870 par Auguste Villiers de l'Isle-Adam qui reste à la postérité pour ses "Contes Cruels" qui en font un auteur "fin de siècle" de première importance, à l'image d'Octave Mirbeau.

La comparaison avec le dramaturge des "Affaires sont les affaires" n'est pas vaine puisqu'on retrouve chez les deux auteurs le même ton incisif, la même dénonciation d'une bourgeoisie cupide qui a pris les rênes de la société de la troisième république naissante.

On note un regain d'intérêt pour "La Révolte" et la version que propose et met en scène Charles Tordjman est la troisième après celle de Marc Paquien* en 2015 et celle de Salomé Broussky** en 2017.

Ce qui frappe, c'est que la différence dans les propositions faites tient principalement à l'âge des deux protagonistes : chez Marc Paquien, les deux comédiens ont dépassé la quarantaine, chez Salomé Broussky, ils sont plutôt des trentenaires et pour Charles Tordjman, la pièce est une opposition entre une femme assez jeune, Elisabeth (Julie-Marie Parmentier) et un mari plus âgé (Olivier Cruveiller).

Autre parti pris de cette nouvelle version, les deux comédiens n'évoluent pas dans un décor d'époque, mais dans un cadre blanc teinté de bleu conçu par Vincent Tordjman, un cadre très elliptique puisque, par exemple, Elisabeth n'écrit pas sur une table les comptes interminables qui en font la bête de somme de son époux, mais sur une structure blanche qui participe à la coupure de la scène en deux espaces.

Pareillement, les lumières de Christian Pinaud ne contribuent pas à la pénombre qu'on imaginait plutôt être le lot de ces deux bourgeois enfermés dans une grande maison où l'on économise sur les bougies.

Au contraire, tout est fait pour que Julie-Marie Parmentier apparaisse dans une extrême blancheur, comme si elle était encore vierge, avec des traits contrastant avec la robe sombre, très second empire dont elle est revêtue.

Ce n'est donc pas l'austérité imaginée qui caractérise l'ambiance de cette "Révolte". Olivier Cruveiller campe un mari beaucoup moins obtus que celui composé par Hervé Briaux face à Anouk Grinberg. On a même l'impression qu'il joue au second degré quand il prononce des paroles odieusement sexistes sur sa femme alors qu'elles ne sont que le reflet de la vision "naturelle" de la femme par l'homme de 1870.

Cela change tout et la colère de son épouse ne paraît pas un surgissement inattendue mais un long processus ruminé à force d'humiliations qu'elle a ressenties au cours des jours laborieux où elle s'exténue, seulement bercée par les paroles insipides de son mari.

Sans doute, Julie-Marie Parmentier conçoit-elle son personnage de manière trop monolithique et l'on pourrait penser qu'elle le fera évoluer vers plus de fragilité. Mais elle emporte la conviction, le menton volontaire, et on sait qu'elle va désormais défendre bec et ongles un texte largement en avance sur un temps où la femme n'était encore pas dotée des attributs complets de la personnalité juridique.

Qu'un auteur ait pu, il y a cent cinquante ans, porter avec autant de justesse la parole féminine et la synthétiser dans le cri de révolte d'une femme tient presque de l'improbable. Villiers de l'Isle-Adam l'a pourtant fait et l'on comprend pourquoi cette pièce est d'une modernité étonnante.

La proposition qu'en tire Charles Tordjman est passionnante parce qu'elle ouvre une discussion toujours en cours.

 
* "La révolte" mes Marc Paquien
** "La Révolte" mes Salomé Broussky

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=