Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mademoiselle Chambon
Aktéon Théâtre  (Paris)  mars 2018

Comédie dramatique d'après le roman éponyme de Eric Holder, mise en scène de Alain Prioul, avec Yves Buchin, Corinne Debeaux et Olivia Machon.

Trois personnages. Trois chaises. Chacun son tour est dans la lumière pour réciter un extrait de "Mademoiselle Chambon", le roman d'Eric Holder. Un roman très représentatif de l'école "Minuit" des années 1980, au même titre que les œuvres de Christian Oster et de Jean-Philippe Toussaint : écriture "blanche", apologie de la banalité, économie de mots et d'action.

A les lire, ces romans peuvent paraître sans intérêt, sans réelle profondeur. En ce qui concerne Eric Holder, certains ricanaient même de le voir associer à Vincent Delerm, dans sa célèbre chanson, "Fanny Ardant et moi" : "Elle est posée sur l'étagère, entre un bouquin d'Eric Holder," un chandelier blanc Ikea et une carte postale de Maria".

Mais l'adaptation théâtrale de "Mademoiselle Chambon" que propose Alain Prioul devrait faire s'effacer bien des sourires condescendants : la petite musique d'Eric Holder n'y est pas une ritournelle qui tourne à vide. En passant une heure parmi ses mots, en compagnie d'un trio d'acteurs d'une sobriété exceptionnelle, on comprend toute la force de cette écriture sans fioritures.

Décortiqué avec beaucoup de finesse par Alain Prioul, le texte d'Eric Holder, qui sait contenir son minimalisme loin de l'écueil ascétique, dit très simplement l'essentiel sans jamais transformée l'évidence en trivialité.

Grâce aux lumières de Laurent Dhainaut qui le cernent alors, chacun des personnages prend la parole quand il est directement concerné, la quitte quand c'est au tour d'un autre. La lumière peut ainsi aller de l'un à l'autre, participer à l'un des rares dialogues.

Peu à peu, dans ce jeu subtil entre ce qui est éclairé et ce qui ne l'est pas, on a l'impression fausse d'entendre des "voix off" alors que celui qui parle est en permanence dans cette lumière, véritable quatrième protagoniste de la pièce. En tout cas, cela permet un rapprochement avec Truffaut que l'on envisageait déjà dans la chanson de Vincent Delerm par Fanny Ardant interposée.

Antonio, sa femme Anne-Marie et Véronique, l'institutrice de leur fils Kevin, forment un trio d'une elliptique version de "Jules et Jim". Le non-dit est torride et douloureux chez Antonio (Yves Buchin), le silence pourrait se vouer en complicité tacite chez la brune Anne-Marie (Corinne Debeaux) alors que la blonde Véronique (Olivia Machon) n'est que sensualité dans la solitude de la position ambigüe de celle qui vient d'un autre milieu, d'autant que l'enseignante est aussi musicienne.

Alain Prioul, en n'hésitant pas à rapprocher Eric Holder et François Truffaut, réussit pleinement son adaptation de "Mademoiselle Chambon", là où la version cinématographique de Stéphane Brizé se perdait dans le mélo social. Sans doute, le monolithisme de Vincent Lindon aggravait encore la lourdeur du contexte.

Rien de tout cela dans l'adaptation théâtrale d'Alain Prioul. Que cela se passe à la campagne dans un milieu simple n'implique aucun simplisme des sentiments. Ni réaliste ni vériste, "Mademoiselle Chambon" est ici le récit d'un évitement plus que d'un amour impossible.

Reste la beauté des sentiments que chacun des trois protagonistes sait faire surgir quand la lumière se pose délicatement sur lui. Une grande adaptation d'un auteur qui mérite plus qu'une étagère entre Fanny et Maria.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=