Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zao Wou Ki - L'espace est silence
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris  (Paris)  Du 1er juin 2018 au 8 janvier 2019

Le Musée d'Art moderne consacre une exposition au long cours au peintre à la célébrité internationale Zao Wou-Ki décédé en 2013 avec la monstration d'un florilège pointu d'oeuvres de format monumental rattachées au mouvement de l'Abstration lyrique qui marque sa novation picturale opérée dans les années 1950.

La finalité annoncée par les commissaires, François Michaud, conservateur au Musée d’Art moderne, et Erik Verhagen, historien de l’art et critique, est, à partir d'une quarantaine d'oeuvres dont un ensemble d'encres inédites réalisé en 2006, de "proposer un renouvellement de la lecture des oeuvres" de Zao Wou-Ki et d'"inviter à une réflexion sur le grand format".  

Zao Wou-Ki : un peintre, deux cultures, peindre au-delà des limites du visible

Chinois d'origine, érudit par sa culture liée à une naissance dans le milieu aisé des lettrés, formé dès l'enfance à l'art de la calligraphie, Zao Wou-Ki entreprend dès 1948 un périple d'apprentissage de la peinture occidentale qui s'apparente au voyage des peintres en Italie au 17ème siècle dont la plaque tournante est Paris où il s'installe.

Aux Etats-Unis il découvre l'expressionnisme abstrait et entame une création picturale qui, le sujet ne lui suffisant plus, marque l'abandon progressif de la figuration.

Quelques toiles nommées sont liées à des évènements personnels, comme le décès de son épouse avec "En mémoire de May" peint en 1972 ou à des émotions artistiques avec les hommages dédiées à des poètes, dont Henri Michaux qui l'aida à entrer dans le marché de l'art et avec lequel il se lia d'amitié, des musiciens tel le compositeur Edgar Varèse.

Et, bien évidemment des peintres avec le superbe triptyque "Hommage à Claude Monet" ou la variation sur sa "Porte-fenêtre à Collioure" pour Matisse.

Mais la plupart constituent des odes à la nature et à son immanence peintes non sur le motif mais dans son atelier clos dépourvu de fenêtre. Car transcription picturale de paysages intérieurs et souvent non titrée pour laisser le champ libre au regard, car pour lui "L'essentiel c'est de regarder une peinture : ça te touche ou ça ne te touche pas".

Pour une "traversée des apparences", titre d'un premier tableau de 1956, pour indique-t-il "peindre ce qui ne se voit pas, le souffle, la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l'éclosion des couleurs et leur fusion". Seule une date pour la peinture considérée comme un mode de vie dont les oeuvres sont les pages de son journal.

Zao Wou-ki peint un monde flottant qui évoque celui des estampes, des espaces éclaboussés de pigments colorés ce qui n'est pas sans évoquer la facture de son aîné et compatriote Zhang Daqian (1899-1983) qui lui-même a développé dans ses décors poétiques le savoir-faire ancestral de la projection d'encre déjà pratiqué sous la dynastie Tang.

Une "représentation" qui induit le phénomène de type projectif de la paréidolie consistant en l'identification subjective de formes et de figures telle la "lecture" des nuages ou certains tests d'évaluation psychologique à partir de taches informelles qui suggèrent des formes organiques aux couleurs saturées (quadriptyque 1989-1990).

Egalement, et surtout, des paysages lacustres à la tonalité claire, marins, ou telluriques à la palette sombre.

Et ce n'est pas tant le silence qui caractérise les oeuvres présentées. Au demeurant, le titre de l'exposition est une phrase extraite* d'un des "Poèmes-lectures" de Henri Michaux inspiré par une lithographie de Zao Wou-Ki, représentant une rencontre amoureuse dans une forêt sous le halo de la lune, appartenant à son corpus figuratif antérieur , et donc détachée son contexte artistique.

En revanche, Zao Wou-Ki revendiquait la place centrale du vide dans sa peinture, le vide qui constitue la doxa de la peinture chinoise classique pour restituer le souffle vital de l'Univers et ses lignes de force qui s'organisent sur un fond qui est le Vide (cf. l'analyse sémiologique de l'essayiste et universitaire François Cheng dans "Vide et plein - Le langage pictural chinois").

Car, entre tradition et modernité, Zao Wou-Ki opère de manière syncrétique en hybridant les traditions picturales - celle occidentales dont le grand format, le procédé du clair-obscur et le chromatisme coloré voire saturé, et chinoises avec la grande peinture de paysage, le geste du pinceau, la présence de pictogrammes et son retour à l'encre dans les oeuvres ultimes dont "Le Temple des Han" - réinventées par la bidimensionnalité de l'abstraction.

Pour mieux préparer et apprécier cette immersion picturale, le visiteur pourra utilement écouter la série de cinq entretiens sonores réalisés avec Zao Wou-Ki en juin 1986 par France Culture ("L'épopée de Zao Wou-Ki").

 

 

* "..l'espace est silence, silence comme le frai abondant tombant lentement dans une eau calme, ce silence est noir, en effet il n'y a plus rien, les amants se sont soustraits à aux-mêmes en arrivant bonheur bonheur profond..."

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art Moderne

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée d'Art Moderne


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=