Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ramon Pipin
Café de la Danse  (Paris)  lundi 9 avril 2018

Nous sommes en l'an 1 après Jupiter, toute la Gaule est occupée par des Romains qui produisent de la soupe par citernes entières. Toute ? Non ! Ce soir-là, une troupe d’irréductibles Gaulois, rassemblée au Café de la Danse, résiste encore et toujours à l’envahisseur. Les garnisons de légionnaires dans les camps retranchés de L'Impératrissum, MCSolarium, Juliettarmanum et Charlottegainsbourum, se regardent le nombril, susurrent des paroles pas dérangeantes, feraient bien de craindre les baffes et la lumière qui pourrait éclairer leur intérieur.

La troupe d'intransigeants ménestrels est emmenée par le barde Ramon Pipin, sorte de ZADiste de la chanson à texte où les paroles "frôlent le bon goût sans jamais y tomber". Il faut rappeler que le spectacle du groupe de cet agitateur professionnel, Odeurs, a failli être mis en scène par Coluche, que, sous son vrai nom Alain Ranval, il a écrit les musiques de "Mon Beauf" et "Le retour de Gérard Lambert" de Renaud, qu'il a collaboré en tant qu'auteur de musique de films avec Albert Dupontel, Antoine de Caunes ou encore Laurent Baffie, ou pour la pièce de théâtre d'Eric Assous, avec Michel Sardou, "Secret de famille". Son studio, Ramsès, a accueilli Marquis de Sade, Eric Serra, Michel Jonasz, John McLaughlin, Zao et même Gotainer pour des enregistrements de publicités.

Le premier album d'Odeurs a accueilli comme musiciens ou chanteurs ponctuels quelques habitués du studio comme Manu Katche, Richard Pinhas, Didier Lockwood ou Roland Giraud (?). C'est dire que les exigences musicales du sieur Pipin sont élevées. Sa progéniture musicale pourrait rassembler Philippe Katerine pour le côté dadaïste, Giedré pour l'humour noir, Stupeflip pour l'univers personnel et Mark Oliver Everett comme touche-à-tout musical.

Une fois le décor planté et les présentations effectuées, revenons au banquet du soir, car la pitance y était excellente et généreuse.

En amuse-bouche, on nous sert "La porte du jardin", adaptation libre de "Hey Gyp" de Donovan, dont le clip avait été censuré par M6 à la fin des années 90. Il faut croire que quelques sous-entendus grivois étaient plus dérangeants que le téléfilm érotique du dimanche soir. S'ensuivent beaucoup de titres du dernier album en date "Comment éclairer votre intérieur", et quelques autres plus anciennes ("Nous sommes tous frères", également reprise sur le dernier album) de Ramon Pipin. "La chanson ennuyeuse" se révèle un grand moment.

Avec guitare électrique, guitare acoustique, deux claviers, un batteur et une basse, le son est ample et le confort d'écoute parfait. La fidèle Clarabelle Cockenpotz qui, au début des années 80 arrivait sur scène en guépière, est toujours là aux choeurs. En devant de scène, totalement immobile, mais allant changer de tenue entre chaque chanson, elle apporte une touche comique tout autant qu'étrange à l'ensemble. Cette première partie de la soirée est agrémentée de "twongs", un mélange de tweet et de song en moins de 140 notes. Nous n'hésiterons pas à dire que la "twong" intitulée Bertrand Cantat est une tuerie.

Pour la soirée du lundi 9 avril, Ramon Pipin a joué trois soirs au Café de la Danse, du 7 au 9, on retrouve même Chorus, l'émission de rock des années 80, réunie à nouveau puisque Antoine de Caunes et Jacky sont assis dans la salle.

Après un court entracte, ce sont les Excellents qui entrent en scène pour interpréter en live leurs pastilles youtubesques. A trois ukulélés et un cor (de rêve), ils adaptent en français quelques incontournables du rock : "Kiss" de Prince devient "Quiche", "Purple Haze" de Jimi Hendrix se conclut par un solo de ukulélé avec les dents, mais "Enola Gay" d'OMD sonne la fin du groupe. Exit les vestes rouges et les chemises à jabot, Ramon Pipin retrouve son t-shirt de scène illustré du logo de son dernier album, une tête d'ampoule.

La seconde partie est consacrée au nouvel album de Ramon Pipin, "Qu'est-ce que c'est beau". Un quatuor à cordes rejoint les musiciens déjà présents. Le nouvel opus est ambitieux et toujours drôle, inspiré et irrévérencieux. A une époque où on nous parle à longueur de temps de startup nation et d'esprit d'entreprise, on constate encore une fois à quel point les maisons de disque manquent d'audace puisque ce disque n'a toujours pas trouvé de producteur et de distributeur alors qu'il entre tout à fait dans l'esprit de l'humour d'un Guillon ou d'un Gaspard Proust. Cependant, aujourd'hui les professionnels abordent la musique comme un art qui divise plus qu'il ne rassemble, et pour viser le plus grand nombre il faut donc être le plus consensuel, c'est-à-dire le plus fade possible. Or Ramon Pipin n'en a cure et préfère rire de tout plutôt que de mourir d'ennui à force de ne vouloir choquer personne.

En final, ce sont deux chansons d'Odeurs qui sont interprétées : "Que c'est bon !" par Clarabelle, premier titre de De l'amour, paru en 1981. Puis "Couscous Boulettium", parodie de Kraftwerk parue sur l'album 1980. No Sex, interprétée pour la première fois depuis plus de 30 ans, et chantée par Klaus Blasquiz (Magma) comme à l'origine.

Deux heures de plaisir total avec le Ramon Pipin Band (encore), ce qui est une gageure vu son âge canonique, ça ne peut décidément pas se refuser.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Ramon Pipin
Le Soundcloud de Ramon Pipin
Le Facebook de Ramon Pipin


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=