Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cocktail Molotov
Diane Kurys  juin 2018

Réalisé par Diane Kurys. France. Comédie dramatique. 1h32 (Sortie version restaurée le 20 juin 2018 – Première sortie 6 février 1980). Avec Elise Caron, François Cluzet, Philippe Lebas, Genevieve Fontanel, Christian Clavier, Patrick Chesnais, Henri Garcin, Michel Puterflam, Philippe Clévenot et Hélène Vincent..

Après un premier film autobiographique, "Diabolo Menthe", Diane Kurys poursuit sur la même voie avec "Cocktail Molotov" un film qui retrace ses souvenirs de "Mai 68"... et qui justifie sa ressortie cinquante ans après les dits événements.

Ceux qui s'attendront à des barricades, des occupations d'université, des reconstitutions de la Sorbonne et de la rue Gay-Lussac, ceux qui s'imagineront y découvrir la face poupine et rigolarde de Daniel Cohn-Bendit en seront pour leurs frais : le trio, vaguement "julejimien" du film de Diane Kurys va s'évertuer, avec un malin plaisir, à éviter toute la grande "Histoire" soixante-huitarde pour s'en aller vivre leur propre Mai 68.

Apparemment loin des pavés et des slogans, les trois personnages de "Cocktail Molotov" vont être les premiers à expérimenter ce que Mai 68 donnera le loisir de vivre à tous les jeunes gens de leur génération. Amour libre, goût du voyage, envie d'un monde nouveau et d'un idéal autre que le prévisible triptyque métro-boulot-dodo, les aspirations des pieds nickelés de la cinéaste décrivent bien l'esprit soixante-huit.

Evidemment, quarante ans après sa sortie, "Cocktail Molotov" de Diane Kurys a pris quelques petits coups de vieux. Si ce n'est pas un impérissable chef d'oeuvre, il garde en lui une part de cette naïveté qui faisait le charme des jeunes gens d'avant l'ère numérique et du haut-débit.

La composition du trio y est pour beaucoup : deux d'entre eux, ont quasiment disparu (même si Elise Caron existe bel et bien dans le domaine de la musique), pendant que le troisième s'est fait un grand nom.

Ce mélange entre deux inconnus et une star, pas prévu évidemment par Diane Kurys, crée une étrangeté dans leurs rapports et dans l'équilibre du film même. Comme si, il y avait une part documentaire et une part fictionnée identifiable par le devenir des trois héros.

Comme dans "Diabolo Menthe", la présence d'Yves Simon comme musicien, à laquelle s'ajoute cette de Murray Head pour la chanson du film, apporte au film un goût nostalgique qui sied à la manière d'évoquer la période choisie.

Nostalgie dépourvue de niaiserie puisque la conséquence principale de Mai 68 pour Anne sera de se voir aux prises avec la question fondamentale qui empoisonnait les jeunes d'alors : celle de l'avortement dans un pays où l'IVG est interdite et son recours encore lourde de conséquences pénales.

Road movie paradoxal qui s'arrête plus près du Grand Canal de Venise que des rues germanopratines, "Cocktail Molotov" se regarde comme l'un des seuls témoignages fictionnés sur "Mai 68". Son intérêt demeure, et même s'amplifie, puisque cette comédie populaire se fie des enjeux politiques immédiats, pour dessiner tout l'apport sociologique que ce Mai bouillant bouillant a laissé sur la société française.

François Cluzet dans son vrai premier rôle est déjà clivant et l'on se demande pourquoi il a persévéré avec succès dans un métier qui semblait davantage destiné à ses deux compagnons et particulièrement à Elise Caron, excellente dans un rôle finalement assez difficile.

"Cocktail Molotov" de Diane Kurys se verra ou se reverra avec plaisir et l'on s'interrogera encore une fois sur les raisons qui font que le cinéma français ne fournisse pas beaucoup de films comme celui-ci, c'est-à-dire en prise directe avec son histoire récente.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=