Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Chair de l'Orchidée
Patrice Chéreau  avril 2018

Réalisé par Patrice Chéreau. France/Italie/Allemagne. Drame. 1h 40. (Sortie le 2 mai 2018 - 1ère sortie 1er février 1975). Avec Charlotte Rampling, Bruno Cremer, Edwige Feuillère, Simone Signoret, François, Hans Christian Blech, Alida Valli, Hugues Quester er Roland Bertin.

On a oublié que Patrice Chéreau a une réelle œuvre de cinéaste comptant une bonne dizaine de films et qu'il n'a que trente ans à peine quand il réalise le premier, "La Chair de l'Orchidée".

Le paradoxe d'un grand metteur en scène de théâtre devenu cinéaste - chose rare en France - c'est que son travail théâtral ou opératique s'évanouit forcément des mémoires, alors que ses films ont bien plus de chances de rester.

Bien sûr, on objectera que, désormais, il y a presque systématiquement captation des œuvres théâtrales. Mais, une captation n'est, sauf exception, qu'une archive, qu'un témoin ou même un reportage de ce qui a été joué. On y trouve pas un regard, une intelligence des plans, un désir esthétique. Jamais une captation ne saura se hisser au niveau d'une adaptation filmique.

Voilà donc pourquoi revoir "La Chair de l'Orchidée" de Patrice Chéreau, c'est tenter de se replonger dans les souvenirs qu'on peut avoir de ses mises en scène. L'inabouti du film, ses maladresses voire ses lourdeurs, renvoient curieusement les images de ce qu'il était alors au théâtre, c'est-à-dire un jeune homme audacieux et sûr de lui.

Tout ce qui rate dans le film, tout ce qui est trop appuyé, tout ce lyrisme qui cherche à envelopper cette histoire expressionniste, est l'envers du Chéreau qui règne sur les plateaux de théâtre.

Qu'il choisisse ici d'adapter un roman de James Hadley Chase est symptomatique : il ne s'attaque pas à un sujet "intello". D'ailleurs, jamais il ne le fera dans aucun de ses films à venir et aura souvent pour collaborateurs des scénaristes de films plutôt grand public (Jean-Claude Carrière, Danielle Thompson, Georges Conchon).

Dans "La Chair de l'orchidée", c'est Carrière qui se colle à l'impossible stylisation de cette histoire noire très touffue. "La Chair de l'Orchidée", cela pourrait être l'histoire d'un lanceur de couteaux qui tue sa partenaire et se transforme en assassin volontaire, cela pourrait aussi être l'histoire d'un homme aux abois qui découvre l'amour et la mort par la même occasion, ou cela pourrait aussi être l'histoire d'une héritière qui porte en elle la fatalité normalement dévolue aux aventurières...

Le parti pris de Chéreau, qu'il n'aurait sans doute pas osé au théâtre, est de créer avec tous ces éléments une ambiance sombre, un climat lourd dans lequel les personnages semblent tous plus âgés qu'ils ne sont, donnent l'impression de surgir des années 1950.

Mais pas les années 1950 des films tirés de James Hadley Chase qui rimaient avec des noirs et blancs très lumineux, des héroïnes blondes et des détectives virils. Dans "La Chair de l'Orchidée", la photographie pourtant couleur de Pierre Lhomme se complaît dans des pénombres noirâtres, des couleurs ternes seulement combattues par des violets et des bleus.

Chéreau n'a sans doute pas encore les codes cinémas pour donner du corps comme il le souhaiterait au passé poisseux qui sert de base à l'histoire compliquée qu'il raconte. Sa mise en scène reste statique quand elle devrait devenir fluide. Charlotte Rampling est trop sage et Bruno Cremer pas assez victime de son charme délétère.

N'empêche que plus de quarante ans après sa sortie, "La Chair de l'Orchidée" de Patrice Chéreau est un film, certes fragile, mais toujours à la recherche de sa propre narration. En cela, il n'est pas daté et ses mystères demeurent. Il y a en lui une agitation perpétuelle qui donne à ce film qui ne sait pas se reposer une vraie dimension cinématographique.

En cela, Chéreau réussit son examen de passage dans un domaine où il était encore novice, et où il saura s'imposer avec notamment "La Reine Margot".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=