Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Train de vies ou les voyages d'Angélique
Paul Vecchiali  mai 2018

Réalisé par Paul Vecchiali. France. Drame.1h16 (Sortie le 30 mai 2018). Avec Astrid Adverbe, Paul Vecchiali, Marianne Basler, Brigitte Roüan, Ugo Broussot, Jean-Philippe Puymartin, Pascal Cervo, Bruno Davézé et Simone Tassimot.

La même semaine, sortent deux films de Paul Vecchiali. À 87 ans, le cinéaste de "Femmes, femmes" poursuit sa longue et brillante carrière commencée il y a plus de cinquante ans. Ne serait-il pas le "Manoel de Oliveira français" ?

On lui souhaite car "Train de vies" et "Les Sept Déserteurs" sont deux films qui ont à peu près la même distribution, et peuvent être également considérés comme des films testamentaires.

Mais, à l'égal des adieux de Charles Trénet ou de Maurice Chevalier, on peut prédire à Paul Vecchiali une longue série de films testamentaires, car si le cinéaste pratique le plan fixe plus que de savants travellings, on le sent encore plein d'énergies et surtout de choses nouvelles à dire.

Comme toujours chez lui, l'histoire prime et si l'on sait bien qu'à l'instar de Flaubert avec "Madame Bovary", Angélique, le personnage joué par Astrid Adverbe, c'est lui, il n'empêche que "Train de vies" expose sur l'écran - une nouvelle fois - le destin d'une femme entre trente et quarante ans et pas celui d'un homme âgé aux cheveux et à la barbe blanche.

Tout repose donc sur les épaules d'Astrid Adverbe, son actrice fétiche depuis le début de la décennie. Filmée en plan moyen, toujours de face, le dos appuyé contre ce qui est censé être un siège de train, elle est le plus souvent en compagnie d'un autre passager.

Parfois, elle est hors champ et cela peut-être un couple qui est filmé en plan moyen assis dans un supposé train. Quelquefois sont intercalés des plans de paysages ferroviaires et un ou deux plans de gare, mais, dans l'ensemble, la sensation d'être en train repose sur des bruits caractéristiques de sirènes ou de frottements des essieux sur les rails.

"Train de vies" de Paul Vecchiali pousse assez loin le minimalisme sans que cela nuise à l'intérêt de ce film "en compartiments". On l'a dit, c'est Astrid Adverbe qui porte le film de sa voix grave, pouvant vite passée de l'irritation au rire, à la sentence bien sentie ou au silence réprobateur. On comprend pourquoi elle est la figure ultime de la femme chez un cinéaste qui aimé Danielle Darrieux, Hélène Surgère ou Marianne Basler.

Cette dernière est également présente, toujours aussi étrange et fantasque. On se souvient qu'elle fut "Rosa la rose, fille publique" dans l'un des plus célèbres films de Vecchiali. Trente ans ont passé, mais pas sur elle, qui joue l'amie d'Angélique et vient de temps en temps écouter ses confidences ferroviaires. On l'a voit régulièrement sur les planches, on aimerait la revoir davantage sur les écrans.

Comme tous les comédiens qui accompagnent Astrid Adverbe, elle est à son meilleur et participe à cette histoire d'amour extrême qui se résumera sur l'écran par unique et long baiser. Pareillement, Brigitte Rouän, en mère d'Olivier, le mari tardif d'Angélique, est d'une délicatesse rare.

Ce qui frappe encore et toujours dans les films de Vecchiali, c'est cette politesse exquise entre les personnages même quand il s'agit d'annoncer un drame.

"Train de vies" pourrait n'être qu'un long dialogue entre Angélique et ceux qui partagent avec elle de métaphoriques voyages sur des rails symboles de l'existence qui fonce vers le tunnel final.

C'est en fait un très beau, un très grand mélo flamboyant réduit aux dimensions de l'expression de visages. Le texte est bien écrit mais le film aurait pu être encore plus radical.

En effet, s'il était muet, entrecoupé d'intertitres, il serait aussi fort et surtout jamais ennuyeux. "Train de vies" de Paul Vecchiali n'est pas un film qu'on peut concevoir sans un très grand passé de vie dans la forme cinématographique. Épuré et sans concession, il est la marque d'un grand talent, que l'on sent plus apaisé qu'à une certaine époque.

La présence d'une actrice qu'il aime filmer et qui sait répondre à ses attentes y est pour beaucoup. On espère qu'en la voyant rayonner sur "Train de vies", d'autres réalisateurs sauront enfin l'utiliser à sa juste valeur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Roqya" de Saïd Belktibia

"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=