Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Madeloiselle Paradis
Barbara Albert  avril 2018

Réalisé par Barbara Albert. Allemagne/Autriche. Drame. 1h37 (Sortie le avril 2018). Avec Maria-Victoria Dragus, Devid Striesow, Lukas Miko, Katja Kolm, Maresi Riegner, Johanna Orsini-Rosenberg, Stefanie Reinsperger et Susanne Wuest.

Il y a biopic et biopic. Quand il s'agit pour la énième d'évoquer Marie Curie ou Van Gogh, en tirant le personnage vers l'hagiographie, on peut être naturellement irrité et ne pas comprendre l'intérêt du projet.

Avec "Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert, on est face à un sujet mal connu, même s'il y a déjà eu, en 2013, un court-métrage de Marie-Laure Cazin sur le même sujet avec le même titre.

Le personnage de Maria Theresa Paradis (1759-1824), aveugle depuis l'âge de trois ans, pianiste et compositrice précoce est tombée dans l'oubli, alors qu'elle a joui d'un grand succès international et qu'elle a été l'une des premières femmes à écrire des opéras.

Pareillement, si Franz Mesmer (1734-1815) est resté dans les mémoires, c'est plutôt pour la dimension ésotérique de ses recherches sur l'hypnose et surtout parce qu'Alexandre Dumas l'a transformé en Joseph Balsamo.

Dans "Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert, on va ainsi découvrir l'un et l'autre, liés par le destin et les intrigues de leurs entourages. En acceptant de soigner avec ses nouvelles méthodes fondées sur de "mystérieux fluides" la cécité de la musicienne, Mesmer, alors coqueluche de la cour de Vienne, compte asseoir son prestige naissant, faire taire les sceptiques et combattre les cabales des thérapeutes classiques qui le traitent de charlatan.

Pour Maria Theresa, c'est l'envie de connaître ce qu'il y a derrière cet univers de sensations qu'elle ressent par sa musique.

La jeune Maria Dragus fait vraiment corps avec le personnage de Mademoiselle Paradis. Quand elle retrouve la vue - ou que Mesmer lui fait croire selon ses détracteurs - elle réussit à communiquer son nouvel enchantement du monde, ce bonheur incroyable qui rejaillit en elle... et qui va déstabiliser son jeu de virtuose...

Dès lors, les parents Paradis qui, à leur décharge, ont tout fait pour qu'elle retrouve la vue, même l'entraîner dans d'horribles traitements où elle souffre le martyr, vont craindre de perdre la pension impériale et contribuer à la perte de Mesmer.

Formidablement interprété et filmé magnifiquement dans le château dans lequel résidait Mesmer, "Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert dépasse les limites du genre biographique.

C'est un hymne à la création, à la difficulté du créateur à appréhender le monde, à convaincre son entourage qu'il doit aller plus loin que le succès. La rencontre du médecin réformateur et de la musicienne prodige, de celui qui transgresse les règles de la médecine "traditionnelle" et de celle qui se refuse à être une infirme et une attraction de salon parce qu'elle est une réelle artiste, donne au film une toute autre dimension. On sent l'influence des Lumières et leur ferment sur cette Autriche des Habsbourg.

"Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert dresse un portrait très concret de cette époque aristocratique qui semble très futile mais qui applaudit, du moins un temps, ce qui va contribuer à la détruire. Ce n'est pas un hasard si Mesmer, chassé de Vienne se retrouvera à Paris à la veille de la Révolution.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 juin 2022 : Voilà l'été

Paul McCartney a 80 ans, La Mare aux Grenouilles vient de fêter ses 2 ans, il fait (trop) chaud : pas de doute, c'est bientôt l'été. En attendant une actualité plus légère sur juillet et août, voici de quoi découvrir et aiguiser votre curiosité !

Du côté de la musique :

"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy
et toujours :
"L'innocence" de Lisa Portelli
"Le syndrome de Goteborg" des Fatals Picards
Rencontre avec Laurent Honel des Fatals Picards
"Jokers" de Vincent Peirani
"Paris n'existe pas" de Son Parapluie
"The pleasure is goldmine" de Olivier Rocabois
"Les démons familiers" de Mathias Lévy
"Prince de plomb" de Marcia Higelin
"La dynastie du chouchou" de Listen In Bed à écouter en ligne
Festival Art Rock 2022 avec Kim Gordon, Flore Vesco, Pete Doherty ...
"Social Kaleidoscope" de Boris Maurussane
"Lost in confusion" de Amy Lee & the Loco Project Band
Cosse, Bukowski et Flor Del Fango dans une sélection de clips

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Believers" au Théâtre Lepic
"Ceci n'est pas une Framboise Frivole" à la Piccola Scala
"Hop-là !" au Théâtre Essaion
en avant-première du Festival Off d'Avignon :
"Une nuit avec Monsieur Teste"
"Je m'appelle Adèle Bloom"
"Second souffle"
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
derniers jours pour "Boilly - Chroniques parisiennes" au Musée Cognacq-Jay
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Jungle rouge" de Juan José Lozano et Zoltan Horvath
en streaming gratuit avec :
"Une femme fantastique" de Sebastian Lelio
"La tourneuse de pages" de Denis Dercourt
"Frost" de Sharunas Bartas
"Lady Chatterley" de Pascale Ferran
et le cinéma asiatique en 7 films

Lecture avec :

"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter
et toujours :
"Unfollow" de Luka Juliger
"Traquenoir" de Ed Lacy
"Reste près de lui" de Emily Koch
"Leonard de Vinci" de Jean Yves Boriaud
"Elle est le vent furieux" de Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Flore Vesco, Cyndy Van Wilder & Coline Pierré

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=