Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Madeloiselle Paradis
Barbara Albert  avril 2018

Réalisé par Barbara Albert. Allemagne/Autriche. Drame. 1h37 (Sortie le avril 2018). Avec Maria-Victoria Dragus, Devid Striesow, Lukas Miko, Katja Kolm, Maresi Riegner, Johanna Orsini-Rosenberg, Stefanie Reinsperger et Susanne Wuest.

Il y a biopic et biopic. Quand il s'agit pour la énième d'évoquer Marie Curie ou Van Gogh, en tirant le personnage vers l'hagiographie, on peut être naturellement irrité et ne pas comprendre l'intérêt du projet.

Avec "Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert, on est face à un sujet mal connu, même s'il y a déjà eu, en 2013, un court-métrage de Marie-Laure Cazin sur le même sujet avec le même titre.

Le personnage de Maria Theresa Paradis (1759-1824), aveugle depuis l'âge de trois ans, pianiste et compositrice précoce est tombée dans l'oubli, alors qu'elle a joui d'un grand succès international et qu'elle a été l'une des premières femmes à écrire des opéras.

Pareillement, si Franz Mesmer (1734-1815) est resté dans les mémoires, c'est plutôt pour la dimension ésotérique de ses recherches sur l'hypnose et surtout parce qu'Alexandre Dumas l'a transformé en Joseph Balsamo.

Dans "Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert, on va ainsi découvrir l'un et l'autre, liés par le destin et les intrigues de leurs entourages. En acceptant de soigner avec ses nouvelles méthodes fondées sur de "mystérieux fluides" la cécité de la musicienne, Mesmer, alors coqueluche de la cour de Vienne, compte asseoir son prestige naissant, faire taire les sceptiques et combattre les cabales des thérapeutes classiques qui le traitent de charlatan.

Pour Maria Theresa, c'est l'envie de connaître ce qu'il y a derrière cet univers de sensations qu'elle ressent par sa musique.

La jeune Maria Dragus fait vraiment corps avec le personnage de Mademoiselle Paradis. Quand elle retrouve la vue - ou que Mesmer lui fait croire selon ses détracteurs - elle réussit à communiquer son nouvel enchantement du monde, ce bonheur incroyable qui rejaillit en elle... et qui va déstabiliser son jeu de virtuose...

Dès lors, les parents Paradis qui, à leur décharge, ont tout fait pour qu'elle retrouve la vue, même l'entraîner dans d'horribles traitements où elle souffre le martyr, vont craindre de perdre la pension impériale et contribuer à la perte de Mesmer.

Formidablement interprété et filmé magnifiquement dans le château dans lequel résidait Mesmer, "Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert dépasse les limites du genre biographique.

C'est un hymne à la création, à la difficulté du créateur à appréhender le monde, à convaincre son entourage qu'il doit aller plus loin que le succès. La rencontre du médecin réformateur et de la musicienne prodige, de celui qui transgresse les règles de la médecine "traditionnelle" et de celle qui se refuse à être une infirme et une attraction de salon parce qu'elle est une réelle artiste, donne au film une toute autre dimension. On sent l'influence des Lumières et leur ferment sur cette Autriche des Habsbourg.

"Mademoiselle Paradis" de Barbara Albert dresse un portrait très concret de cette époque aristocratique qui semble très futile mais qui applaudit, du moins un temps, ce qui va contribuer à la détruire. Ce n'est pas un hasard si Mesmer, chassé de Vienne se retrouvera à Paris à la veille de la Révolution.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=