Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tous mes rêves partent de la Gare d'Austerlitz
Studio Théâtre de Stains  (Satins)  mars 2018

Comédie dramatique de Mohamed Kacimi, mise en scène de Marjorie Nakache, avec Jamila Aznague, Gabrielle Cohen, Olga Grumberg, Marjorie Nakache, Marina Pastor et Irène Voyatzis.

Fort de l'expérience acquise lors des ateliers d'écriture menés à la maison d’arrêt des femmes de Fleury-Mérogis, le dramaturge Mohamed Kacimi a composé une superbe partition sur la sororité et la volonté de (sur)vivre des femmes incarcérées sans être laminées tant par l'enfermement que par l'institution carcérale.

Comme pour "Babylon City" sur le théme du racisme ordinaire écrit dans le même cadre de commande de Marjorie Nakache, directrice artistique du Studio Théâtre de Stains, et même si, en filigrane, sont évoqués des sujets tels ceux de la maternité et de la camisole chimique, Mohamed Kacimi ne traite pas du fond, que ce soit de la théorie pénologique ou du paradoxe pénitentiaire, mais de l'humain.

En effet, il indique dans sa note d'intention que "cette pièce se veut un hommage à ces femmes recluses, enfermées dans la plus haute des solitudes, souvent, trop souvent même, victimes de la violence des hommes, et qui, privées de tout, parviennent tout de même à réinventer un monde où elles jouent à ne manquer ni de liberté ni d’humanité".

Avec "Tous mes rêves partent de Gare d’Austerlitz", il propose donc un focus sur un petit groupe de femmes qui a élaboré une stratégie de résistance d'autant plus nécessaire que, reléguées du monde des vivants, elles sont oubliées de leur proches.

Un petit groupe particulier, composé de femmes adultes qui ne viennent ni de classes défavorisées ni d'une sociabilité délinquante dont le "crime" ne ressort pas à l'adolescence transgressive, à une sociabilité transgressive ou au grand banditisme.

En retraçant leurs angoisses, leurs peurs, leurs confidences et leurs espoirs informulés, Mohamed Kacimi traite sans diatribe polémiste de la discrimination sexiste, du machisme, de l'inégalité, de la violence et de la religion.

Ainsi Barbara, Rosa, Marylou, Zélie et Lily se retrouvent le soir de Noël à la bibliothèque devenue la bulle dans laquelle elles ont aménagé un espace de vie, de catharsis et de liberté qui passe par la parole, la lecture et le jeu, quasiment au sens de l'illusion théâtrale, pour faire semblant d'exister encore, pour exister peut-être encore demain.

Dans le décor sobre de Jean Michel Adam, deux tables-étagères de bibliothèque, seules les lumières de Lauriano De La Rosa et le bruit assourdissant des verrous signifient la prison, Marjorie Nakache, également au jeu dans le rôle fédérateur de la bibliothécaire, assure une mise en scène au cordeau de l'humanité, de l'émotion et de l'humour aussi qui twiste une partition qui use de différents registres, du drame au cocasse.

Elle est entourée de comédiennes aguerries, Olga Grumberg et Marina Pastor, et de jeunes pousses plus que prometteuses - Irène Voyatzis (celle qui est encore bloquée dans le traumatisme de la situation criminogène), Jamila Aznague (la warrior) et Gabrielle Cohen (la "rêveuse" du titre) - qui, avec elle, dispensent un percutant opus en forme d'uppercut qui va droit au coeur.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=