Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A l'heure des souvenirs
Ritesh Batra  avril 2018

Réalisé par Ritesh Batra. Grande Bretagne. Drame. 1h48 (Sortie le 4 avril 2018). Avec Jim Broadbent, Charlotte Rampling, Harriet Walter, Michelle Dockery, Matthew Goode, Emily Mortimer et Oliver Maltman.

De mémoire de spectateur, on n'a pas vu film plus anglais depuis "Quatre mariages et un enterrement" et "Coup de foudre à Notthing Hill".

Avec un plus conséquent, "A l'heure des souvenirs" de Ritesh Batra est tiré d'un roman de Julian Barnes, ce qui veut dire que l'on peut compter sur lui pour avoir bâti à la fois une intrigue originale et surtout ne pas avoir couché des mots sur le papier uniquement par envie de divertir son public.

La vie de Tony, magnifiquement interprété par Jim Broadbent, immense acteur britannique connu pour être le papa de Bridget Jones dans la série de films qui lui sont consacrés, dépasse l'anecdote et est une plongée sans concession dans l'âme de quelqu'un qui croit avoir raté sa vie.

Construit sur de nombreux flash-back, pas sans rapport avec "Le Ciel attendra" dans lequel Don Ameche, lui aussi, racontait une vie qu'il croyait tellement moche qu'il voulait sans autre forme de procès rejoindre l'Enfer, "A l'heure des lendemains" ravira ceux qui aiment les bougons, ceux qui en sont restés à l'argentique et qui rêvent encore de vivre le grand amour avec celle qu'ils auraient pu ou dû aimé cinquante ans plus tôt.

Le plus étonnant dans ce concentré d'"anglicité", c'est que son metteur en scène est né dans le joyau de l'empire britannique, bien après son indépendance, et qu'il paraît maîtriser tous les codes de la riante Angleterre avec une aisance rare.

Au point que son Londres n'est jamais un Londres de cartes postales, qu'il le décline dans sa modernité et qu'il se permet aussi de le décrire dans ses recoins les moins connus de banlieue, sans jamais céder aux images conventionnels.

Tout comme son précédent film, "The Lunchbox", donnait un visage très séduisant d'une grande ville indienne, "A l'heure des souvenirs" montre un pays qui respire à l'aise dans ses traditions et prêt aussi à les revendiquer comme mode de vie à proposer au monde entier.

On ne racontera pas la quête de Tony, celle qui va le remettre sur les pas de Charlotte Rampling.

Faut-il, à plus de soixante-dix ans, éclaircir les mystères non résolus ? N'est-ce pas une source de désenchantements infinis de découvrir qu'on est passé à côté d'une autre vie ?

"A l'heure des souvenirs" de Ritesh Batra répondra en temps utile à toutes ces questions peut-être inutiles.

Ce qui est sûr c'est que ce "feel good movie" fera du bien à tous les pareils de Tony, qui cachent sous un sale caractère un cœur d'or que leurs proches font semblants d'ignorer pour ne pas contredire cette fausse misanthropie qu'ils affectionnent.

Si l'on voulait rajouter une petite touche incorrecte à l'heure du Breixit, dont le film pourrait être une parabole, et qu'il est de bon ton de condamner au nom d'une Europe incritiquable, on verra dans le film de Ritesh Batra une vraie bonne raison pour que les Anglais se battent pour rester éternellement Anglais.

Que Tony vende des Leica à l'ère des selfies numériques, coincé entre deux magasins modernes, et à un âge où la retraite a depuis longtemps sonné pour lui, en fait un vrai personnage romanesque, de ceux de qui, au bout du compte, on pourra simplement dire, mais avec une sincère admiration : "Il a bien vécu et il a beaucoup aimé".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=