Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nous sommes l'Humanité
Alexandre Dereims  mai 2018

Réalisé par Alexandre Dereims. France. Documentaire. 1h30 (Sortie le 2 mai 2018).

On en a vu des documentaires sur des paradis terrestres menacés de disparaître à cause des "civilisés" et des populations indigènes en voie d'extinction. "Nous sommes l'Humanité" d'Alexandre Dereims est peut-être le dernier à conter l'histoire d'un peuple dont il reste entre 300 et 400 membres et qui demain ne sera sans doute plus qu'un souvenir que ce film perpétuera.

Cela se place administrativement en Inde, pays qui possède les îles Andaman aux plages au sable pur et à la mer d'un bleu à se damner. Géographiquement, elles sont très loin du sous-continent indien et assez près de la Birmanie.

Elles comptent quelques populations indigènes dont la présence remonte à la nuit des temps. C'est particulièrement le cas de la tribu des Jarawas, de race noire assimilée aux Pygmées, qui n'a rien à voir avec les Indiens ni les Birmans. On estime qu'elle est là depuis 70 000 ans et que son nombre a chuté depuis la colonisation anglaise où elle était composée de 8 000 âmes à aujourd'hui, 2018, où la communauté jarawa n'est plus que de 400 personnes au maximum.

Dans "Nous sommes l'Humanité" d'Alexandre Dereims, on plonge littéralement dans un monde incroyable, chez des hommes et des femmes d'une beauté incomparable, des êtres rieurs et à la fois conscients qu'ils sont les derniers à vivre cette vie de "naturels" alors que la "civilisation", sous forme de touristes indiens et de braconniers sans foi ni loi, est désormais à leur contact

Dans ce très beau documentaire, on découvre une "tribu" comme on en rêvait. Ils sont magnifiques, savent se parer de feuillages et de maquillages qui renforcent leur beauté nue. Filmés avec délicatesse, sans jamais être intrusif, par la caméra d'Alexandre Dereims, on les voit s'aimer ou s'amuser, toujours gais et vaillants.

"Nous sommes l'Humanité" ne cherche pas à dresser un portrait anthropologique des Jarawas, ne diffuse sur eux que quelques informations parcellaires, mais ce qui est montré à l'écran ne cache pas un revers de la médaille décevant.

On n'ignore tout de la structure de leur société, mais ce qu'on en apprend en naviguant sur les moteurs de recherche confirme ce qu'on voit sur l'écran : ils n'ont ni dieux ni maîtres. Aucune hiérarchie religieuse ni civile ne vient entraver leur liberté. On les sent libre de mœurs et sans tabous, capable de s'aimer comme ce couple de jeunes gens qui s'enlacent et s'embrassent devant nous, en déclarant qu'ils s'aiment.

Qu'ils soient enfants ou adultes, les Jarawas vivent leurs vies avec beaucoup de sensualité. Quand les petits se baignent, leur joie fait plaisir à voir : on dirait une armada de petits Kirikous heureux de découvrir les sensations marines...

"Nous sommes l'Humanité" d'Alexandre Dereims fera date, un peu comme l'aboutissement d'un cinéma consacré aux peuples indigènes inauguré par "Nanouk" de Robert Flaherty.

Sans doute moins "fabriquée" que l'histoire du petit esquimau dont les aventures étaient destinées au peuple cinématographique des années 1920, cette immersion parmi les Jarawas constitue peut-être un terme à ce cinéma, une dernière étape avant la finitude d'un monde. Après, très vite, c'est du côté de ceux qui filment et qui voient que l'univers commencera à s'écrouler.

Les beaux visages apaisés des femmes jarawas, leur conscience innée qu'elles sont vouées à une disparition future, tout cela pénètre dans les cœurs et les têtes des Occidentaux et devraient leur faire comprendre qu'il faut absolument empêcher que l'inéluctable ait lieu.

Documentaire délivré de tout didactisme, épousant les gestes et les sourires de ces fiers survivants d'un monde heureusement très longtemps préservé, "Nous sommes l'Humanité" d'Alexandre Dereims restera dans les mémoires comme l'ultime témoignage de la nécessaire diversité humaine.

On se souviendra notamment de ce petit garçon qui frappe la statuette en plastique caricaturale censée le représenter. Non,c'est sûr, il n'est pas ce jouet : il est un trésor vivant qu'on doit à tout prix empêcher de n'être plus que cette représentation vulgaire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=