Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joan Of Arc
1984  (Joyful Noise Recordings)  juin 2018

Trente ans de carrière. Né des cendres du mythique Cap’n Jazz, à Chicago, Tim Kinsella va naviguer sur sa barque tout au long de ces années en laissant la porte ouverte à qui veut sortir ou entrer de la manière la plus libre qui soit. Se retrouvant parfois seul à son bord, ou dirigeant un équipage impressionnant, Kinsella a pour seul maître mot, l’ouverture d’esprit.

Pour comprendre ce nouvel album de Joan Of Arc, il faudrait passer en revue la quasi-totalité des albums du groupe, et les différents styles abordés au cours de cette longue carrière. Entre indie-rock, electro noise, expérimental, drone, et folk, Joan Of Arc aurait pu être un parfait mélange entre Pavement et Jandek. La voix inimitable de Kinsella, les harmonies dissonantes, les brisures à chaque coin de titre, rien n’est jamais stable chez Joan Of Arc. Rien ne va avec rien et pourtant tout tient debout, Kinsella semble vouloir, depuis trente ans, assembler différentes pièces de différents puzzles pour n’en former qu’un seul et qui plus est, cohérent.

Après avoir resserré les effectifs sur le précédent album, Kinsella lâche les commandes vocales, pour la première fois, sur la quasi-totalité de l’album. Il laisse même le loisir à Melina Ausikaitis, fraîchement embarquée dans l’aventure, d’écrire l’intégralité des textes. Ce point est notable car jusqu’à présent, les crédits sur chaque album restaient relativement flous et il était bien difficile de savoir qui avait écrit quoi. Chaque disque a toujours été présenté comme une œuvre collective et plus que jamais, Tim Kinsella souhaite aujourd’hui faire de Joan Of Arc un collectif, dont il reste, certes, le moteur, mais dont il ne tient pas toujours la direction.

La première écoute déroute donc forcément. Plus de voix de Kinsella ; cette voix au grain si particulier, toujours un ton à côté, un temps en retard, comme ensuquée, fausse ou malhabile. Parmi toutes les particularités de Joan Of Arc, cette voix si dérangeante pour certains, fait bel et bien figure d’obstacle pour bon nombre d’auditeurs. Place donc à la voix, nettement plus douce, de Melina Ausikaitis, ôtant ainsi la principale aspérité de la musique du groupe.

Cependant, il ne faut pas se fourvoyer. La musique de Joan Of Arc n’en devient pas lisse pour autant. Elle s’épure, se détend, à l’image du titre d’ouverture, débutant a capella, pour sombrer peu à peu dans un océan flou où coulent le piano, les guitares alanguies et les claviers suspendus. La voix presque enfantine apporte dès le début une couleur inédite à la musique de Joan Of Arc. Là où Kinsella et sa bande mélangeaient les guitares, multipliant les arrangements, les feuilles sonores, 1984 offre un décor minimaliste. Parfois centrée sur un drone, la voix de Melina se place avec une liberté rarement atteinte dans un univers où, pourtant, Kinsella ne s’est jamais trop posé de questions.

La musique de Joan Of Arc est devenue paisible et moins dérangeante, mais pas inintéressante pour autant. Au contraire, une fois de plus, Kinsella et les siens proposent encore de se réinventer, de prendre le chemin inverse, comme ils le font presque systématiquement depuis The Gap. En résulte donc un album sans doute plus facile d’accès mais étrangement délicat à aborder pour tout fan du groupe qui s’attend encore à entendre la fameuse voix de l’indéboulonnable Tim.

Passée cette première impression, on se pose enfin sur les différentes expérimentations et les multiples changements de rythme. Sur "Vertigo", la voix est triturée, balancée en écho, en retour, en marche arrière sur fond de claviers contemplatifs, puis se découvrent les arrangements obscurs, les harmonies discrètes. "Punk Kid" et sa basse en boucle rappellent les choix mélodiques de Kinsella qui, on le sent bien, tient l'arrière-plan tout en permettant à chacun d'exister dans une cohérence assez incroyable.

Jamais un album de Joan Of Arc n'aura été aussi étiré dans l'espace sonore, les nappes synthétiques se succédant, ne croisant que quelques guitares dont on saura surtout apprécier les langueurs. Les titres s'enchaînent donc ainsi, sortant presque tous d'une certaine de zone de confort, comme le "People Pleaser" aux violons acérés, aux accélérations improbables et aux entrechocs inattendus.

Il faut patienter jusqu'à "Vermont Girl" pour voir apparaître un brin de classicisme, un léger terrain familier, et des sabordages plus connus chez Joan Of Arc. La bande à Kinsella prouve donc avec cet album qu'elle ne compte pas s'abandonner à la facilité, qu'elle reste en accord avec ses exigences esthétiques, mais qu'en plus, elle persiste à vouloir se renouveler un peu plus à chaque album. Oui, que l'on aime ou pas, Joan Of Arc n'a plus à prouver sa singularité et en fait étalage sur cet excellent nouvel album.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Tim Kinsella
Le Bandcamp de Joan Of Arc
Le Facebook de Joan Of Arc


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=