Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J.C. Satàn
Centaur Desire  (Born Bad Records)  mars 2018

Qui a dit qu’en France, on ne parvenait pas à faire du rock ? Bon, c’est vrai. Les groupes rock français qui chantent en français sont rares, et rarement très bons (je n’ai pas dit jamais). Par contre, dès qu’il s’agit d’envoyer du lourd dans la langue de Mr Bean, les bons groupes sont tout de même bien plus nombreux.

J.C. Satàn, tête d’affiche bordelaise, nous revient avec un cinquième disque fracassant. Cet opus se prend à développer un son de groupe déjà pourtant bien dense. Mais si la production est travaillée avec plus de soins encore que sur leur précédent album, ils n’en deviennent pas pour autant un groupe lisse à tubes mal digérés. Au contraire, leur musique a gagné en épaisseur.

Tout d’abord, l’arrivée d’un batteur à la place des machines donne une allure plus chaleureuse à cette musique. Dès le début du disque, le ton est donné avec des fûts maltraités à vive allure, et un riff à l’efficacité redoutable, fait de concision et de mordant. Le groupe déroule alors un rock nerveux où se croisent de multiples influences. La batterie, puis le piano ouvrent l’album, comme pour annoncer les couleurs. On a mis du contraste et de la chaleur dans la maison, ce qui n’est pas pour autant synonyme de facilité.

Tendu, nerveux et colossal. Voilà à quoi ressemble le son de J.C. Satàn en 2018. Rock roboratif aux accointances psychédéliques, les mélodies sont néanmoins accrocheuses, dès le répétitif "I Won’t come back" articulé en deux actes, avec sa mélodie entêtante et pénétrante. Les voix semblent moins portées sur le brutal, l’incisif. Il ne s’agit pas de conter des bluettes, mais bien de rendre le discours intelligible, avec un sens mélodique qui louvoie au travers d’influences variées allant des années 60 à nos jours avec des influences reconnaissables sans être claquées.

La chanson titre dégaine un riff imparable qui lui aussi vous traverse et ne se décolle plus. Le duo vocal fonctionne à merveille, ne perchant pas les harmonies en haut des vertiges techniques, mais bien à l’unisson d’une forme de brutalité naturelle. Les effets qui leur sont ajoutés, ne le sont que pour rentrer dans le lard de l’auditeur, à plusieurs reprises malmenés.

Pourtant, J.C. Satàn est suffisamment roublard pour ne pas se laisser aller à la facilité d’une musique rouleau compresseur, instaurant ici ou là des breaks inattendus, aux arrangements tout aussi surprenants (cette guitare folk qui déboule de nulle part pour repartir aussitôt). Le traitement des guitares s’avère aussi ici une pièce maîtresse de l’œuvre. "Erika" vous convie au pays du psyché, allant même jusqu’à évoquer Syd Barrett par touches kaléidoscopiques, avant que le solo de guitare ne vous perce la cuirasse, vous posant alors la question : Est-ce que Black et Santiago (voire Deal sur certaines parties vocales) ont pris les manettes de la production ?

L’assaut est permanent, les riffs lourds alternent avec les ambiances plus explicitement psychédéliques. J.C. Satàn possède cette fine faculté de brasser ces influences dans des arrangements beaucoup plus subtils qu’il n’y paraît. Une simple écoute ne peut suffire pour en percevoir les contours, à l’instar de cette rythmique presque folk qui amène à la "Communion". Le disque s’enfonce peu à peu dans le tumultueux, dans une terre sauvage mais marécageuse, où les ombres dansent, et vous enlacent. Les ambiances oppressantes se multiplient et la musique du groupe ne lâche rien. Certes, il existe des appels d’air furtifs, comme ce break aux allures de valse sur "The road", mais bien vite la course reprend jusqu’à perdre haleine.

Qu’il est bon alors de constater que la scène française ne se porte pas plus mal qu’il y a dix ans et que, si rien ne bouge en surface, sous la glace de l’iceberg que représente la pop-rock, la chaleur de l’enfer rougeoie encore et vous colle le feu aux trousses avec classe et ingéniosité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de J.C. Satàn
Le Bandcamp de J.C. Satàn
Le Soundcloud de J.C. Satàn
Le Facebook de J.C. Satàn


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=