Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A l'heure des souvenirs
Ritesh Batra  avril 2018

Réalisé par Ritesh Batra. Grande Bretagne. Drame. 1h48 (Sortie le 4 avril 2018). Avec Jim Broadbent, Charlotte Rampling, Harriet Walter, Michelle Dockery, Matthew Goode, Emily Mortimer et Oliver Maltman.

De mémoire de spectateur, on n'a pas vu film plus anglais depuis "Quatre mariages et un enterrement" et "Coup de foudre à Notthing Hill".

Avec un plus conséquent, "A l'heure des souvenirs" de Ritesh Batra est tiré d'un roman de Julian Barnes, ce qui veut dire que l'on peut compter sur lui pour avoir bâti à la fois une intrigue originale et surtout ne pas avoir couché des mots sur le papier uniquement par envie de divertir son public.

La vie de Tony, magnifiquement interprété par Jim Broadbent, immense acteur britannique connu pour être le papa de Bridget Jones dans la série de films qui lui sont consacrés, dépasse l'anecdote et est une plongée sans concession dans l'âme de quelqu'un qui croit avoir raté sa vie.

Construit sur de nombreux flash-back, pas sans rapport avec "Le Ciel attendra" dans lequel Don Ameche, lui aussi, racontait une vie qu'il croyait tellement moche qu'il voulait sans autre forme de procès rejoindre l'Enfer, "A l'heure des lendemains" ravira ceux qui aiment les bougons, ceux qui en sont restés à l'argentique et qui rêvent encore de vivre le grand amour avec celle qu'ils auraient pu ou dû aimé cinquante ans plus tôt.

Le plus étonnant dans ce concentré d'"anglicité", c'est que son metteur en scène est né dans le joyau de l'empire britannique, bien après son indépendance, et qu'il paraît maîtriser tous les codes de la riante Angleterre avec une aisance rare.

Au point que son Londres n'est jamais un Londres de cartes postales, qu'il le décline dans sa modernité et qu'il se permet aussi de le décrire dans ses recoins les moins connus de banlieue, sans jamais céder aux images conventionnels.

Tout comme son précédent film, "The Lunchbox", donnait un visage très séduisant d'une grande ville indienne, "A l'heure des souvenirs" montre un pays qui respire à l'aise dans ses traditions et prêt aussi à les revendiquer comme mode de vie à proposer au monde entier.

On ne racontera pas la quête de Tony, celle qui va le remettre sur les pas de Charlotte Rampling.

Faut-il, à plus de soixante-dix ans, éclaircir les mystères non résolus ? N'est-ce pas une source de désenchantements infinis de découvrir qu'on est passé à côté d'une autre vie ?

"A l'heure des souvenirs" de Ritesh Batra répondra en temps utile à toutes ces questions peut-être inutiles.

Ce qui est sûr c'est que ce "feel good movie" fera du bien à tous les pareils de Tony, qui cachent sous un sale caractère un cœur d'or que leurs proches font semblants d'ignorer pour ne pas contredire cette fausse misanthropie qu'ils affectionnent.

Si l'on voulait rajouter une petite touche incorrecte à l'heure du Breixit, dont le film pourrait être une parabole, et qu'il est de bon ton de condamner au nom d'une Europe incritiquable, on verra dans le film de Ritesh Batra une vraie bonne raison pour que les Anglais se battent pour rester éternellement Anglais.

Que Tony vende des Leica à l'ère des selfies numériques, coincé entre deux magasins modernes, et à un âge où la retraite a depuis longtemps sonné pour lui, en fait un vrai personnage romanesque, de ceux de qui, au bout du compte, on pourra simplement dire, mais avec une sincère admiration : "Il a bien vécu et il a beaucoup aimé".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=