Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Triomphe de l'Amour
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  juin 2018

Comédie de Marivaux, mise en scène de Denis Podalydès, avec Edwige Baily, Jean-Noël Brouté, Philippe Duclos, Stéphane Excoffier, Leslie Menu, Dominique Parent, Thibault Vinçon et le musicien Christophe Coin.

Placée sous le signe du travestissement, de la confusion des genres et du désir amoureux, thématiques chères à son auteur, "Le Triomphe de l'Amour" de Marivaux porte un titre trompeur ou du moins équivoque.

En effet, si l'oeuvre célèbre la toute puissance de l'amour, avec son corollaire de la "surprise" de l'amour qui saisit de manière impromptue et irrésistible tant le coeur et l'esprit que les sens, dont d'aucuns ont pu assimiler l'instigatrice à la figure symbolique de l'Amour à la manière de l'étranger du "Théorème" de Pier Paolo Pasolini, celui-ci n'est pas synonyme d'amour heureux.

Et elle commence comme un conte, voire une fable, avec la princesse d'un royaume, dont elle a hérité suite à une usurpation, qui tombe amoureuse, au détour d'un bois, d'un jeune homme dont elle apprend qu'il est le fils du roi légitime. Pour s'approcher de lui et franchir l'obstacle constitué par les deux cerbères hostiles à l'amour qui l'ont élevé retranché du monde, elle se travestit en homme et va mener non pas un mais simultanément trois assauts amoureux.

Car, malgré son inexpérience mais semblant au fait de la puissance des serments amoureux et dotée d'un bel esprit et du sens de la répartie, elle se révèle déterminée, audacieuse, délurée et rouée et ne recule devant aucun obstacle pour réussir son entreprise.

Elle mène la danse avec une succession de cavalier(e)s qu'elle poursuit sans relâche de ses assiduités verbales pour créer une fiction d'amour et pis, d'adoration, qui ne peut que troubler les destinataires. Devenue bourreau des coeurs, elle se laisse emporter et pousse la mystification au-delà de la séduction jusqu'à la proposition de mariage.

Certes la comédie semble ressortir au badinage mais à ceci près qu'il repose non sur une pratique de l'époque, celle de la sociabilité amoureuse consentie et partagée, mais sur une tromperie.

Denis Podalydès a choisi le parti-pris de la comédie et le parti d'en rire, un rire que jamais un opus marivaudien aura tant suscité, et un rire souvent jaune qui s'éteindra subitement car la plume de Marivaux excelle également dans la cruauté, et en l'espèce il n'en manque pas.

Il mène efficacement sa petite troupe revêtant de magnifiques costumes signés Christian Lacroix dans un décor certes champêtre mais étonnant car peu propice par sa pestilence aux fêtes galantes et simultanément adéquat puisqu'elles ne seront pas célébrées, celui d'un marais avec cabane sur pilotis conçu par Eric Ruf qui multiplie les chausse-trappes avec moults marches et gués étroits que doivent enjamber les comédiens à l'instar de celles destinées aux personnages.

L'hécatombe amoureuse, instillée de quelques respirations musicales dispensées par le violoncelliste baroque Christophe Coin, se déroule en présence d'une suivante dévouée (Edwige Baily) et deux valets truculents chacun à sa manière, plus urbaine (Jean-Noël Brouté) ou à l'accent gouleyant (Dominique Parent), qui monnayent grassement leur complicité et dont la malice anime des scènes farcesques.

Thibault Vinçon, bien que n'ayant plus l'âge du rôle, est parfait en ingénu jouvenceau à l'orientation sexuelle encore balbutiante et à la pudeur de vierge effarouchée attiré par un ami au physique ambigu. Philippe Duclos en barbon philosophe qui se veut "âme solitaire et sauvage" soudain ébahi par son pouvoir de séduction et Stéphane Excoffier en prude rombière ravie de ses charmes vantés forment un épatant duo de crédules.

Mais toute la partition de ce "Mic-Mac paludéen" est menée, et dominée, par le personnage central superbement interprétée par la jeune comédienne Leslie Menu à qui Denis Podalydès, dont elle fut l'élève au CNSAD, offre un rôle en or.

Sa silhouette androgyne et sa démarche élégante de ballerine confortent la confusion des genres qui soutient les intrigues et elle s'avère fort éloquente dans les variations ciselées du discours amoureux à l'écrite desquelles se délecte le libertin textuel Marivaux.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=