Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce François d'Assise
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  juin 2018

Monologue dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Joseph Delteil interprété par Robert Bouvier dans une mise en scène de Adel Hakim.

Panthéiste et paillard, rustique et précieux, amoureux de la bonne chère et de la belle langue, Joseph Delteil a toujours aimé les thèmes chrétiens. Sa "Jeanne", petite paysanne déterminée, pleine de malice et d'effronterie pour sauver son roi et servir son Dieu, est un réjouissant poème, un hymne à la bonne Lorraine débarrassé de toute emphase.

Delteil écrit pour les grands comme s'ils étaient encore des enfants, des innocents aimant les contes qui les font rire et rêver, leur donne envie de prier en toute simplicité au cœur d'un nature éclatante de la beauté de son créateur.

On retrouve ce ton joyeux avec son "François d'Assise", un ton qu'il faut quelque minutes pour assimiler tant il est loin du parler habituel. C'est pour cela que dans leur adaptation, Adel Hakim et Robert Bouvier prennent leur temps.

D'abord, tout commence dans le noir, et c'est peu à peu, qu'une musique s'élève et qu'apparaît celui qui sait parler aux oiseaux et converser avec eux. Sa tête bizarre paraît semblable à celle du Michel Simon jeune qui jouait précisément l'un des juges qui interrogeait Jeanne dans le "Passion de Jeanne d'Arc" de Carl Dreyer et... Joseph Delteil pour le scénario.

Son accent helvétique chantant a quelque chose d'un parler paysan qu'on imagine bien dans la bouche de François pour interpeller ses petits frères, ses premiers petits frères, ceux des "Fioretti", ceux issus de la région d'Assise, ceux que célébrait le film de Roberto Rossellini, le plus chrétien jamais réalisé par un marxiste et simplement intitulé "Les Onze Fioretti de Françoise d'Assise".

Quand Robert Bouvier entame son long monologue, on comprend d'emblée que le texte n'est pas à la portée de tous les comédiens. Il nécessite son talent pour que de ce verbe en fusion naissent des couronnes splendides de mots. Les images lumineuses qu'il formule sont des éclats de beauté que l'on reçoit avec délicatesse dans les oreilles.

Parfois chuchotant ou chantonnant, parfois hululant, rieur, feignant la gravité pour mieux s'émerveiller, l'acteur paraît vraiment porteur de la parole du petit saint qui tenta de sauver la chrétienté empêtré dans le dogmatisme et surtout l'esprit de sérieux.

Sur un muret qui parcourt la scène de part en part, il fait soudain apparaître des épis de blé. C'est ce blé qui donne la farine blanche, celle qui donne le plus beau cadeau de Dieu à sa créature raisonneuse : le pain.

Peu à peu, les spectateurs sont gagnés, envoûtés. Si on les interrogeait à ce moment-là, ils ne se souviendraient pas qu'ils sont au théâtre et que c'est un acteur de Neuchâtel qui joue à être Saint François. Robert Bouvier use de la magie de son don pour que le théâtre et la vie ne fasse plus qu'un... jusqu'au moment où il brise l'artifice, redevient le passeur sensuel d'un texte magnifique.

Libre dans la belle mise en scène de son complice Adel Hakim, il donne à la fois une leçon de théâtre et d'humanité. Ce qu'il provoque est encore du domaine de l'art du théâtre, ce mentir vrai qui recommence éternellement à chaque représentation de n'importe quel spectacle.

Que l'on croit ou que l'on ne croit pas, l'on assiste, médusé, au surgissement de la grâce qui s'accomplit le temps d'un frisson à la fois dans sa forme artistique et dans sa forme métaphysique. Des expériences comme celle-là ne se présentant pas tous les jours, il est conseillé de ne pas la rater.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=