Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Berlin Kabarett
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mai 2018

Spectacle de cabaret musical conçu et mis en scène par Stéphan Druet, avec Marisa Berenson, Stéphane Corbin (en alternance Simon Legendre), Sebastiàn Galeota, Jacques Verzier (en alternance Olivier Breitman), Hugo Chassaniol (en alternance avec Loïc Olivier) et Victor Rosi.

La fascination exercée par le cabaret berlinois, lieu de divertissement constituant le miroir politique, social et culturel de l'entre deux-guerres mondiales qui participe de la mythologie de la capitale allemande, perdure en inspirant auteurs et metteurs en scène à l'instar de Stéphan Druet qui en livre sa personnelle et très réussie déclinaison avec "Berlin Kabarett".

Le spectacle qui ressort tant à la comédie musicale qu'à la revue, s'ordonne autour du parcours de vie d'une prostituée reconvertie en directrice de cabaret omnipotente dans le petit univers de son "antre" qui bénéficie de la protection de ses "amis" du IIIème Reich et du climat artistique qui traduisait l'atmosphère d'une époque janusienne tentant de conjurer l'angoisse et le principe de réalité en se réfugiant dans le divertissement débridé.

Pour constituer la partition musicale qui notamment soutient les numéros d'un music-hall échevelé opérant entre caricature, satire, grotesque, trivialite et sentimentalisme mélodramatique, bien évidemment Stéphan Druet a puisé dans le répertoire fameux de mémorables chansons cabarettiques de l'époque.

Telles "Whisky Bar" et "Ich bin die fesche Lola" mais également dans celui de genre différent comme l'opérette française des années 1920 avec des airs de "Dédé"' de Henri Christiné et Albert Willemetz tout en y insérant de savoureuses compositions originales mises en notes par Stéphane Corbin et dont il signe les paroles qui sont dispensées en solo, duos ou de manière chorale.

De surcroît, "Berlin Kabarett" bénéficie d'une prestigieuse - et internationale - tête d'affiche en la personne de Marisa Berenson qui a débuté au cinéma sous les hospices du trio culte formé par Luchino Visconti, Bob Fosse et Stanley Kubrick, respectivement avec "Mort à Venise", "Cabaret" et "Barry Lyndon".

Spectacle-événement donc, et ce d'autant plus qu'elle a accepté le rôle à contre-emploi d'une femme sans états d'âme, issue d'un milieu défavorisé, qui a développé une stratégie de survie qui imbrique détermination, opportunisme et cynisme, et qu'elle chante, et fort bien de façon particulièrement sensible dans deux titres mis en musique par Kurt Weill, "La chanson de Nanna" et "La complainte de la Seine".

Pour l'entourer, Stéphan Druet a réuni des valeurs sûres tant au niveau musical, avec une formation piano-percussions-cornet, formée de Stéphane Corbin, Hugo Chassaniol et Victor Rosi, que pour la danse, avec la chorégraphe Alma de Villalobos, que pour l'interprétation.

Ainsi autour de de Marisa Berenson, silhouette magnifique, élégance remarquable et immenses yeux lumineux, Jacques Verzier figure incontournable de la scène musicale, et Stéphane Corbin campent respectivement l'auteur ex-amant et le compositeur qui élaborent le programme du cabaret.

Sebastiàn Galeota, qui maîtrise parfaitement le registre du travestissement comme vu, entre autres, dans "Renata" et "DolcEvita", incarne magnifiquement le fils mal aimé de la "patronne" et homosexuel méprisé qui, dans de stupéfiants numéros de transformisme soutenus par les ébouriffants costumes de Denis Evrard, brûle les planches de ce "Berliner Broadway".

Sous la direction émérite de Stéphan Druet qui a opté pour une judicieuse scénographie panoramique syncrétisant différents espaces scéniques et a confié à Christelle Toussine l'élaboration de superbes lumières, usant du contraste entre crépusculaire et spectaculaire, les officiants portent avec talent cette immersion dans le burlesque sur fond d'antisémitisme, d'homophobie et d'autodafés et de tragédie historique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=