Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zao Wou Ki - L'espace est silence
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris  (Paris)  Du 1er juin 2018 au 8 janvier 2019

Le Musée d'Art moderne consacre une exposition au long cours au peintre à la célébrité internationale Zao Wou-Ki décédé en 2013 avec la monstration d'un florilège pointu d'oeuvres de format monumental rattachées au mouvement de l'Abstration lyrique qui marque sa novation picturale opérée dans les années 1950.

La finalité annoncée par les commissaires, François Michaud, conservateur au Musée d’Art moderne, et Erik Verhagen, historien de l’art et critique, est, à partir d'une quarantaine d'oeuvres dont un ensemble d'encres inédites réalisé en 2006, de "proposer un renouvellement de la lecture des oeuvres" de Zao Wou-Ki et d'"inviter à une réflexion sur le grand format".  

Zao Wou-Ki : un peintre, deux cultures, peindre au-delà des limites du visible

Chinois d'origine, érudit par sa culture liée à une naissance dans le milieu aisé des lettrés, formé dès l'enfance à l'art de la calligraphie, Zao Wou-Ki entreprend dès 1948 un périple d'apprentissage de la peinture occidentale qui s'apparente au voyage des peintres en Italie au 17ème siècle dont la plaque tournante est Paris où il s'installe.

Aux Etats-Unis il découvre l'expressionnisme abstrait et entame une création picturale qui, le sujet ne lui suffisant plus, marque l'abandon progressif de la figuration.

Quelques toiles nommées sont liées à des évènements personnels, comme le décès de son épouse avec "En mémoire de May" peint en 1972 ou à des émotions artistiques avec les hommages dédiées à des poètes, dont Henri Michaux qui l'aida à entrer dans le marché de l'art et avec lequel il se lia d'amitié, des musiciens tel le compositeur Edgar Varèse.

Et, bien évidemment des peintres avec le superbe triptyque "Hommage à Claude Monet" ou la variation sur sa "Porte-fenêtre à Collioure" pour Matisse.

Mais la plupart constituent des odes à la nature et à son immanence peintes non sur le motif mais dans son atelier clos dépourvu de fenêtre. Car transcription picturale de paysages intérieurs et souvent non titrée pour laisser le champ libre au regard, car pour lui "L'essentiel c'est de regarder une peinture : ça te touche ou ça ne te touche pas".

Pour une "traversée des apparences", titre d'un premier tableau de 1956, pour indique-t-il "peindre ce qui ne se voit pas, le souffle, la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l'éclosion des couleurs et leur fusion". Seule une date pour la peinture considérée comme un mode de vie dont les oeuvres sont les pages de son journal.

Zao Wou-ki peint un monde flottant qui évoque celui des estampes, des espaces éclaboussés de pigments colorés ce qui n'est pas sans évoquer la facture de son aîné et compatriote Zhang Daqian (1899-1983) qui lui-même a développé dans ses décors poétiques le savoir-faire ancestral de la projection d'encre déjà pratiqué sous la dynastie Tang.

Une "représentation" qui induit le phénomène de type projectif de la paréidolie consistant en l'identification subjective de formes et de figures telle la "lecture" des nuages ou certains tests d'évaluation psychologique à partir de taches informelles qui suggèrent des formes organiques aux couleurs saturées (quadriptyque 1989-1990).

Egalement, et surtout, des paysages lacustres à la tonalité claire, marins, ou telluriques à la palette sombre.

Et ce n'est pas tant le silence qui caractérise les oeuvres présentées. Au demeurant, le titre de l'exposition est une phrase extraite* d'un des "Poèmes-lectures" de Henri Michaux inspiré par une lithographie de Zao Wou-Ki, représentant une rencontre amoureuse dans une forêt sous le halo de la lune, appartenant à son corpus figuratif antérieur , et donc détachée son contexte artistique.

En revanche, Zao Wou-Ki revendiquait la place centrale du vide dans sa peinture, le vide qui constitue la doxa de la peinture chinoise classique pour restituer le souffle vital de l'Univers et ses lignes de force qui s'organisent sur un fond qui est le Vide (cf. l'analyse sémiologique de l'essayiste et universitaire François Cheng dans "Vide et plein - Le langage pictural chinois").

Car, entre tradition et modernité, Zao Wou-Ki opère de manière syncrétique en hybridant les traditions picturales - celle occidentales dont le grand format, le procédé du clair-obscur et le chromatisme coloré voire saturé, et chinoises avec la grande peinture de paysage, le geste du pinceau, la présence de pictogrammes et son retour à l'encre dans les oeuvres ultimes dont "Le Temple des Han" - réinventées par la bidimensionnalité de l'abstraction.

Pour mieux préparer et apprécier cette immersion picturale, le visiteur pourra utilement écouter la série de cinq entretiens sonores réalisés avec Zao Wou-Ki en juin 1986 par France Culture ("L'épopée de Zao Wou-Ki").

 

 

* "..l'espace est silence, silence comme le frai abondant tombant lentement dans une eau calme, ce silence est noir, en effet il n'y a plus rien, les amants se sont soustraits à aux-mêmes en arrivant bonheur bonheur profond..."

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art Moderne

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée d'Art Moderne


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=