Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Michael Wookey
Hollywood Hex  (We are unique! Records)  avril 2018

Le label toulousain We are unique! Records, à qui l’on doit (excusez du peu) les deux premiers albums de Midget ! mais aussi les disques de Le Flegmatic, reste décidemment fidèle à ses artistes en publiant le nouvel opus de Michael Wookey (ce même Wookey fut d’ailleurs arrangeur pour Angil and the Hiddentracks, autre signature de taille de cette petite structure).

Si vous aviez connaissance et goûtiez déjà son précédent album, Submarine Dreams, vous ne devriez pas être déçu ; si vous ne connaissiez pas, j’espère que cette chronique vous donnera, au moins, l’envie de découvrir.

Bien qu’heureusement différent du précédent opus, la continuité est bien là et les partis pris artistiques sont forts : toujours l’importance donnée à la voix (encore mixée en surplomb) audible et compréhensible, le chant est incarné, toujours le soin méticuleux accordé aux arrangements et toujours des prises de sons remarquables. Cette façon, si singulière, de faire sonner les instruments - qu’il s’agisse d’instruments connus, familiers, comme les batteries, les pianos, les Mellotrons, les guitares, les violons, etc. ou d’instruments aux sonorités moins familières évoquant une collectionneur bidoulleur de sons inattendus, de sons "inentendus" - le rapproche sur ce point de Pascal Comelade.

Les instruments ont chacun leur place, leur espace sonore – on est assez loin des bouillies de la scène "néo psyché" qui, à force d’être trop mixées, en deviennent bizarrement indigestes.

L’album s’ouvre sur une ambiance toute comeladienne au toy piano (joué par celle qui fut musicienne pour John Cage, Margaret Leng Tan), puis viennent d’annonciatrices scansions de cuivres. Le morceau mute encore, devient un peu hip-hop, pour finir dans la grandiloquence tout en cordes, cuivres et piano lyrique.

L’album se poursuit avec des morceaux reposant sur des rythmiques (simples) de batterie. Sur "Red Hot Dollas" s’ajoute un piano discret, des envolées de cordes et la voix parlée chantée prend une forme exorcisante. "Living by the sea" construit une ambiance plus cuivrée, celle d’un pop orchestrale mélancolique. Puis vient "Bane", morceau plus enlevé reposant sur le duo contrebasse batterie ; une discrète guitare, de douces montées de cordes et de cuivres donnent une ambiance petite fanfare adoucie à ce single. Le final, sorte de ballade folk lo-fi, est en rupture totale avec le reste du morceau.

Les trois titres suivants sont d’esprit plus ballades folk, arpèges de guitares, ambiance aux claviers, piano résonnant, piano en écho et Mellotron ("Long Live The Meadows"), ballade folk mélancolique, tout en retenue ("Hollywood Hex") très pianistique, guitare étouffée à la phrase rudimentaire jouée en boucle. "Do the Right Fear No Man", enfin, et ses violons expressifs est construit comme un crescendo toujours retenu, une lente progression.

Vient ensuite "Motherfucker" comme un interlude, puis "Shut your mouth and dance with me", sorte de ballade cabaret déglingué, ambiance harmonica, arpèges country folk, Mellotron élégant, synthés, "noisy" pouet pouet, et petites chorales.

Le classique "Pistol Whipped" prolonge l’ambiance si ce n’est la rupture brutale à la troisième minute comme un deuxième morceau plus en fanfare.

Voilà la fin, on le sent, avec "Small Voice of Calm". On range le décor, demain la tournée se poursuit et l’on est un peu satisfait, un peu mélancolique aussi. C’est l’heure de l’examen. Tout s’éteint après des crépitements. Les rythmes du cœur. Les lumières du cirque crépitent, s’éteignent, ou grillent.

Par rapport à son précédent opus, celui-ci peut sembler plus classique, moins cabaret expressionniste. C’est vrai ! Ce disque est plus grave, plus introspectif : Wookey semble se parler à lui-même, se donner des conseils comme pour se prémunir contre lui-même.

On note parfois un certain "minimalisme", une économie précieuse et précise plutôt que le déferlement sonore et l’opulence du disque précédent. Ce n’est pas un défaut. L’ensemble saisit autant par sa sincérité, par son sens évident de l’écriture, que par son souci de proposer un son singulier.

Entre cabaret expressionniste conscient de ses limites, pop orchestrale modeste et ballade folk violoneuse, l’ombre de Tom Waits semble s’être éloignée, remplacée par celle de Sparklehorse (celui de It’s a Wonderful Life) mais avec toujours ce qui fait d’un disque de Wookey est un disque de Wookey : il est unique ; et cherche l’essentiel, non dans le dénuement d’un duo guitare / voix ou piano / voix (dont on peine à comprendre ce qu’il aurait, par principe, de plus profond que le reste) mais au contraire dans l’intelligent usage de l’artifice.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Submarine Dreams de Michael Wookey
La chronique de l'album Truelove $ Day de Michael Wookey
L'interview de Pauline Dupuy (Contrebrassens) & Michael Wookey (mardi 17 janvier 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Michael Wookey
Le Bandcamp de Michael Wookey
Le Soundcloud de Michael Wookey
Le Facebook de Michael Wookey


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Contrebrassens et Michael Wookey (17 janvier 2017)
Michael Wookey And His Toy Orchestra (6 juin 2014)
Michael Wookey et Pauline Dupuy (2 avril 2014)
Michael Wookey & The Hiddentracks (1 décembre 2011)


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=