Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Affamées (Blue Movie)
Wim Verstappen  septembre 1971

Réalisé par Wim Verstappen. Pays Bas/Allemagne. Erotisme. 1h23 (Sortie le 30 septembre 1971). Avec Hugo Mestsers, Carry Tefsen, Wim de Meijer, Ine Veen, Kees brusse et Helmert Woudenberg.

Pim & Wim : le nom pourrait être celui d’un duo comique à la Jerry Lewis et Dean Martin. Sauf que ces deux-là sont cinéastes et producteurs, et pas de comédies. Wim & Pim, c’est le tandem qui a changé les codes de la représentation du sexe à l’écran dans une Hollande conservatrice, dépassée par le désir de liberté exprimé par une partie de sa population.

On s’encanaille donc à la Cinémathèque française du 6 au 27 juin 2018 devant la Rétrospective Dutch Sex Waves.

Mais on s’encanaille en connaisseurs, devant des copies rares de films pratiquement invisibles. Dans ces raretés du cinéma hollandais, on retrouvera bien d’autres œuvres de Pim & Wim, ainsi que les deux premiers films de Paul Verhoeven, des documentaires sur la sexualité aux Pays-Bas ou une fiction co-écrite par Martin Scorsese, "Obsessions", au tropisme voyeuriste.

Mais ce cinéma n’est pas, justement, simple affaire de voyeurs. La représentation du corps à l’écran, et en particulier du corps jouissant, est également un sujet politique.

Au-delà du plaisir des yeux et des corps, c’est la liberté même des êtres qui est interrogée, titillée, éveillée. Une liberté qu’on aime à découvrir dans "Les Affamées(Blue Movie)", de Pim & Wim. Ce coup-ci, c’est Pim (de la Parra) à la production et Wim Verstappen à l’écriture et à la réalisation.

La trame narrative est plutôt simple. Un homme (Hugo Metsers) sort tout juste de cinq années de prison. Son crime ? Une liaison avec une jeune fille de quinze ans. Flanqué de son inénarrable contrôleur judiciaire (Helmert Woudenberg), il s’installe dans l’une de ces nouvelles barres d’immeubles qui poussent comme des champignons au milieu de nulle part. Mais, à défaut d’horizon, ce grand immeuble comporte bien des tentations.

Une belle Allemande, épouse d’un professeur spécialisé dans l’étude des singes et peu porté sur la chose, une femme au foyer délurée, une mystérieuse brune que le personnage principal aimerait bien savoir comment aborder…

On le devine, l’abstinence de longue durée de notre héros ne s’éternisera pas au contact de toutes ces femmes. Il faut dire que les temps ont changé. Fini les préservatifs et précautions d’usage, vive la pilule ! Les jupes se sont raccourcies, les soutien-gorge ont été remisés on ne sait où. Le goût du plaisir est là.

C’est l’un des éléments intéressants d’un film qui n’aurait pu être qu’une succession de scènes de coucheries filmées frontalement, un hymne à la gloire du "Crazy honky" de Hugo Metsers, comme son propriétaire se plaisait à surnommer sa virilité. La relation que noue le personnage principal avec beaucoup de ses belles voisines n’est pas dénuée de complicité ; les amants rient beaucoup, discutent un peu, et s’accordent surtout sur leur droit à partager les joies de la sexualité, sans jugement moral ou tabou. Les femmes donnent rarement l’impression d’être uniquement des objets de désir, mais semblent participer pleinement à cette libération des mœurs et des corps.

La bonne humeur et le comique ne sont donc jamais loin dans "Les Affamées", titre français regrettable qui fait des personnages féminins des nymphomanes jetées sur le corps de l’homme. La circulation des personnages dans l’immeuble est l’occasion d'improbables rencontres.

Le début du film penche ainsi franchement vers la comédie : le héros cherche un prétexte pour aller sonner aux portes voisines. Après avoir répété son petit discours devant un miroir, il sort avec sa tasse vide pour réclamer du sucre. Et croise, sur le palier, une jolie jeune femme, elle aussi munie de sa tasse. Il la recroisera à plusieurs reprises dans le film, toujours avec sa tasse.

Le thème de la sexualité dans les grands ensembles n’est pas sans évoquer le "2 ou 3 choses que je sais d’elle", de Jean-Luc Godard. Inspiré d’une enquête publiée dans le Nouvel Observateur sur la prostitution dans les grands ensembles, le cinéaste s’interrogeait sur les rapports du sexe et de la consommation. Ici, le sexe est considéré comme moyen d’ouverture.

A la fin du film, le personnage principal organise des soirées fines. Avec l’aide d’une de ses maîtresses, il retire les panneaux de verre qui délimitent les balcons de chaque appartement, créant un nouvel espace où l’on peut, librement, déambuler. Dans ces soirées, tous les âges, tous les milieux, toutes les préférences se retrouvent.

Toutefois, le film bascule dans sa dernière partie vers quelque chose de plus grave. Soudain, la mort fait irruption dans l’immeuble ; la lassitude de la chair s’installe aussi, progressivement, et le personnage semble aspirer à plus. De vraies relations, peut-être, à l’image de l’amour qui unit le professeur Cohn à son épouse.

Une fin un peu mélancolique, pour ce film érotique qui se termine sur un échange de regard.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=