Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce François d'Assise
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  juin 2018

Monologue dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Joseph Delteil interprété par Robert Bouvier dans une mise en scène de Adel Hakim.

Panthéiste et paillard, rustique et précieux, amoureux de la bonne chère et de la belle langue, Joseph Delteil a toujours aimé les thèmes chrétiens. Sa "Jeanne", petite paysanne déterminée, pleine de malice et d'effronterie pour sauver son roi et servir son Dieu, est un réjouissant poème, un hymne à la bonne Lorraine débarrassé de toute emphase.

Delteil écrit pour les grands comme s'ils étaient encore des enfants, des innocents aimant les contes qui les font rire et rêver, leur donne envie de prier en toute simplicité au cœur d'un nature éclatante de la beauté de son créateur.

On retrouve ce ton joyeux avec son "François d'Assise", un ton qu'il faut quelque minutes pour assimiler tant il est loin du parler habituel. C'est pour cela que dans leur adaptation, Adel Hakim et Robert Bouvier prennent leur temps.

D'abord, tout commence dans le noir, et c'est peu à peu, qu'une musique s'élève et qu'apparaît celui qui sait parler aux oiseaux et converser avec eux. Sa tête bizarre paraît semblable à celle du Michel Simon jeune qui jouait précisément l'un des juges qui interrogeait Jeanne dans le "Passion de Jeanne d'Arc" de Carl Dreyer et... Joseph Delteil pour le scénario.

Son accent helvétique chantant a quelque chose d'un parler paysan qu'on imagine bien dans la bouche de François pour interpeller ses petits frères, ses premiers petits frères, ceux des "Fioretti", ceux issus de la région d'Assise, ceux que célébrait le film de Roberto Rossellini, le plus chrétien jamais réalisé par un marxiste et simplement intitulé "Les Onze Fioretti de Françoise d'Assise".

Quand Robert Bouvier entame son long monologue, on comprend d'emblée que le texte n'est pas à la portée de tous les comédiens. Il nécessite son talent pour que de ce verbe en fusion naissent des couronnes splendides de mots. Les images lumineuses qu'il formule sont des éclats de beauté que l'on reçoit avec délicatesse dans les oreilles.

Parfois chuchotant ou chantonnant, parfois hululant, rieur, feignant la gravité pour mieux s'émerveiller, l'acteur paraît vraiment porteur de la parole du petit saint qui tenta de sauver la chrétienté empêtré dans le dogmatisme et surtout l'esprit de sérieux.

Sur un muret qui parcourt la scène de part en part, il fait soudain apparaître des épis de blé. C'est ce blé qui donne la farine blanche, celle qui donne le plus beau cadeau de Dieu à sa créature raisonneuse : le pain.

Peu à peu, les spectateurs sont gagnés, envoûtés. Si on les interrogeait à ce moment-là, ils ne se souviendraient pas qu'ils sont au théâtre et que c'est un acteur de Neuchâtel qui joue à être Saint François. Robert Bouvier use de la magie de son don pour que le théâtre et la vie ne fasse plus qu'un... jusqu'au moment où il brise l'artifice, redevient le passeur sensuel d'un texte magnifique.

Libre dans la belle mise en scène de son complice Adel Hakim, il donne à la fois une leçon de théâtre et d'humanité. Ce qu'il provoque est encore du domaine de l'art du théâtre, ce mentir vrai qui recommence éternellement à chaque représentation de n'importe quel spectacle.

Que l'on croit ou que l'on ne croit pas, l'on assiste, médusé, au surgissement de la grâce qui s'accomplit le temps d'un frisson à la fois dans sa forme artistique et dans sa forme métaphysique. Des expériences comme celle-là ne se présentant pas tous les jours, il est conseillé de ne pas la rater.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=