Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête
Ilan Klipper  mai 2018

Réalisé par Ilan Klipper. France. Comédie.1h17 (Sortie le 23 mai 2018). Avec Laurent Poitrenaux, Camille Chamoux, Marilyne Canto, Alma Jodorowsky, Michèle Moretti, François Chattot et Frank Williams.

Bien connu des amateurs du théâtre public, Laurent Poitrenaux, avec "Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" d'Ilan Klipper fait sa grande entrée dans le cinéma français.

Dans ce film qui se passe dans le loft qu'il cohabite avec Justyna (Alma Jodorowsky), qui aspire à devenir une "femen", il est Bruno Weintraub, un écrivain prometteur qui a publié avec succès un premier livre, qui s'appelle justement "Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête". Mais le temps a passé et l'on attend depuis de ses nouvelles, lui qui vit enfermé, reclus avec sa perruche dans son appartement-capharnaum.

Un matin, tous ses proches, à commencer par ses parents, son ex-petit ami Laétitia, son copain Alain viennent accompagnés d'une certaine Sophie Andreux le voir...

"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" d'Ilan Klipper est un film qui devrait provoquer des réactions bien tranchées. Face à ceux qui ne comprendront pas ses raisons d'être répondront ceux qui y verront une fable hilarante sur le mal de vivre, la difficulté de créer.

Ils y découvriront un Laurent Poitrenaux presque présent dans tous les plans passant par tous les états possibles entre fébrilité et félicité. Ils y apprécieront l'ambiance saugrenue et les nombreuses ruptures de ton qui font du film une œuvre vraiment à part, sans antécédents et certainement sans postérité.

Pour son premier long-métrage de fiction, Ilan Klipper, par ailleurs documentariste, réussit à faire vivre toute une galerie de personnages qui viennent s'agglutiner dans le réduit de Bruno, qui a des côtés cabine des Marx Brothers dans "Une nuit à l'Opéra".

Dans cette fantaisie, où l'on retrouve avec plaisir François Chattot et Michèle Moretti, en parents ambivalents de Laurent Poitrenaux, la seule à ne dégager aucune force comique est paradoxalement Camille Chamoux, en psychiatre venu là pour embarquer l'écrivain dans sa clinique.

Même Marilyne Canto, pourtant pas le prototype de l'actrice foldingue, semble s'ouvrir à un ailleurs moins sérieux. Palme à Frank Williams, dont le physique pas facile est porteur d'une étrangeté qui, à la moindre étincelle, peut le faire basculer dans le même camp que son camarade de toujours.

Mine de rien, "Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" décrit un état du monde dans lequel l'état de la psychanalyse pose plus de problèmes que les disciples de Freud peuvent en résoudre.

En ne choisissant pas un point de vue tranché sur son personnage, en n'optant ni pour en faire un vrai paranoïaque ni pour condamner comme notoirement abusive la volonté de ses proches de l'interner, Ilan Klipper et son co-scénariste Raphaël Neal laissent au spectateur la possibilité de choisir quel Bruno Wentraub Laurent Poitrenaux est vraiment.

Cette liberté, qui participe au charme du film, sera sans doute la raison principale pour laquelle beaucoup n'accepteront pas le film et encore moins sa résolution en pointillé.

Pourtant, "Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" d'Ilan Kippler est un film déjanté qui échappe à toute logique et qui fait de son personnage central un héros plus kafkaïen que freudien dans une œuvre qui, pour une fois, pourrait vraiment se réclamer de l'éclectisme qui caractérise celles de Woody Allen.

On recommandera aux convaincus d'aller au plus vite savourer cette comédie post-moderne dont la fragilité est aussi l'un des attraits.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=