Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce France de Griessen
Orphéon  (AAM Editions)  avril 2018

Mais comment fait-elle ? France de Griessen est de cette espèce qu’on aime nommer "artiste complète", comme s’il en existait d’incomplète… Mais elle, si vous lui laissez par mégarde une boîte de conserve et une plume, elle en fera une époustouflante machine à rêve. Elle est de ces artistes dont la capacité créative n’a de limite que les trébuchantes nécessaires à la diffusion de ses ouvrages.

Et à choisir entre livre et disque, la belle ne se pose pas la question, pourquoi pas un livre-disque ? C’est donc armée de sa guitare et de ses chansons qu’elle s’en vogue à Los Angeles et s’enferme avec le producteur et musicien Jamie Candiloro pour accoucher de ce carnet de route musical : Orphéon.

Amis de la culture, bonjour : un orphéon est une chorale de moult-mille personnes, un peu comme si tous les participants à la Foire du Trône se mettaient à entonner une joyeuse drille d’une même voix, du coup, j’imagine que les mutli-zaine de supporter en tee-shirt lycra fluos et perruques sentant la sueur et la bière du dernier match peuvent également être qualifiés d’orphéon.

Mais que vient faire France de Griessen là-dedans ? Son album serait plutôt à l’image d’un félin se languissant au soleil, méprisant le commun des mortels grouillant sous la pluie de ses urgences inutiles. Justement, Orphéon est une invitation au ralenti, à la ballade dans les étendues californiennes, en guitare et en voix, une aquarelle folk et poétique toute en cordes et en flow rassurant.

Qualifiant elle-même sa création de folk sauvage, France de Griessen se livre à cœur ouvert et l’âme à nue dans Orphéon. Entre poétesse torturée et romanesque aventurière, l’artiste se jette aux épines des roses autant qu’elle se repose sur la fragilité des pétales. Comme l’oiseau empalé sur la plus belle rose, lui donnant son sang pour qu’elle irradie de passion, rose cueillie par l’éperdu et rejetée par la méprisante. France de Griessen sublime la cruauté en notes célestes.

Son rock est délicat, sa folk est raffinée, elle crée sa musique comme une peinture, délicate dans les traits, fragile dans la coloration, ses aquarelles parlent à l’intuition des sens.

Et ce n’est pas tout, parce que la belle n’invite pas seulement à la frivolité, Orphéon porte aussi des promesses de combat et de lutte contre les injustices : "une épine dans mes cheveux cachée" ("L'épine"), des batailles perdues d’avance et des deuils iniques ("Civil war").

Les visuels travaillés et arrangements millimétrés laissent la place à l’ivresse des sens, à faire émerger des envies coupables de margarita de minuit, de saucisson apéritif et de bains sans latex.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Electric Ballerina de France de Griessen
L'interview de France de Griessen (12 septembre 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de France de Griessen
Le Bandcamp de France de Griessen
Le Soundcloud de France de Griessen
Le Facebook de France de Griessen


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

France de Griessen (12 septembre 2011)


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=