Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le journal de ma disparition
Camilla Grebe  (Editions Calmann-Lévy)  mars 2018

Camilla Grebe est de retour, pour notre plus grand plaisir, un an après l’avoir découverte avec son premier polar écrit en solo, Un cri sous la glace, qui avait connu rapidement un vif succès amplement mérité. Vient le temps maintenant du second livre, souvent le plus compliqué, car il est évidemment attendu par de nombreux lecteurs qui entendent confirmer l’excellente découverte du précédent opus.

Couverture du livre soignée et intrigante, comme l’était déjà celle d’Un cri sous la glace, bandeau du prix du meilleur polar suédois, tout est fait pour nous donner une immense envie de se plonger dans Le journal de ma disparition. Ce que j’ai fait, et bien mal m’en a pris, je n’ai pas regretté ce choix et je dois même avouer que j’ai dévoré ce livre en un peu plus de deux jours. Même plaisir de lecture que pour le précédent livre, Le journal de ma disparition est tout simplement génial, confirmant que Camilla Grebe fait partie de ces auteurs de polar que je vais continuer à suivre mais aussi à conseiller aux amateurs de polars.

Reste l’histoire, excellente, l’intrigue, très bien menée, l’écriture de l’auteur, fluide, idéale pour la lecture, les personnages, attachants et complexes à la fois et les rebondissements enfin, nombreux et disséminés au fil du livre pour aboutir à une fin que l’on ne devinait pas. Alors voilà, cela peut paraître simple de faire un bon polar si on y utilise les bons ingrédients. C’est ce que réussit avec brio Camilla Grebe dans ce livre.

Il y a un peu moins de dix ans, une jeune adolescente, Malin, découvrait une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, petite ville suédoise isolée. Jamais identifiée, cette fillette laissait une affaire criminelle non élucidée. Devenue depuis une jeune policière ambitieuse, Malin se retrouve affectée auprès de Hanne, une experte du profilage et de l’inspecteur Peter. Les trois ont décidé de reprendre l’affaire pour retrouver le meurtrier. Un jour, Peter disparaît, sans aucune raison, et le lendemain, on retrouve Hanne blessée et hagarde dans la forêt. Le seul témoin est un jeune garçon, Jake, qui a l’habitude de traîner seul dans les bois la nuit. Sans le dire à personne, il a récupéré le journal de bord qu’Hanne a perdu et qu’elle recherche. Dans ce journal de bord, Hanne décrit ses journées avec Peter et leur enquête. Le jeune garçon, fasciné se met à le lire.

Malin se retrouve seule à mener l’enquête, elle est rapidement appelée sur les lieux du premier crime car une nouvelle victime vient d’être découverte. L’enquête se complique laissant penser que tous ces faits pourraient bien être tragiquement liés.

Camilla Grebe construit son livre sur des chapitres courts où elle donne la parole alternativement à Malin, Jake et dans une moindre mesure à Hanne. Evidemment, ces trois voix s’entrecroisent avec Brio. On suit Malin dans son enquête, Jake qui lit le journal de Bord d’Hanne qui, elle, complètement hagarde cherche à se souvenir et à comprendre ce qui lui est arrivée tout en se demandant où est son journal de bord.

Au fur et à mesure du livre, l’intrigue se démêle progressivement, au travers de secret de chacun et des investigations de Malin et de Jake qui ne fait, au final, pas que lire le journal de bord de Hanne. La tension monte, petit à petit, les intrigues s’entrelacent sans jamais nous perdre et on débouche sur une fin à couper le souffle.

Le journal de ma disparition est donc un polar qui se déguste avec délectation, une vraie réussite aussi et enfin, une véritable confirmation du talent que possède Camilla Grebe pour nous embarquer dans ses histoires de meurtres.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "L'ombre de la baleine" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Camilla Grebe


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=