Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Way Out
PlayStation 4 / Xbox One / Microsoft Windows  (Hazelight Studios / Electronic Arts)  mars 2018

A Way Out, sorti il y a quelques mois (en mars 2018) est un jeu indépendant développé par le studio Hazelight. Ce "petit" studio suédois, à la tête duquel se trouve Josef Fares qui s'était fait connaître avec le jeu Brothers : A tale of 2 sons travaille depuis quelques années déjà (il a créé son studio en 2014) sur ce jeu et le voici donc enfin avec une belle sortie chez Electronic Arts.

A Way Out, c'est l'histoire de deux détenus qui se rencontrent en prison et qui vont rapidement s'entendre pour essayer de s'en échapper. Le synopsis est concis mais le jeu, lui, est très narratif et la vie des ces deux protagonistes dans leur aventure carcérale sera développée comme un film dont, au final, vous serez les héros.

Evidemment, on pense à du David Cage, pas besoin d'un niveau de gamer hors du commun pour réussir à aller au bout du jeu. Ici, ce n'est pas l'exploit vidéo ludique qui est mis en avant mais bien le déroulement de l'histoire donc chaque minute est entre vos mains.

En réalité, on n'est pas dans un monde ouvert, loin de là, et donc évidemment tout est scripté mais la narration et le gameplay vous embarquent très facilement dans l'histoire et vous ne tarderez pas à vous laisser prendre par l'ambiance avec votre compagnon de jeu.

Car oui, le petit plus de ce jeu-là est qu'il se déroule en binôme, à l'écran comme derrière les manettes. C'est même un grand plus car c'est la force et la particularité de A Way Out : il vous faudra en effet forcément jouer avec un acolyte, que ce soit en local (ENFIN, un jeu qui se joue en local à l'ancienne sur PS4) ou à distance. Et là, astuce suprême et super bien vue par les développeurs, votre binôme, dans la mesure où vous possédez le jeu, pourra télécharger gratuitement une version spéciale et gratuite sur le Play Store pour jouer avec vous (bien évidemment, il ne pourra pas jouer sur cette version avec une autre personne n'ayant pas le jeu, ni en local).

Le jeu étant, encore une fois, une histoire à découvrir plus qu'un challenge de gameplay, inutile d'en dévoiler trop. En revanche, la réalisation est vraiment efficace et excellente avec notamment un écran certes coupé en deux la plupart du temps mais à dimensions variables. En effet, l'espace alloué à chaque joueur va s'adapter en douceur et sans interrompre la séquence de jeu selon la scène et l'importance de chacun des protagonistes à ce moment-là. Jusqu'à parfois confondre les deux espaces en un seul écran quand les personnages sont à proximité et tout cela avec une fluidité et une facilité à appréhender pour le joueur parfaite. Si bien qu'au bout de quelques temps, on ne fera même plus attention à cela et on saura toujours repérer son personnage tout en ayant un oeil sur l'autre.

Mais là encore, les astuces de narration font que non seulement on joue à deux mais il faudra réellement collaborer. A la fois dans le jeu bien entendu pour réaliser une action précise ensemble ou chacun de votre côté, mais aussi dans votre salon (ou en ligne) puisqu'il sera souvent nécessaire de vous parler "en vrai" afin de prévenir l'autre d'un danger et de vous synchroniser au risque d'échouer dans vos tentatives d'escapades. Car évidemment si les écrans sont séparés, les séquences sont également asynchrone et à moins d'avoir un oeil de lynx et une oreille attentive, il ne sera pas toujours facile de savoir ce qu'il se passe dans la case de votre co-équipier.

La mise en scène est de plus très réussie et évite de répéter des séquences déjà faites. La priorité est vraiment mise sur l'histoire et tout est fait pour que le jeu ne soit pas trop répétitif et laisse le joueur suivre les aventures de Leo et Vincent sans buter longtemps sur des obstacles passés et repassés. Cela rend le jeu assez dynamique (toutes proportions gardées car on est loin d'un survival ou d'une platformer) et on vivra les aventures de nos compères comme si on y était. L'idée étant surtout de résoudre des énigmes (assez simple) et de réaliser quelques QTE bien sentis. Les choix sont moins poussés que dans les jeux de Quantic Dream mais on prend vraiment plaisir à se fondre dans la peau de ces deux taulards frères ennemis. Cependant, le scénario réserve son lot de surprises, avec une fin (voire plusieurs) à couper le souffle, digne des meilleurs films à suspense.

Au-delà de la mise en scène visuelle vraiment réussie avec son écran dynamique, le jeu est graphiquement assez réussi pour un jeu qui n'est pas issu d'un gros studio. Les personnages ont vraiment du caractère, les décors sont bien réalisés et l'ambiance est vraiment bonne. Certes, ce n'est pas du GTA 5 mais c'est tout de même très bien réalisé et ne fait pas honte à la PS4 avec relativement peu de bugs d'affichage tout de même. Les animations sont plus que correctes et on oublie de toute façon assez vite le côté technique pour se laisser porter par l'histoire (vous aurez compris à ce stade que ce jeu est essentiellement une histoire que l'on nous raconte hein...).

Petit fait amusant, la voix et les traits d'un des personnages sont ceux du frère de Josef, Fares Fares (ça ne s'invente pas), ce qui donne encore plus un petit côté familial à ce jeu auquel on s'attache assez vite finalement. Il y a quelque chose des jeux à l'ancienne là-dedans, bricolés en famille comme à la grand époque des Sram ou Sapiens par exemple. Epoque où il n'y avait pas encore de réelle distinction entre les jeux faits maisons et les jeux de studios plus conséquents, appelés aujourd'hui AAA.

Bref, un beau jeu, qui plus est à petit prix. Peut-être un peu limité en terme de challenges et à la durée de jeu relativement courte (comptez quelques heures seulement) mais on vient avant tout chercher une histoire et la collaboration obligatoire est vraiment une très bonne idée surtout en local. La rejouabilité sera limitée également, mais il sera toujours plaisant, à la manière d'un film que l'on regarde régulièrement, de refaire une partie avec des amis qui n'ont pas encore découvert l'aventure par exemple.

Ce jeu ayant reçu un bel accueil du public avec un million de ventes atteintes un mois après son lancement, on espère vivement que les prochaines réalisations de la Fares Family seront à la hauteur et sauront encore une fois se démarquer comme l'a fait A Way Out de la masse de jeux AAA, excellents au demeurant, qui n'ont pourtant pas tous autant d'originalité à offrir.

 

En savoir plus :
Le site officiel de A Way Out


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=