Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Révolte
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mars 2018

Drame d'Auguste de Villiers d'Isle-Adam, mise en scène Charles Tordjman, avec Julie-Marie Parmentier et Olivier Cruveiller.

"La Révolte" est une pièce en un acte écrite en 1870 par Auguste Villiers de l'Isle-Adam qui reste à la postérité pour ses "Contes Cruels" qui en font un auteur "fin de siècle" de première importance, à l'image d'Octave Mirbeau.

La comparaison avec le dramaturge des "Affaires sont les affaires" n'est pas vaine puisqu'on retrouve chez les deux auteurs le même ton incisif, la même dénonciation d'une bourgeoisie cupide qui a pris les rênes de la société de la troisième république naissante.

On note un regain d'intérêt pour "La Révolte" et la version que propose et met en scène Charles Tordjman est la troisième après celle de Marc Paquien* en 2015 et celle de Salomé Broussky** en 2017.

Ce qui frappe, c'est que la différence dans les propositions faites tient principalement à l'âge des deux protagonistes : chez Marc Paquien, les deux comédiens ont dépassé la quarantaine, chez Salomé Broussky, ils sont plutôt des trentenaires et pour Charles Tordjman, la pièce est une opposition entre une femme assez jeune, Elisabeth (Julie-Marie Parmentier) et un mari plus âgé (Olivier Cruveiller).

Autre parti pris de cette nouvelle version, les deux comédiens n'évoluent pas dans un décor d'époque, mais dans un cadre blanc teinté de bleu conçu par Vincent Tordjman, un cadre très elliptique puisque, par exemple, Elisabeth n'écrit pas sur une table les comptes interminables qui en font la bête de somme de son époux, mais sur une structure blanche qui participe à la coupure de la scène en deux espaces.

Pareillement, les lumières de Christian Pinaud ne contribuent pas à la pénombre qu'on imaginait plutôt être le lot de ces deux bourgeois enfermés dans une grande maison où l'on économise sur les bougies.

Au contraire, tout est fait pour que Julie-Marie Parmentier apparaisse dans une extrême blancheur, comme si elle était encore vierge, avec des traits contrastant avec la robe sombre, très second empire dont elle est revêtue.

Ce n'est donc pas l'austérité imaginée qui caractérise l'ambiance de cette "Révolte". Olivier Cruveiller campe un mari beaucoup moins obtus que celui composé par Hervé Briaux face à Anouk Grinberg. On a même l'impression qu'il joue au second degré quand il prononce des paroles odieusement sexistes sur sa femme alors qu'elles ne sont que le reflet de la vision "naturelle" de la femme par l'homme de 1870.

Cela change tout et la colère de son épouse ne paraît pas un surgissement inattendue mais un long processus ruminé à force d'humiliations qu'elle a ressenties au cours des jours laborieux où elle s'exténue, seulement bercée par les paroles insipides de son mari.

Sans doute, Julie-Marie Parmentier conçoit-elle son personnage de manière trop monolithique et l'on pourrait penser qu'elle le fera évoluer vers plus de fragilité. Mais elle emporte la conviction, le menton volontaire, et on sait qu'elle va désormais défendre bec et ongles un texte largement en avance sur un temps où la femme n'était encore pas dotée des attributs complets de la personnalité juridique.

Qu'un auteur ait pu, il y a cent cinquante ans, porter avec autant de justesse la parole féminine et la synthétiser dans le cri de révolte d'une femme tient presque de l'improbable. Villiers de l'Isle-Adam l'a pourtant fait et l'on comprend pourquoi cette pièce est d'une modernité étonnante.

La proposition qu'en tire Charles Tordjman est passionnante parce qu'elle ouvre une discussion toujours en cours.

 
* "La révolte" mes Marc Paquien
** "La Révolte" mes Salomé Broussky

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=