Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Ile au trésor
Guillaume Drac  juillet 2018

Réalisé par Guillaume Drac. France. Documentaire. 1h37 (Sortie le 4 juillet 2018).

Voilà un film qui ne s'est pas trompé de période pour sortir... "L'Ile au trésor" de Guillaume Brac est à savourer en été, précisément un jour où l'on est si paresseux que l'on préfère retrouver la magie de l'île de loisirs de Cergy-Pontoise sur un écran que de s'y rendre.

Film bienveillant qui sait s'attacher aux personnes qu'il a choisies, les faire parler naturellement sans que l'on sache si tout est vraiment de la pure captation ou s'il y a reconstitution, "L'Ile au trésor" est la deuxième intrusion de son auteur du côté du documentaire, après un moyen métrage de 2016, "Le Repos des braves".

Jusqu'à maintenant, Guillaume Brac était surtout connu pour ses fictions post-rohmériennes, qui lui ont d'ailleurs valu, il y a quelques semaines, les honneurs du Prix Jean Vigo, catégorie court-métrage de fiction.

En passant au documentaire, Brac n'a rien perdu de son goût des personnages. Des poulbots modernes (d'Argenteuil), tentant de resquiller pour rejoindre la plage payante, aux familles venues des quatre coins du monde pour pique-niquer, il sait les mettre tous en valeur.

Et puis, surtout, il réussit à montrer une France bigarrée et populaire, sans que cela passe par l'évocation de tous les problèmes de société dont on est abreuvé par les médias.

Sous l'oeil de vigiles qui sont encore bonasses et sans taisers, s'activent des "délinquants" qui vont plonger là où c'est interdit, vont harceler gentiment des maîtres-nageuses blondes et des caissières qui prennent la carte bleue.

Ici, on prévient beaucoup mais on punit peu et ceux qui se fabriquent des souvenirs de campagne française, encore plus ou moins en état dans cette grande banlieue annexée à une "ville-nouvelle" des années 1960, pourront avoir la peau noire et jouer aux mousquetaires en grimpant un talus.

"L'Ile au trésor" de Guillaume Brac saisit parfaitement un parfum positif de la France d'aujourd'hui. Ses références, nombreuses, des "Hommes, le dimanche" de Robert Siodmak et Edgar G. Ulmer à "L'amie de mon amie" d'Eric Rohmer, donnent à son film la capacité d'aborder la question des loisirs des "gens de peu", comme disait Pierre Sansot, sujet rarement traité et pourtant majeur.

Sans chercher vraiment à se différencier du reste du troupeau, ces gens trouvent là matière à s'occuper dans des activités qui leur ressemblent et qui leur fournissent de quoi échapper à la morosité que leur condition engendre.

Guillaume Brac prend plaisir à les filmer hors de leur travail et de leur cadre de vie. Il parvient ainsi à relativiser toutes les grandes phrases entendues sur des classes sociales dominées.

L'île aux loisirs de Cergy-Pontoise est une réponse apolitique et joyeuse à leur domination. Chacun y résiste à sa façon à l'uniformisation générale et y puise de quoi se fabriquer de beaux souvenirs.

En dédicaçant son film à "l'enfance éternelle", le cinéaste fait un pied de nez à tous ceux qui ne la mémorisent qu'avec la lecture du Petit Prince et l'étrillage du poney comme signes de distinction.

Monté sans fausse note, jamais ennuyeux, toujours décrivant des personnages qui méritent leur quart d'heure de célébrité wahrolienne, "L'Ile au Trésor" de Guillaume Brac est un documentaire simple et léger et malgré tout de facture assez complexe, puisqu'il est construit comme certaines œuvres de Frederick Wiseman.

Sans rien revendiquer, Il ramène le cinéma français vers un monde qu'il a trop souvent délaissé. Un film modeste et capital, donc.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=