Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bienvenue en Sicile
PIF  mai 2018

Réalisé par Pif. Italie. Comédie dramatique. 1h39 (Sortie le 23 mai 2018). Avec Pif, Miriam Leone, Andrea Di Stefano, Mario Pupella, Stella Egitto, Maurizio Marchetti, Sergio Vespertino et Maurizio Bologna.

Sous une forme volontairement modeste, "Bienvenue en Sicile" de Pierfrancesco Diliberto, plus communément surnommé PIF, raconte un moment capital de l'histoire italienne, celui de la libération de la Sicile en juillet 1943.

Préparée avec soin par les Américains, ce moment-clé, qui doit démoraliser le régime fasciste de Mussolini et affaiblir les forces allemandes obligées de se battre sur un nouveau front, n'aura été possible qu'avec l'aide occulte de la mafia sicilienne.

Naïf serveur new-yorkais d'origine italienne, amoureux d'une jeune italo-américaine, Arturo s'engage dans l'armée américaine pour obtenir le consentement du père de Flora resté en Sicile. Il ne sait pas encore que sa route sera semée d'embûches pas seulement liées aux opérations militaires auxquelles il sera mêlé.

Pierfrancesco Diliberto est sicilien et, avant "Bienvenue en Sicile", en 1973, il a déjà réalisé un film, "La mafia tue seulement l'été", parlant de son île et, évidemment, de la pieuvre criminelle qui la cancérise.

Le ton qu'il a choisi dans "Bienvenue en Sicile" pour dénoncer l'hydre mafieuse n'est pas celui de Matteo Garrone dans "Gomorra". On est dans ce qu'on pourrait appeler une comédie douce-amère qui n'utilise pas par la satire pure et dure.

Les personnages ne sont pas des caricatures, ce qui leur arrive n'est jamais "énaurme", bien que l'épisode d'Arturo débarquant avec son âne puisse s'en rapprocher et que la transformation des chefs mafieux dans les villages en autorités porteuses des valeurs démocratiques contienne aussi une large part de grotesque.

Il n'empêche qu'on retrouve également de beaux personnages truculents et singuliers, comme ce couple composé d'un aveugle et de son guide, chargé d'anticiper les bombardements alliés.

Formellement, si l'Amérique de PIF paraît presque en carton-pâte, sa Sicile est avant tout un ciel d'un bleu turquoise intense duquel émergent des villages et des personnages. Comme si ce pays béni des Dieux n'avait qu'un problème : ses habitants.

Et c'est ce qu'on vont découvrir Arturo et le lieutenant Philip (Andrea Di Stefano) en s'apercevant de la collusion de la mafia et des forces américaines. Au début du film, PIF n'hésite pas à faire incarner FDR, le président des États-Unis, pour qu'il dise lui-même qu'il faut s'allier avec le syndicat du crime pour conquérir la Sicile.

Surgit alors un autre personnage "historique" : Lucky Luciano, filmé dans sa prison qui va devenir de plus en plus dorée à mesure que la Sicile quitte le giron fasciste pour devenir un fief mafieux.

"Bienvenue en Sicile" de Pierfrancesco Diliberto est un film de guerre presque intimiste selon la volonté de son auteur qui n'avait aucune velléité de tourner "le jour le plus long" ou "la grande pagaille" de Luigi Comencini (l'équivalent transalpin de "La Grande Vadrouille).

C'est une œuvre pleine de charme, certes fragile, mais qui dessine de belle manière des types humains prêts à affronter la face obscure d'un pays magnifique. Leur sort, plus funeste que glorieux, explique avec simplicité et sans avoir besoin de recourir à de scènes violentes, le drame des Siciliens depuis déjà deux siècles et dénonce ce qu'il advient de ceux qui refusent l'ordre établi mafieux.

Sans avoir l'air d'y toucher, PIF est aussi un moraliste et le dernier plan du film, qui pourrait sortir de "Forrest Gump", est une charge terrible contre la politique étrangère menée de tout temps par les États-Unis.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=