Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eloge de la roue libre
Christophe Salaün  (The Minute Philosopher.)  février 2018

Les philosophes ne sont pas si nombreux que ça. Bien sûr, il y a les profs de philo médiatiques qui font du rattrapage scolaire auprès des Français (Onfray, Ferry, Levy). Mais le philosophe qui philosophe est rare. On pourrait citer Clément Rosset, Jacques Bouveresse, Jean-Luc Nancy, Georges Didi-Huberman, Marcel Conche et à la rigueur André Comte-Sponville.

A cette liste, plus club des cinq que Top 50, il faut désormais ajouter Christophe Salaün. Mais les précités - aussi jaloux que la belle-mère de Blanche-Neige - s'écrieraient en choeur et sans tarder : "Christophe Salaün triche !"

Et ils auraient raison ! Car il est aidé - d'aucuns diraient dopé - par un être à deux roues et une selle. Il faut se rendre d'emblée à l'évidence : Christophe Salaün n'est rien sans sa bicyclette.

Il ne s'en cache pas dès la page 13 de son "Éloge de la roue libre" : "En un mot, je me suis aperçu que grimper sur ma machine est toujours l'occasion d'un expérience philosophique à part entière, et, loin de se résumer à un exercice anodin, à un mode de déplacement parmi tant d'autres, quand je suis le cul sur la selle, c'est alors ma situation, relativement à la question de mon corps, de l'espace, du temps et de ma liberté, qui est mise en perspective."

A l'occasion, on appréciera le style fluide, limpide, aérien, du philocycliste. Dans un ouvrage où il pédale plus qu'il ne remue ses méninges, puisqu'il ne dépasse pas les cent pages tout en avalant les kilomètres, le joyeux sage n'en finit pas de faire partager sa passion pour la petite reine.

Au point de commettre des anachronismes, de rêver un Rousseau non plus promeneur mais pédaleur, d'imaginer qu'un Kant à vélo aurait quitté son parcours de monomaniaque autour de Koenisberg pour découvrir le monde alentour avec tout ce qui s'en serait suivi pour la "Critique de la raison pure". Au point d'apprendre à son lecteur que Michel Foucault, casquette vissée sur son crâne luisant, était un adepte du deux-roues entre le Collège de France et la Sorbonne.

Evidemment, on ne saurait cacher le côté mensonger du titre choisi , "Éloge de la roue libre". En effet, il faudra attendre la page 97 pour que soit citée la dite roue : "La roue libre est la rédemption ultime du cycliste, le moment où, enfin, il s'abandonne et lâche prise. Le long apprentissage de soi, l'preuve de la résistance des choses, tout cela trouve dans l'exercice de la roue libre une forme de conclusion heureuse, une délivrance et une rédemption."

"Tout ça pour ça", dirait Lelouch au volant de sa Ford Mustang. Sans doute mieux vaut tard que jamais car, par exemple, on attendra en vain un mot sur l'usage social du bicloune. Individualiste forcené, Salaün n'a pas une pensée pour la dimension néo-réaliste du vélo, aucune compassion pour le "voleur de bicyclette". Pareillement, l'armada des pédaleurs chinois est peu de choses face à son usage bobo du vélo, ou plutôt "bienbien" (bienheureux et bienveillant) du meilleur ami mécanique de l'homme.

Silence aussi sur cette bande de copains qui a souvent vécu d'enfer pour ne pas mettre pied à terre devant Paulette. Pas de pieds à terre, ici.. Oh non ! Et, à sa place, un piédestal pour la personne qui écrit, page 90, cette phrase qui fera date  : "Le vélo, c'est une alchimie des passions, un équilibre des sentiments et des sensations"

Qu'on le veuille ou non, qu'on l'ait lu ou non, "Éloge de la roue libre" de Christophe Salaün a déjà changé le regard général porté sur le deux-roues à dérailleur. Erudit bon enfant, cherchant à être compris sans user de facilités conceptuelles, Christophe Salaün donnera à ses contemporains peut-être goût à la philo autant qu'au vélo et luttera ainsi contre l'inculture et l'embonpoint.

Parfait petit livre pour l'été, "Éloge de la roue libre" ne prendra pas beaucoup de place dans le sac du plagiste, mais une énorme dans son cerveau paresseux.

 
 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=