Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 23 rue Couperin
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mai 2018

Epopée poético-musicale écrite et mise en scène par Karim Bel Kacem, avec Fahmi Guerbâa et Karim Bel Kacem accompagnés par les musiciens Alain Franco, Aurélie Entringer, Serge Vuille, Flavio Virzi et Michael Schmid de l'Ensemble Ictus dirigé par Alain Franco.

Il y a toujours eu des musiciens dans la vie de Karim Bel Kacem : Messager, Mozart, César Franck, Debussy, Gounot.. Il faut dire qu'il s'agissait du nom des rues de son quartier d'enfance. Beaucoup d'oiseaux aussi puisque tout le monde surnommait sa cité amiennoise "le Pigeonnier". Et puis, également, du bruit, de la fureur... Car dans ces huit barres qui le formaient, le volcan social couvait, loin d'être éteint, et a fini par exposer...

C'est ce qu'il va raconter dans ce "23 rue Couperin"... En trois volets dans un bout à bout dialectique qui va fournir de quoi nourrir un théâtre total, tout autant documentaire que surréel.

Au début, un paysage de tours dans l'obscurité, avec quelques lumières ouvrant le champ à la pyrotechnie. Puis, alors qu'une voix plaintive de banlieusard jure à sa maman bien des choses, l'écroulement attendu des immeubles met à bas des centaines de Kapla. C'est la phase de la cité : elle bruit, elle crie, elle se débat et tombe... malgré la voix chevrotante d'André Malraux qui promettait jadis un radieux avenir gaulliste...

Alors la musique tente sa chance. Les plaques de rue prennent enfin leur sens musical et l'Ensemble Ictus, capable de tout jouer du classique aux musiques de films, sous la direction musicale de son pianiste Alain Franco vient adoucir les mœurs, donne l'illusion d'améliorer les choses. Aurélie Entringer (Alto), Serge Vuille (Percussions), Flavio Virzi (Guitare) et Michael Schmid (Flûte) sont à leur meilleur. Mais cela suffit-il ?

Ils s'esquivent un à un et c'est le retour au chaos qui triomphe avec passage de pigeons Cette fois-ci, ce n'est pas le murmure collectif, dans une pénombre encombrée de sirènes de police. C'est le cri déchirant d'un homme alors que les pigeons-pléonasmes hantent les ruines de la cité en feu. Il a tout de l'homme muré dans son désespoir. L'instant est pathétique. La fatalité ira jusqu'au bout. Il faut s'y préparer.

Commencé comme un constat, "23 rue Couperin" s'achève en parabole. La structure inventée par Karim Bel Kacem pour conter son enfance est certes rigide, mais elle laisse s'écouler de la vie entre ses pores. Fahmi Guerbâa incarne Yacine, l'humain des Cités, un humain au bord du néant, cabossé et en quête d'amour. Un programme qui nécessite plus qu'une pièce d'une heure.

"23 rue Couperin" de Karim Bel Kacem dit la banlieue, celle d'une ville moyenne française. Il cherche à dépasser le "brut de décoffrage" que l'on attend d'un tel sujet. L'empilement de moments très différents peut dérouter ou paraître factice. Qu'importe. Un sentiment passe. Un sentiment qui prend forme au-delà de la compassion ou de l'incompréhension.

Ce que peut le théâtre sur ce qui est montré, c'est à la fois infime et beaucoup. Une lumière qui s'allume, c'est un peu d'obscurité qui s'éloigne. Quelqu'un de plus qui écoute Yacine, c'est peut-être un jour la possibilité qu'il ne se jette pas dans le vide et qu'il n'ait pas besoin d'aller à l'extrême pour être applaudi. C'est l'utopie du théâtre sur la vie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=