Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Longwy-Texas
Maison des Métallos  (Paris)  mai 2018

Conférence-performance de Carole Thibaut.

L'année dernière, au Théâtre Ouvert, Carole Thibaut avait proposée une "petite conférence performée" sur son enfance à Longwy, son rapport à son père, ingénieur dans la sidérurgie lorraine. Cette fois-ci, la durée de "Longwy-Texas" a doublé.

Pour raconter cette Lorraine des hauts-fourneaux, berceau de sa famille, de ce "monde des pères", qui commence avec son arrière-grand père, elle utilise toujours des diapositives et des films vidéos, mais là encore les extraits d'actualité se sont amplifiés et, si elle demeure derrière un pupitre, avec un micro, elle lit un texte plus détaillé, peut-être un peu trop, puisqu'elle paraît plus hésitante que lors de la présentation de la version courte de sa conférence.

Elle poursuit le principe à deux voix qu'elle avait breveté l'an passé : de temps en temps, elle quitte le domaine des généralités sur Longwy, ses hommes, ses lieux, ce que y vivre voulait dire, pour prendre un autre ton et énoncer des propos plus personnels.

Ce qu'elle dit sur son père paraît peut-être un peu plus dur car en étoffant son propos ressortent toutes les attitudes du cadre dirigeant qu'il était, totalement obédient à la direction dont il faisait partie sans état d'âmes.

Parallèlement, elle donne plus de place à l'évocation de "Radio Lorraine cœur d'acier", la radio libre qui mena la lutte impossible contre les vœux d'un capitalisme toujours aussi de droit de divin quand survint la décadence et la déroute qu'il l'était dans ses années fastes et triomphantes.

Carole Thibaut, qui a quitté brutalement Longwy à dix ans, y est peu revenue. Elle a effectué trois voyages depuis la fin des années 1970, et le dernier à l'occasion du doublement de son spectacle. Cela lui a permis de régler leurs comptes à ce qu'elle appelle ses "mythologies"personnelles".

Ainsi elle a découvert qu'elle n'était pas le fruit de la "méritocratie ouvrière" que son arrière-grand-père et son grand-père n'étaient pas des ouvriers qui s'étaient élevés mais déjà des cadres dirigeants.

Le rapport à un père produit d'une caste qui se reproduit n'est forcément pas le même qu'avec un père qu'elle croyait être celui qui avait d'une certaine façon trahi la "classe ouvrière". Ainsi, Carole Thibaut sait également qu'elle n'est pas issue de ce peuple dont elle se rêvait.

Le récit est devenu sans faille et l'on sent finalement chez elle une petite déception, mais aussi une nouvelle interrogation : pourquoi, elle, la jeune fille de bonne famille qui voulait faire plaisir à son père a-t-elle franchi la frontière vers l'autre clan, pourquoi en devenant artiste a-t-elle enfreint un ordre immuable"?

En développant son enquête, elle n'a pas perdu le fil ni le sens de sa démarche, mais on la sent quand même un peu moins lyrique, un peu plus mal à l'aise pour dire les mots qu'elle usait l'an passé sans problème et peu moins convaincante pour montrer les choses avec un lyrisme pourtant déjà mesuré et tempéré.

L'an passé, on constatait qu'elle n'était pas du genre à terminer par "Les mains d'or" de Bernard Lavilliers. Aujourd'hui, pourtant, elle achève sa lecture par une chanson du même acabit, une chanson de Michel Fugain, "Le chiffon rouge", un texte plus faible, moins viscéral et moins démagogique sans doute que le chef d'oeuvre de Lavilliers : "Compagnon de colère, compagnon de combat, Toi que l'on faisait taire, toi qui ne comptais pas, Tu vas pouvoir enfin le porter, Le chiffon rouge de la liberté, Car le monde sera ce que tu le fera, Plein d'amour de justice et de joie".

L'ère Macron est aussi passée par là. Carole Thibaut retient peut-être encore plus son émotion. Elle sait qu'elle ne pourra pas (ou ne pourrait pas) faire de ce travail de mémoire un spectacle qu'elle jouerait régulièrement.

Malgré ce nouveau contexte et ses nouvelles interrogations de Carole Thibaut, on ne changera pas la conclusion de l'an passé : "Longwy-Texas» est une évocation nécessaire et sans fausses notes.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=