Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bérénice
Ateliers Berthier  (Paris)  mai 2018

Tragédie de Jean Racine, adaptation et mise en scène de Célie Pauthe, avec Clément Bresson, Marie Fortuit, Mounir Margoum, Mahshad Mokhberi, Mélodie Richard et Hakim Romatif.

Epure de tragédie où les larmes remplacent les armes, où la souffrance des coeurs supplée la souffrance des corps, "Bérénice" est la pièce la plus cérébrale de Racine, la plus formelle, celle où bien dire le texte importe le plus pour que l'on comprenne la vérité des personnages.

D'un trio glorieux, Titus, l'aimé, Bérénice, l'aimante et Antiochius l'ami, les circonstances politiques,c'est-à-dire la raison de l'État romain, vont faire trois solitudes, trois malheurs, trois âmes perdues.

Car, à la mort de Vespasien, son fils Titus devient Empereur et doit respecter la loi d'airain de Rome : épouser une Romaine et surtout pas une princesse étrangère. Or, Bérénice, celle qu'il aime et qui l'aime est princesse de Palestine...

Célie Pauthe bâtit sa version de "Bérénice" sur un présupposé que Racine, courtisan en train de conquérir le roi, réfuterait : c'est la reine Bérénice, le personnage pivot, central de la tragédie, celle qui dit que l'amour est plus fort que le reste, qu'il rend humain et préserve de la barbarie.

Or, dans l'optique de Racine, il s'agit de complaire à Louis XIV, en le confortant dans la décision qu'il a eu de se séparer de Marie Mancini, nièce de Mazarin. L'insistance de Bénérice est la raison pour laquelle il a raison de la répudier : elle ne comprend pas la loi romaine, la loi sans laquelle il n'y aurait pas d'Empire.

C'est donc elle la barbare et rien n'y fera pas même les interludes composées par le saucissonnage en quatre parties - une par acte - du court-métrage de Marguerite Duras, "Césarée", qui renforce l'idée de la primauté de la parole féminine.

Cette participation de Marguerite à "Bérénice" est plutôt contre-productive : la diction durassienne ne se marie pas vraiment à la métrique racinienne, surtout quand elle est, comme ici, une préoccupation secondaire des acteurs.

Si on ne peut leur contester le fait d'articuler, on peut leur reprocher de ne pas s'emparer du vers, d'en trouver le bon rythme, d'en jouir presque physiquement en en offrant l'écoute au spectateur.

Dès lors, la beauté du texte, qui est fondamentale, passe au second plan. Il suffit de voir comment l'ultime alexandrin est sacrifié à une dernière intervention du film de Duras, qui, au passage, ne vaut que par l'aisance de son chef opérateur, Pierre Lhomme, à filmer les statues antiques.

Célie Pauthe n'a pas la fibre classique, elle cherche avant tout à donner un sens contemporain à ce qui n'est, au départ, qu'un dialogue entre un auteur servile et son maître tout-puissant.

Célie Pauthe a donc construit une "Bérénice" moderne, césure entre l'Orient et l'Occident, aux résonances quasi-géopolitques. Mais le texte est quand même là et dans une scénographie ensablée de Guillaume Delaveau, les mots de Racine buttent contre les intentions de Célie Pauthe.

Là où Bérénice (Mélodie Richard), Titus (Clément Bresson) et Antiochus (Mounir Margoum) devraient être submergés d'émotion, le spectateur ne ressent que froideur et calcul.

Quant à leurs factotums, Arsace pour Antiochus, jouée ici par une femme (Marie Fortuit) sans que cela ne nuise en rien ni n'apporte quelque chose, Paulin (Hakim Romatif) pour Titus et Phénice (Mahshad Mokhberi) pour Bérénice, ils s'évertuent à exister plus qu'à exercer une influence sur leurs mentors.

Sans doute alourdie par l'ajout des "parenthèses Duras", la version de "Bérénice" proposée par Célie Pauthe ne convaincra pas les tenants du lecture littérale de l'oeuvre racinienne et peinera à satisfaire ceux qui y voient le combat idéaliste d'une femme contre un système totalitaire.

Reste que la pièce telle qu'elle est montée par Célie Pauthe a l'avantage de la clarté, bien que cela induise un certain schématisme et la disparition de tout lyrisme enflammé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=