Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hommage à Jacques Higelin
Marc Duquenoy - Armelle Yons - Jérémie Kiefer - Cat Loris - Paul Galiana - Olivier Eyt - Sarah Amsellem  avril 2018

"La mort est le berceau de la vie."

Jacques Higelin nous a quitté le 6 avril. Au-delà du poète, du musicien, de l’humaniste, du libertaire, Monsieur Higelin était un "passeur". Un Homme avec un grand H, qui a transmis et donné envie de transmettre.

Je ne le connaissais pas beaucoup, je n’ai appris à le connaître que bien tard, à travers l’amour inconditionnel d’amis artistes, réunis autour de sa musique. À les regarder et les entendre me parler de lui, je ne pouvais pas avoir le moindre doute sur ses qualités qui, de toute évidence, le placent en dehors de tout schéma, de toute norme, comme sur ces contre-allées où Daniel Zanzara (La Passerelle.2) et Gilbert Roggi (O’Gib) se sont rencontrés et ont formé cette joyeuse troupe. Je les ai vu habiter ses textes, ses musiques, tous à leur façon, et j’avais peine à croire que toutes les couleurs de cet univers provenaient d'une seule et même source : le génie de Jacques Higelin.

Aujourd’hui, je ne voyais pas de meilleur chroniqueur pour vous parler de cet Artiste, alors j’ai décidé de leur ouvrir une tribune et de leur laisser la parole…

Marc Duquenoy

J’ai mal au cul et au cœur !

Higelin m’a appris le piano au travers de ses albums. Mes vinyles sont tellement creusés qu’on peut écouter les deux faces en même temps. Higelin m’a appris qu’une seule personne pouvait donner une dose maximale de bonheur, d’amour, d’énergie positive à une salle pleine pour plusieurs heures, et plus…

Higelin m’a fait réaliser que naître 10 ans plus tôt aurait été pas mal. Ça m’aurait permis d’assister à ces mémorables concerts que je m’imagine depuis des années en les écoutant.

Higelin m’a offert le bonheur de le faire découvrir à d’autres personnes avec le sentiment d’apporter quelque chose de précieux.

Le jour de sa mort, j’ai tout réécouté, dans l’ordre. Higelin, baladin, punk, poète, clown. Higelin, l’artiste dans toute sa splendeur.

Armelle Yons

Une étoile de plus s’est épinglée sur nos têtes... et la constellation du grand H irradie désormais en plein ciel. Se mêlent en ma mémoire des souvenirs de concerts, vos sourires, un baiser posé dans le creux de la main comme une nouvelle ligne de vie tatouée... Merci pour ces moments rares, vivants et palpitants.

Vous le poète fou et joyeux, équilibriste de la vie dansant avec plume et accords ; vous m’avez tellement apporté ; du baume au cœur, du baume à l’âme qui balayent avec tant de grâce et fantaisie cette grisaille qui ternit parfois nos vies...

Les futures nuits et les suivantes promettront d’être belles et éclatantes, j’en suis certaine, vous nous l’aviez promis !

Jérémie Kiefer

Un jour, il est arrivé sur la scène de l'Huma avec dans ses bagages l'Afrique. J'ai compris qu'il fallait pour chanter prendre avec soi beaucoup plus que le nécessaire. Vu d'en bas, c'était le monde qui était sur scène : comme dans mon quartier ! Quand je chante, c'est mon cœur qui s'exprime et il contient le monde ; il contient mon quartier ; il contient la vie ; il est ce manifeste brulant qu'est l'amour ! Merci Jacques Higelin.

Cat Loris

Monsieur Higelin,

Je connaissais Votre Musique sans vraiment la connaître jusqu’à ce jour où, en passant par la Passerelle.2, la porte de votre univers musical était ouverte, et parce que j’étais prête, je suis enfin entrée. Je n’ai pas hésité cette fois : j’ai plongé dans Votre mine d’or de créativité, dans les multiples facettes de Votre Ame d’Artiste, dans Votre Musique. J’ai rencontré grâce à Vous des Fous et des Folles qui planaient sur les mêmes nuages que moi. Je ne redescendrai pas.

Et Vous, Vous avez beau avoir pris la poudre d’escampette, Vous ne nous quitterez pas. C’est dans nos veines que coulent Vos mots et Vos notes, Votre énergie. Et ça alimente nos cœurs à tous et toutes. MERCI.

Un Yéti-Cat qui Vous admire, Vous respecte tellement mais Vous aime encore plus. De ma toute petite place de fourmi, je pense fort à Vos Proches, à tous ceux et celles qui vous aiment.

Paul Galiana

C'était un soldat de 20 ans. Un amoureux de 20 ans. Amoureux d'une fille. Amoureux de la musique. N'ayant de cesse de parler de la musique à l'amoureuse. Et probablement de parler d'amour à sa guitare. Assoiffé de découvrir encore et encore. Assoiffé d'absolu.

C'était un soldat de 20 ans. Il n'était pas raisonnable. Il n'était pas réaliste. Et ses lettres ont, des années plus tard, permis à l'ado qui les lisait, fasciné, de se dire qu'il y avait toujours plus de vies, d'envies à espérer que ce que le monde semblait disposé à nous offrir. Mais qu'il fallait aller les chercher, les inventer.

Alors, bien plus tard, l'ado, devenu artiste à son tour, a pu partager la folie incroyablement bienveillante et les chansons multiples et polymorphes de l'ancien soldat qui n'avait jamais perdu ni l'amour ni ses 20 ans. Partager avec d'autres frères et sœurs artistes. Partager avec ceux qui aimaient ou qui découvraient ce grand Jacques. Et ce n'est pas raisonnable. Et ce n'est pas réaliste. Mais chaque chanson d'Higelin que l'on partage est une lettre d'amour d'un soldat de 20 ans.

Olivier Eyt

Higelin était un roi.

C’était le roi du risque sur scène, le roi de l’instant présent, qui lui dictait tout, du meilleur au pire, parfois.

C’était le roi des emmerdeurs, le roi des poètes-punk, le roi du cœur. Un roi d’énergie, roi de l’amour fou, roi des extrêmes et de toutes les folies.

Roi des fous. Un roi à la mesure des hommes vivants, un grand-frère pour moi quand, ado, je cherchais à liquider mon enfance pour enfin vivre. Un aspirateur, et un inspirateur de vie.

Higelin été MON Roi. Salut Jacques.

Sarah Amsellem

Chaque personne qui l’aimait avait son histoire avec Jacques Higelin. Pour moi, il a été la musique de ma rencontre avec Marc Duquenoy en 2004. Depuis, nous n’avons raté aucun concert ensemble ! Chaque concert était un feu d’artifice. Qu’il était beau et majestueux sur scène ! J’étais subjuguée par Mahut aussi. Et j’ai eu la chance de connaître Zaf Zapha qui l’a accompagné à la basse sur cette période.

En tant qu’artiste auteur compositeur, je puise dans son héritage les contrastes, la richesse musicale, la rage et la poésie, l’élan du cœur, la liberté d’être et l’instinct sauvage.

 

Portrait réalisé par Cat Loris.

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jacques Higelin parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album En plein Bataclan de Jacques Higelin
Jacques Higelin en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Jacques Higelin en concert à La Cigale (mercredi 14 mars 2010)
Jacques Higelin en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche

En savoir plus :
Le Facebook de Champagne pour Higelin

Crédits photos : Christophe Cussat-Blanc & Gilles Crampes


Marie Destouet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=