Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rétrospective Dario Argento
  juillet 2018

Dario Argento était considéré comme un cinéaste de films B, voire de films Z. Le père de la charismatique Asia est désormais devenu un classique qu'il est temps de revisiter et de considérer comme l'égal des grands réalisateurs italiens.

Emblématique d'un genre spécifiquement italien, le "giallo", qui avec le western-spaghetti, a dominé Cinecitta avant que le cinéma italien sombre, victime de la télé berlusconienne, Dario Argento a donné ses lettres de noblesse au genre, après que son inventeur présumé, Mario Bava, en ait fixé les contours.

Le premier film de Dario Argento, que l'on peut revoir dans cette rétrospective de six films, "L'Oiseau au plumage de cristal" (1970), est un marqueur fort du "giallo".

On y retrouve les trois lois du genre : énigme policière, horreur et érotisme. Selon le principe du "giallo", un tueur mystérieux, tout habillé de cuir noir, s'en prend à des femmes - forcément très belles - avec des lames effilées dont le métal luit dans la nuit et qu'il aime frotter délicatement sur des étoffes en général rouges.

Quand le poignard, le rasoir coupe-chou, ou toute autre arme blanche, parcourt le corps semi-dénudé de la victime, il commence délicatement, puis mutile soutien-gorges et petites culottes... avant de furieusement pénétrer dans les chairs de la malheureuse puis de s'y acharner.

Dès lors, une gerbe de sang gicle, éjacule véritablement sur un mur. Le "giallo", c'est Eros et Thanatos. On a l'impression qu'il trouve son origine dans le plan de la douche de "Psycho" d'Alfred Hitchcock.

Dans cette rétrospective qui parcourt les années glorieuses de Dario Argento (1970-1985), on part de deux films qui respectent à la lettre le "canon" du "giallo" : "L'oiseau au plumage de cristal" et "Le Chat à neuf queues" (1971). Le cinéaste les associe d'ailleurs dans sa "trilogie animale" avec "Quatre mouches de velours gris" qui manque ici à l'appel.

Après cette trilogie liminaire, Argento élargit ses thématiques. Il combine le "giallo" avec des ambiances plus fantastiques. Son érotisme se fait ésotérique et ses mises en scènes maniérées passent de Hitchcock à Antonioni, cinéaste dont il revendique l'influence.

On pourrait dire qu'il est un Antonioni dont la cérébralité devient pulsionnelle. Il ne cesse de lui rendre hommage et dans son film "Les Frissons de l'angoisse" (1975), le héros n'est autre que l'acteur principal de "Blow up", David Hemmings.

Comme chez Antonioni, les personnages appartiennent souvent à des milieux artistiques (écrivains, peintres) et l'on découvre souvent des galeries d'art contemporain. Sauf qu'à la différence de l'auteur du "Désert rouge", il n'est pas conseillé de les fréquenter, la moindre œuvre pouvant s'avérer dangereuse (cf "L'oiseau au plumage de cristal").

Si l'on n'a qu'un film à voir, on conseillera de choisir "Suspiria" (1977), premier volet de ce que Dario Argento appellera sa "Trilogie des Enfers" (ou des "Trois mères") qui comprendra aussi "Inferno" (1980) et "La Troisième mère" (2007).

Inspiré par Thomas de Quincey, "Suspiria" est une œuvre dans laquelle Argento maîtrise son univers et s'éloigne définitivement du genre "policier" pour s'enfoncer dans les méandres de l'âme de son héroïne, incarnée par la magnifique Jessica Harper.

Au passage, on remarquera la prédilection de Dario Argento pour les acteurs anglo-saxons.

Il aime souvent les mettre en avant, on pourrait presque dire qu'il les met en porte-à-faux pour créer un contraste avec le reste du casting transalpin. L'étranger est ainsi à chaque fois plongé dans un monde étrange et plein de chausse-trapes.

Les deux derniers films présentés, "Phenomena" (1985) et "Opera" (1987), peuvent être considérés comme plus mineurs, même si les "purs" aficionados d'Argento y retrouveront ses qualités de grand formaliste. Les autres regretteront que "Phenomena" s'appuie sur le scénario d'un jeu vidéo.

Quant à "Opera", film jamais sorti en salles en France, il a toutes les qualités et les défauts de ce qu'on pourrait appeler un "grand film malade".

Argento, dans les coulisses d'un opéra de Verdi, déploie tout son cinéma et essaie avec sa maestria habituelle de parvenir à synthétiser les deux dramaturgies. Le spectateur qui découvrira cette œuvre jugera par lui-même s'il y réussit.

L'été 2018 sera donc "argentien". Il est urgent de réévaluer ce "cinéma visuel", imaginatif, riche en fulgurances narratives et bien loin des images triviales et des récits stéréotypés que ce cinéma qui se revendique d'horreur véhicule aujourd'hui.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=