Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pascal Pistone & Delphine Lavergne
F..k the Jazz !  (Petit Théâtre du Bonheur, Paris)  dimanche 3 juin 2018

Joindre l’utile à l’agréable, l’officiel au bohème, le classique à l’impro : Pascal Pistone aime briser les chapelles et multiplier les casquettes, avec comme fil conducteur la volonté de partager et faire dialoguer les genres artistiques. Directeur à l’Université de Bordeaux d’une licence "Musiques actuelles, Jazz et Chanson" qui forme les élèves aux métiers de la musique et les fait bucher sur de grands auteurs (Cf. son colloque sur Allain Leprest, chroniqué ici il y a trois ans, il est artiste lui-même et tourne en ce moment la bagatelle de trois spectacles mêlant chanson, musique savante, et un ingrédient rarement présent dans ces domaines : l’humour débridé.
 
F…k the Jazz ! se présente comme une conférence musicale à la fois érudite et ludique. Pistone et sa complice Delphine Lavergne font d’abord réagir le public, notent sur un tableau des mots proposés par les spectateurs en association au terme "jazz". Puis piochent dans leur vaste répertoire de quoi illustrer, contredire ou dériver sur les thèmes suggérés. Montrer qu’on se fait une idée trop solennelle du jazz – et des musiques savantes en général. Que celles-ci peuvent être traitées de façon joueuse, avec le plaisir pour maître mot. Ironisant sur les arts "sérieux", il suggère aussi, entre les lignes, qu’on a tort de rabaisser la chanson à un divertissement mineur.

Entre les évocations de standards – Ellington, Gershwin – les deux musiciens illustrent ce qu’il peut y avoir de funky dans le minimalisme d’un Steve Reich, s’amusent à jazzifier "Carmina Burana", démontrent que la chanson rive gauche poétique n’a rien à envier, en termes de désespoir évocateur, à un lament bluesy. Pistone chante avec légèreté et joue du piano en virtuose. Delphine Lavergne  pianote sur l’accordéon (à une main), tapote des percus (à un pied), sifflote de la clarinette, flûte, harmonica… et mille autres interventions diverses, ponctuant les emballements du maître de cérémonie d’une touche de légèreté. Et quand elle le rejoint in fine au piano pour un ragtime endiablé, on comprend qu’elle ne faisait pas figuration.

Pascal Pistone fait mine de lire des lettres adressées par les institutions défenseuses du jazz, du classique, de la chanson d’expression, horrifiées d’un tel melting pot. Il en rit et accentue le trait : "Ces gens-là", joué "façon Herbie Hancock", est transfiguré. Autre grand standard brélien, la "Valse à mille temps" est revivifiée par une mise en scène absurde : Pistone, au fil des couplets-refrains, arbore différents couvre-chefs (cowboy, tyrolien, etc.) et chante avec l’accent idoine. C’est idiot mais contagieux, le public se déchaîne. Plus loin, une interprétation toute en sensibilité des "Feuilles mortes" dépasse le côté carte-postale-récupérée-par-l’Amérique : soudain, on n’est plus dans un quartier touristique so frenchy (Montmartre) mais chez Prévert – aussi magnifiquement servi par une lecture (à voix décalées) d’"Etranges étrangers". Pistone revient à ses premières amours : il chante Leprest avec conviction, se trompe un peu à la fin d’"Il pleut sur la mer" (personne ne remarque), mais réussit "Je ne te salue pas".

On en ressort dans un état paradoxal : lessivé (à cause de la canicule, doublée d’une configuration de salle – plutôt une cave – étouffante) et ragaillardi (par la fraîcheur du propos). Avec la sensation d’avoir finalement moins entendu une conférence satirique sur le jazz qu’une déclaration d’amour à la chanson…

 

Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=