Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tarkovski, le corps du poète
Manufacture des Oeillets  (Ivry)  mai 2018

Texte de Julien Gaillard, mise en scène de Simon Delétang, avec Hélène Alexandridis, Thierry Gibault, Stanislas Nordey, Pauline Panassenko et Jean-Yves Ruf.

Stanislas Nordey poursuit sa revisitation des grands cinéastes hérétiques. Après R.W. Fassbinder et Pier Paolo Pasolini, c'est au tour d'Andréï Tarkovski d'avoir le privilège d'être interprété par l'ex-directeur de la Colline devenu celui du Théâtre National de Strasbourg.

Plus encore que pour les artistes précédents, on a l'impression d'une immersion en profondeur dans l'oeuve du cinéaste soviétique, auteur de seulement sept films mais qui, tous, à leur façon, ont changé quelque chose dans la vie de ceux qui les ont vus.

D'abord, on passera sur le gros moins dans l'incarnation de Tarkovski par Stanislas Nordey : sa moustache et sa mèche. Physiquement, la ressemblance n'est pas flagrante et c'est plus à Francis Cabrel, mâtiné d'un soupçon d'Adolf Hitler, qu'on pense en voyant Nordey en Tarkovski.

Commencé par un irrésistible numéro de Pauline Panassenko en conférence russe surtitrée qui débite un texte de présentation d'Andréï Tarkovski tel qu'il doit apparaître dans des encyclopédies d'avant Wikipédia, "Tarkovski, le corps du poète" se poursuit par une scène où le grand cinéaste est allongé dans un grand lit d'où vont naître ses rêves et préfigure sa mort prématurée.

Dans la mise en scène de Simon Delétang, les images produites vont être théâtralement saisissantes, qu'elles soient réussies ou pas, installant une correspondance avec l'immense travail visuel de Tarkovski.

Qu'il s'agisse des textes dits par Nordey choisis par Julien Gaillard ou de l'ambiance produite par Simon Delétang, on peut dire, quand on connaît bien l'oeuvre d'Andréï Tarkovski, qu'elle n'est dans l'ensemble pas trahie. Au contraire, on peut mettre au crédit du couple Gaillard-Delétang un grand respect et une non moins égale admiration pour l'oeuvre de l'auteur du "Sacrifice".

Encore une fois, "Tarkovski, le corps du poète" risque de séparer le public selon sa connaissance préalable de la filmographie du cinéaste de "Solaris". Pour ceux qui le pratiquent couramment, ils trouveront que Nordey en fait quelqu'un de trop tourmenté, une sorte d'agité en proie aux démons de l’artiste possédé par son génie, alors que dans les interviews reprises ici on découvrait un personnage d'une grande douceur, quelqu'un qui ne criait pas (ou exceptionnellement), qui ne pouvait pas crier parce qu'il était justement hanté par une œuvre d'origine divine.

Autre biais : s'il a écrit son journal et qu'on a ressemblé en ouvrages ses interventions et ses entretiens, Tarkovski était surtout un homme possédé par l'image, par la puissance des symboles iconiques. Ce n'était pas un homme du discours ou du ressassement.

Inévitablement, en en faisant quelqu'un qui ne cesse de parler, Nordey est loin du Tarkovski qui s'exprimait en images poétiques ou dans la concision d'une parole plus proche de la prière que du discours. N'importe, en étant dans l'emphase et dans un lyrisme que l'on peut juger excessif pour représenter Tarkovski, Nordey a le mérite d'un certain didactisme.

Il faut considérer "Tarkovski, le corps du poète, sous-titré "Il est temps de comprendre que personne n'a besoin de toi", comme un exercice d'admiration (d'où les scènes dans lesquelles Thierry Gibault et Jean-Yves Ruf rejouent des séquences de "Stalker") et comme une introduction à une œuvre majeure, une de seules œuvres cinématographiques qui, objectivement, met le cinéma à la hauteur des formes littéraires et des arts picturaux.

On saura gré à Julien Gaillard et à Simon Delétang de n'avoir pas ponctué cette évocation de vidéos extraites des films du cinéaste russe. Quelqu'un qui ne saurait rien de lui, n'en aurait rien vu, pourrait ainsi imaginer un tout autre cinéma que le sien.Il aurait pour cela les éléments fournis par le couple dramaturge-scénographe.

Ce qui, finalement, correspond bien à ce que Tarkovski voulait produire sur son spectateur au niveau spirituel. Pour lui, le cinéma n'est pas qu'une reproduction de la vie, c'est aussi la recherche, hésitante et tâtonnante, d'une transcendance dont il a la certitude, et qui deviendra une évidence à force d'apparaître dans les œuvres artistiques.

Car Tarkovski est un croyant dans un monde d'athées, de gens qui, littéralement, ne voient pas. Paradoxe insoutenable que ces aveugles à qui il montre en pure perte ce qu'ils ne peuvent pas voir.

Didactique, parfois un peu trop, "Tarkovski, le corps du poète" a le mérite de sortir de son purgatoire l'un des génies du 20ème siècle. Quoi qu'il s'agite, alors que son modèle avait le désespoir zen et parlait avec une douceur infinie, Stanislas Nordey est, comme toujours, d'une sincérité intégrale.

Avec plus de maladresses que de certitudes, il se confronte à un être lumineux qui se fracasse contre l'obscurité commune à tous les hommes du commun. Il ne mesure sans doute pas sa chance, celle de s'investir profondément dans l'être d'un artiste incomparable, voleur de feu et grande âme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=