Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Qui suis-je ?
Théâtre de l'Etincelle  (Rouen)  avril 2018

Spectacle jeune public d'après le roman éponyme de Thomas Gornet, mis en scène de Yann Dacosta, avec Théo Costa-Marini, Côme Thieulin et Manon Thorel.

Vincent Latan a 14 ans. Il est au collège en classe de 3ème. De la rentrée scolaire à la fin des classes en juin, il raconte sa vie et les bouleversements qui l'agitent lors de cette année charnière où il se révêlera à lui-même.

La 3ème, c'est la vie avec ses amis Myriam et Aziz, les séances de sport avec Monsieur Gomez, qui le terrifient, l'orientation scolaire pour la suite et puis l'arrivée d'un nouveau venu...

En adaptant le roman éponyme de Thomas Gornet, Yann Dacosta et la Compagnie Le Chat Foin traitent avec "Qui suis-je ?" du sujet de l'identité à l'adolescence à partir du récit de Vincent qui, à la manière d'un journal intime, livre ses impressions sur ses journées et raconte le petit monde qui l'entoure.

Au fil de ces mois, Vincent prendra conscience des sentiments qu'il éprouve. Le texte redoutablement réaliste de Thomas Gornet comporte suffisamment d'humour, notamment dans l'autodérision de Vincent, pour que l'on suive avec plaisir sa chronique racontée avec de belles images, dans le texte et sur scène.

En contrepoint au jeu des comédiens, pour illustrer les différents décors et donner une ambiance universelle, Yann Dacosta a choisi cette fois, après les animations vidéos très réussies du magnifique "L'apprenti", son précédent spectacle sur l'adolescence, la bande-dessinée.

Le dessin en noir et blanc d'Hugues Barthe traduit à merveille l'univers normé et oppressant du collège dans lequel Vincent a tant de mal à se fondre et n'est pas sans rappeler celui désenchanté de "Ghost World" de l'américain Daniel Clowes, soulignant tous deux la dureté de ce microcosme et de cette période.

Il ménage même de vrais moments de grâce et d'émotion comme les scènes où, dans la nuit, Vincent partage sa solitude avec une femme de ménage observée dans l'immeuble d'en face ou celle où il est invité au repas dans la famille d'Aziz.

Au centre d'une scénographie efficace de Grégoire Faucheux qui reprend le décor d'une salle de sport avec bancs en bois et espaliers, servant tout à la fois de salle de classe, d'abribus ou de cour de récré, permettant grace au grand écran intégré de projeter les illustrations ou de créer des ombres chinoises, les trois comédiens interprètent tous les protagonistes de cette histoire d'expérimentation du désir amoureux.

Côme Thieulin est un parfait Vincent dans un jeu délicat qui touche par sa sincérité. Manon Thorel, débordante d'énergie défend avec la même conviction les personnages de Myriam, la meilleure amie ou des adultes souvent un peu hystériques. Quant à Théo Costa-Marini, déjà intéressant dans le précédent spectacle de la compagnie ("Légendes de la forêt viennoise"), il est épatant dans les rôles de tous les garçons de la classe, à qui il apporte à chacun une nuance distincte avec une justesse absolue.

Ce récit d'apprentissage permet grâce à l'humour omniprésent de faire passer un sujet grave (la différence) tout en l'éclairant et en donnant de nombreuses pistes de réflexion et de discussion.

Comme pour "L'apprenti", Yann Dacosta a opté pour la simplicité de la mise en scène, ce qui permet à l'émotion d'apparaître. L'optimisme de Vincent, même si ce premier amour est un échec, trouvera dans la façon dont il parvient à accepter sa différence, la force après le noir de voir enfin la vie en couleurs.

Un spectacle audacieux et original qui réussit à mettre des mots sur des sujets tabous chez les adolescents. Un spectacle d'intérêt public, donc.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=