Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gustav Klimt
Atelier des Lumières  (Paris)  Du 13 avril au 11 novembre 2018

Avec les expositions numériques présentées dans les Carrières de Lumières ouvertes en 2012 aux Baux-de-Provence, l'opérateur privé Culturespaces, spécialisé en gestion de monuments et musées et centres d'art, s'est positionné en pionnier de cette déclinaison contemporaine des ancestraux spectacles "Son et lumières".

Fort de leur succès public, il ouvre, sur le site d'une ancienne fonderie au coeur du 11ème arrondissement parisien, un Centre d’Art Numérique baptisé L'Atelier des Lumières qui bénéficie d'un impressionnant équipement multimédia et d'une sonorisation spatialisée pour investir une halle monumentale de 10 mètres de hauteur et 3000 m² de surfaces-écrans naturels pour présenter des expositions immersives consacrées aux grandes figures de l'Histoire de l'Art ainsi que des incursions dans l'art contemporain.

L'exposition inaugurale conçue sous le commissariat de Béatrice Avanzi, directrice de la programmation culturelle des expositions de Culturespaces, est consacrée à Gustav Klimt.

Choix d'autant plus judicieux que l"année 2018 est celle du centenaire de la mort du peintre qu'aucune institution muséale française ne célèbre et qu'il n'a jamais fait l'objet d'une exposition monographique étant toujours associé soit aux trois autres mousquetaires Egon Schiele, Koloman Moser et Oskar Kokoschkase dans l'exposition "Vienne 1900" en au Grand Palais soit à la Sécession viennoise en 2015 à la Pinacothèque de Paris dans "Au temps de Klimt, la Sécession à Vienne".

Klimt en majesté

La réalisation technique selon le procédé AMIEX® (Art & Music Immersive Experience) est assurée par Gianfranco Iannuzzi, qui assure la conception et la direction artistique du projet basé sur l'utilisation de l'image, du son et de la lumière comme médias d’expression sensorielle, Renato Gatto, enseignant de théâtre et assistant metteur en scène, Massimiliano Siccardi, vidéaste et artiste multi média et Luca Longobardi, pianiste et compositeur.

Des milliers d'images mises en mouvement provenant d'un colossal et remarquable travail de décomposition et recomposition des œuvres d'art originales ordonnées en une véritable mise en scène millimétrée envahissent le lieu pendant 35 minutes.

Et quand l'art visuel vient soutenir les beaux-arts, cela aboutit à une fantastique immersion visuelle - et musicale avec une bande-son constituée d'extraits d'oeuvres de Wagner à Philip Glass mixée par Luca Longobardi - qui supplante radicalement le conventionnel et statique film documentaire nonobstant l'absence de commentaires pseudo-didactifs auxquels se substituent avantageusement les émotions personnelles.

De conception muséographique, et quasi idéale pusiqu'elle montre des oeuvres dont les originaux dispersés sont difficiles voire impossibles à réunir, elle projette le spectateur, d'une part, au temps de la Sécession viennoise en situant ce mouvement dans le contexte artistique de l'époque, placé sous le règne de l'académisme et d'un historicisme néo-classique.

Avec notamment un focus sur celles néo-classiques, en résonance avec le Settecento vénitien, de Hans Makart, le peintre officiel de la maison impériale d'Autriche, présentées dans un bloc circulaire appartenant à l'ancien équipement de la fonderie dont sont également conservés le four et la cherminée.

D'autre part, la monstration invite à une découverte immersive dans l'oeuvre de Gustav Klimt avec en contrepoint et entre autres, celles de Egon Schiele, son compatriote contemporain décédé la même année en 1918, qui s'est orienté vers l'expressionnisme dans la mouvance de la Sécession berlinoise avec des corps torturés à l'érotisme lunaire, de Otto Wagner avec les vitraux de la station de métro Karlsplatz et de Franz Matsch représentant du Jugendstil avec son travail pictural pour le Burgtheater.

Elle se développe en séquences thématiques qui illustrent son travail dans le registre des arts décoratifs pour les somptueux monuments de la Ringstrasse constituant le centre historique de Vienne dont l'ensemble de peintures réalisées pour l'escalier du Kunsthistorisches Museum ou la "Frise Beethoven" qui ornait le Pavillon de la Sécession en 1902..

Ainsi que dans des commandes privées tel le magnifique arbre de vie réalisé pour le Palais Stoclet à Bruxelles conçu par l'architecte pour un financier belge qui prend corps feuilles après branches pour envahir tout l'espace.

Au rang des beaux-arts, le visiteur-spectateur pourra également prendre la mesure de son talent dans le genre du paysage, peut-être moins connu du public, avec de superbes de paysages sylvestres ou bucoliques parois traités de manière pointilliste.

Mais le nom de Gustav Klimt est indissociablement lié à sa thématique de prédilection qu'est la femme que ce soit dans des déclinaisons mythologiques et bibliques ("Pallas Athena", "Danaé", "Judith") ou allégoriques ("Nudas Veritas", "Le Baiser"), avec le stérotype symboliste de la femme à la sensualité animale, une femme rousse à la peau de lait, et des portraits de femmes réelles mais transfigurées par l'idéalisation ou l'iconification à la manière byzantine telle Adèle Bloch-Bauer.

Un ravissement er une expérience roborative pour se confronter à l'Histoire de l'Art.

 

En savoir plus :

Le site officiel de l'Atelier des Lumières

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de l'Atelier des Lumières


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=