Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Révolte
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mars 2018

Drame d'Auguste de Villiers d'Isle-Adam, mise en scène Charles Tordjman, avec Julie-Marie Parmentier et Olivier Cruveiller.

"La Révolte" est une pièce en un acte écrite en 1870 par Auguste Villiers de l'Isle-Adam qui reste à la postérité pour ses "Contes Cruels" qui en font un auteur "fin de siècle" de première importance, à l'image d'Octave Mirbeau.

La comparaison avec le dramaturge des "Affaires sont les affaires" n'est pas vaine puisqu'on retrouve chez les deux auteurs le même ton incisif, la même dénonciation d'une bourgeoisie cupide qui a pris les rênes de la société de la troisième république naissante.

On note un regain d'intérêt pour "La Révolte" et la version que propose et met en scène Charles Tordjman est la troisième après celle de Marc Paquien* en 2015 et celle de Salomé Broussky** en 2017.

Ce qui frappe, c'est que la différence dans les propositions faites tient principalement à l'âge des deux protagonistes : chez Marc Paquien, les deux comédiens ont dépassé la quarantaine, chez Salomé Broussky, ils sont plutôt des trentenaires et pour Charles Tordjman, la pièce est une opposition entre une femme assez jeune, Elisabeth (Julie-Marie Parmentier) et un mari plus âgé (Olivier Cruveiller).

Autre parti pris de cette nouvelle version, les deux comédiens n'évoluent pas dans un décor d'époque, mais dans un cadre blanc teinté de bleu conçu par Vincent Tordjman, un cadre très elliptique puisque, par exemple, Elisabeth n'écrit pas sur une table les comptes interminables qui en font la bête de somme de son époux, mais sur une structure blanche qui participe à la coupure de la scène en deux espaces.

Pareillement, les lumières de Christian Pinaud ne contribuent pas à la pénombre qu'on imaginait plutôt être le lot de ces deux bourgeois enfermés dans une grande maison où l'on économise sur les bougies.

Au contraire, tout est fait pour que Julie-Marie Parmentier apparaisse dans une extrême blancheur, comme si elle était encore vierge, avec des traits contrastant avec la robe sombre, très second empire dont elle est revêtue.

Ce n'est donc pas l'austérité imaginée qui caractérise l'ambiance de cette "Révolte". Olivier Cruveiller campe un mari beaucoup moins obtus que celui composé par Hervé Briaux face à Anouk Grinberg. On a même l'impression qu'il joue au second degré quand il prononce des paroles odieusement sexistes sur sa femme alors qu'elles ne sont que le reflet de la vision "naturelle" de la femme par l'homme de 1870.

Cela change tout et la colère de son épouse ne paraît pas un surgissement inattendue mais un long processus ruminé à force d'humiliations qu'elle a ressenties au cours des jours laborieux où elle s'exténue, seulement bercée par les paroles insipides de son mari.

Sans doute, Julie-Marie Parmentier conçoit-elle son personnage de manière trop monolithique et l'on pourrait penser qu'elle le fera évoluer vers plus de fragilité. Mais elle emporte la conviction, le menton volontaire, et on sait qu'elle va désormais défendre bec et ongles un texte largement en avance sur un temps où la femme n'était encore pas dotée des attributs complets de la personnalité juridique.

Qu'un auteur ait pu, il y a cent cinquante ans, porter avec autant de justesse la parole féminine et la synthétiser dans le cri de révolte d'une femme tient presque de l'improbable. Villiers de l'Isle-Adam l'a pourtant fait et l'on comprend pourquoi cette pièce est d'une modernité étonnante.

La proposition qu'en tire Charles Tordjman est passionnante parce qu'elle ouvre une discussion toujours en cours.

 
* "La révolte" mes Marc Paquien
** "La Révolte" mes Salomé Broussky

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=