Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Enfants du fleuve
Lisa Wingate  (Editions Les Escales)  avril 2018

Les plus beaux métiers du monde seraient-ils journaliste et romancière ? Parce que les métiers sont en compétition ? Et s’il n’existait pas de beau métier mais seulement de belles personnes ? Alors il y aurait de sots individus et non de sot métier… On s’égare, on s’égare.

Je disais donc que Lisa Wingate est journaliste et romancière. Ci-joint son premier roman traduit en français : Les Enfants du fleuve.

A chaque fois qu’un bouquin aux mensurations de brique tel que celui-ci me tombe entre les mains, je me demande toujours si je vais être déçue par les élucubrations sans fin de l’auteur, ou si je vais finalement le trouver trop court. Et celui-ci est juste parfait. Lisa Wingate déroule patiemment le fil de son histoire, sans précipitation et sans tomber dans la facilité d’ellipses obscures troublant le lecteur.

Les Enfants du fleuve raconte l’histoire de Rill Foss et de ses quatre frères et sœurs. Mais aussi l’histoire d’Avery Stafford, brillante bourgeoise sympathique, fort intriguée par les mots de sa grand-mère. A deux voix, entre deux époques, l’intrigue est tissée entre Rill et Avery.

1939, la maman de Rill doit accoucher incessamment sous peu, et très immédiatement sur le bateau familial. Les complications arrivent, elle doit donc quitter le logis flottant avec le futur papa, laissant la marmaille angoissée aux bons soins de Rill, la grande sœur responsable. Littéralement enlevés par une espèce de mafia de l’adoption, les cinq enfants sont pris en charge par la Société des foyers d’accueil du Tennessee. Et pas de SOS société de la petite souris pour les sauver…

Maltraités, humiliés, négligés, exploités, insultés, dénutris et (revendus) adoptés par des notables en manque de tête blonde, la fratrie est éparpillée aux quatre coins du pays. De son côté, Avery Stafford parade aux côtés de son sénateur de paternel, en pleine campagne électorale. Un mot de sa grand-mère, un détail pique pourtant sa tranquillité comblée de privilèges, et l’avocate commence à poser des questions, mener sa propre enquête sur ses origines.

C’est à mon avis à ces moments que l’auteure fait mouche, car sans dépeindre des gentils et des méchants, elle distille des faits au creux des pages. Centré sur les individus, le roman confronte les choix des protagonistes, et nous comprenons leurs intérêts, leurs motivations. C’est sans prévenir que vous serez touché par la profonde tristesse de ces parents adoptants, face au chagrin insurmontable de la perte d’un enfant, quand "Une unique décision fatidique est prise sur les ruines insensées du chagrin". C’est avec émotion que le courage sans colère de Rill et d’Avery vous serrera la gorge.

Le pire dans cette histoire de trafic d’enfants, c’est qu’elle s’est répétée dans d’autres pays, à d’autres époques, et presque toujours selon les mêmes critères. De riches familles sans enfants, de pauvres ménages riches de naissances, face à la cupidité d’individus monnayeurs de bonheur. Partagée entre le besoin de débecquer le comportement d’un "c’est dégueulasse" et de m’auto flageller d’un "je comprends ce qui les pousse à ces extrêmes", mon petit palpitant se gonfle à la superbe fresque d’amour filial et fraternel du roman, sans renoncement et d’une sagesse incroyable. Sans rancune aucune pour cette Georgia Tann qui sévit réellement pendant près de 30 ans.

"Que nous aimions de tout notre cœur la mélodie d’un jour passé ou que nous imaginions la chanson d’un jour à venir, nous devons danser sur la musique du présent, sans quoi nous serons toujours à contretemps, à chanceler dans un écho qui ne correspond pas à l’ici et le maintenant".

Carpe Diem disent Les Enfants du fleuve, le cœur cousu à ma fratrie, amis spéciaux si précieux. Glaçant de vérité, superbe d’humanité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Wingate
Le Facebook de Lisa Wingate


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 avril 2018 : En avril, pour la culture, suis notre fil

C'est reparti pour une semaine culturel. Suivez notre fil d'actualité culturel, ici, sur Facebook, Twitter, Youtube. Vous y trouverez de quoi réjouir ce qu'il se trouve entre votre 2 oreilles ! c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"27 passports" de The EX
"Simple appareil" de Lofofora
"Haydn : 3 sonatas" de Arthur Ancelle
Interview de Da Silva
"Room 102" de Hotel
"Deux ans pour résoudre un puzzle 2 pièces" de Lucarne
"Where the weather went" de Newton Colours
"Absence" de Niki Niki
"Born to try" de Part-Time Friends
"Plaisir moderne" de Scratchophone Orchestra
"Your queen is a reptile" de Sons of Kemet
"Memory Sketches" de Tim Linghaus
et toujours :
"No Mercy in this land" de Ben Harper & Charlie Musselwhite
"After the fall" de Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette
"This is not hollywood" de Greg Kozo
"Quatre vingt huit" de Guillaume Poncelet
"One EP" de Hey Sarah
"Ventriloquism" de Meshell Ndegeocello
Mezzanine et Undervoid dans une sélection de singles et EP
"Années 1970-1985" de Pierre Bartholomée
"Shake, burn and love" de Red Money
"Dollhouse" de The Pack A.D.
"The skull defekts" de The Skull Defekts
"Rêves américains, tome 1, la ruée vers l'or" de Thomas Hellman
Interview de I Am Stramgram autour de son album "Tentacles", retrouvez également I Am Stramgram en session live pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Conférence des Oiseaux" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Racine²" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Still life" au Théâtre Les Déchargeurs
"Hugo au bistrot" à la Scène Thélème
"MAMMA" à La Loge
"Le Monte-plats" au Théâtre Le Lucernaire
"Mort, je serai devenu nécessaire" à la Manufacture des Abbesses
"Gilles Ramade - Piano Furioso" au Grand Point Virgule
"Qui suis-je ?" au Théâtre de l'Etincelle à Rouen
des reprises à ne pas rater :
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Meilleurs Alliés" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
et les chroniques des autres spectacles d'avril

Expositions avec :

"Gustav Klimt" à l'Atelier des Lumières
"Artistes & Robots" au Grand Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Katy says goodbye" de Wayne Roberts
"Jersey Affair" de Michael Pearce
les chroniques des sorties de mars
et les chroniques des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Ghetto brother, Une légende du bronx" de Julian Voloj & Claudia Ahlering
"Histoire de la France" de Jean Christian Petitfils
"J'apprends le français" de Marie France Etchegoin
"La fabrique des corps, des premières prothèses à l'humain augmenté" de Héloise Chochois
"La saison des feux" de Celeste NG
"Les enfants du fleuve" de Lisa Wingate

et toujours :
"Alain Bashung, Fantaisie militaire" de Pierre Lemarchand
"La mise à nu" de Jean Philippe Blondel
"La symphonie du hasard, livre 2" de Douglas Kennedy
"La vie secrète d'Elena Faber" de Jillian Cantor
"Le dossier M, livre 2" de Grégoire Bouillier

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=