Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ramon Pipin
Café de la Danse  (Paris)  lundi 9 avril 2018

Nous sommes en l'an 1 après Jupiter, toute la Gaule est occupée par des Romains qui produisent de la soupe par citernes entières. Toute ? Non ! Ce soir-là, une troupe d’irréductibles Gaulois, rassemblée au Café de la Danse, résiste encore et toujours à l’envahisseur. Les garnisons de légionnaires dans les camps retranchés de L'Impératrissum, MCSolarium, Juliettarmanum et Charlottegainsbourum, se regardent le nombril, susurrent des paroles pas dérangeantes, feraient bien de craindre les baffes et la lumière qui pourrait éclairer leur intérieur.

La troupe d'intransigeants ménestrels est emmenée par le barde Ramon Pipin, sorte de ZADiste de la chanson à texte où les paroles "frôlent le bon goût sans jamais y tomber". Il faut rappeler que le spectacle du groupe de cet agitateur professionnel, Odeurs, a failli être mis en scène par Coluche, que, sous son vrai nom Alain Ranval, il a écrit les musiques de "Mon Beauf" et "Le retour de Gérard Lambert" de Renaud, qu'il a collaboré en tant qu'auteur de musique de films avec Albert Dupontel, Antoine de Caunes ou encore Laurent Baffie, ou pour la pièce de théâtre d'Eric Assous, avec Michel Sardou, "Secret de famille". Son studio, Ramsès, a accueilli Marquis de Sade, Eric Serra, Michel Jonasz, John McLaughlin, Zao et même Gotainer pour des enregistrements de publicités.

Le premier album d'Odeurs a accueilli comme musiciens ou chanteurs ponctuels quelques habitués du studio comme Manu Katche, Richard Pinhas, Didier Lockwood ou Roland Giraud (?). C'est dire que les exigences musicales du sieur Pipin sont élevées. Sa progéniture musicale pourrait rassembler Philippe Katerine pour le côté dadaïste, Giedré pour l'humour noir, Stupeflip pour l'univers personnel et Mark Oliver Everett comme touche-à-tout musical.

Une fois le décor planté et les présentations effectuées, revenons au banquet du soir, car la pitance y était excellente et généreuse.

En amuse-bouche, on nous sert "La porte du jardin", adaptation libre de "Hey Gyp" de Donovan, dont le clip avait été censuré par M6 à la fin des années 90. Il faut croire que quelques sous-entendus grivois étaient plus dérangeants que le téléfilm érotique du dimanche soir. S'ensuivent beaucoup de titres du dernier album en date "Comment éclairer votre intérieur", et quelques autres plus anciennes ("Nous sommes tous frères", également reprise sur le dernier album) de Ramon Pipin. "La chanson ennuyeuse" se révèle un grand moment.

Avec guitare électrique, guitare acoustique, deux claviers, un batteur et une basse, le son est ample et le confort d'écoute parfait. La fidèle Clarabelle Cockenpotz qui, au début des années 80 arrivait sur scène en guépière, est toujours là aux choeurs. En devant de scène, totalement immobile, mais allant changer de tenue entre chaque chanson, elle apporte une touche comique tout autant qu'étrange à l'ensemble. Cette première partie de la soirée est agrémentée de "twongs", un mélange de tweet et de song en moins de 140 notes. Nous n'hésiterons pas à dire que la "twong" intitulée Bertrand Cantat est une tuerie.

Pour la soirée du lundi 9 avril, Ramon Pipin a joué trois soirs au Café de la Danse, du 7 au 9, on retrouve même Chorus, l'émission de rock des années 80, réunie à nouveau puisque Antoine de Caunes et Jacky sont assis dans la salle.

Après un court entracte, ce sont les Excellents qui entrent en scène pour interpréter en live leurs pastilles youtubesques. A trois ukulélés et un cor (de rêve), ils adaptent en français quelques incontournables du rock : "Kiss" de Prince devient "Quiche", "Purple Haze" de Jimi Hendrix se conclut par un solo de ukulélé avec les dents, mais "Enola Gay" d'OMD sonne la fin du groupe. Exit les vestes rouges et les chemises à jabot, Ramon Pipin retrouve son t-shirt de scène illustré du logo de son dernier album, une tête d'ampoule.

La seconde partie est consacrée au nouvel album de Ramon Pipin, "Qu'est-ce que c'est beau". Un quatuor à cordes rejoint les musiciens déjà présents. Le nouvel opus est ambitieux et toujours drôle, inspiré et irrévérencieux. A une époque où on nous parle à longueur de temps de startup nation et d'esprit d'entreprise, on constate encore une fois à quel point les maisons de disque manquent d'audace puisque ce disque n'a toujours pas trouvé de producteur et de distributeur alors qu'il entre tout à fait dans l'esprit de l'humour d'un Guillon ou d'un Gaspard Proust. Cependant, aujourd'hui les professionnels abordent la musique comme un art qui divise plus qu'il ne rassemble, et pour viser le plus grand nombre il faut donc être le plus consensuel, c'est-à-dire le plus fade possible. Or Ramon Pipin n'en a cure et préfère rire de tout plutôt que de mourir d'ennui à force de ne vouloir choquer personne.

En final, ce sont deux chansons d'Odeurs qui sont interprétées : "Que c'est bon !" par Clarabelle, premier titre de De l'amour, paru en 1981. Puis "Couscous Boulettium", parodie de Kraftwerk parue sur l'album 1980. No Sex, interprétée pour la première fois depuis plus de 30 ans, et chantée par Klaus Blasquiz (Magma) comme à l'origine.

Deux heures de plaisir total avec le Ramon Pipin Band (encore), ce qui est une gageure vu son âge canonique, ça ne peut décidément pas se refuser.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Ramon Pipin
Le Soundcloud de Ramon Pipin
Le Facebook de Ramon Pipin


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=