Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rétrospective Dario Argento
  juillet 2018

Dario Argento était considéré comme un cinéaste de films B, voire de films Z. Le père de la charismatique Asia est désormais devenu un classique qu'il est temps de revisiter et de considérer comme l'égal des grands réalisateurs italiens.

Emblématique d'un genre spécifiquement italien, le "giallo", qui avec le western-spaghetti, a dominé Cinecitta avant que le cinéma italien sombre, victime de la télé berlusconienne, Dario Argento a donné ses lettres de noblesse au genre, après que son inventeur présumé, Mario Bava, en ait fixé les contours.

Le premier film de Dario Argento, que l'on peut revoir dans cette rétrospective de six films, "L'Oiseau au plumage de cristal" (1970), est un marqueur fort du "giallo".

On y retrouve les trois lois du genre : énigme policière, horreur et érotisme. Selon le principe du "giallo", un tueur mystérieux, tout habillé de cuir noir, s'en prend à des femmes - forcément très belles - avec des lames effilées dont le métal luit dans la nuit et qu'il aime frotter délicatement sur des étoffes en général rouges.

Quand le poignard, le rasoir coupe-chou, ou toute autre arme blanche, parcourt le corps semi-dénudé de la victime, il commence délicatement, puis mutile soutien-gorges et petites culottes... avant de furieusement pénétrer dans les chairs de la malheureuse puis de s'y acharner.

Dès lors, une gerbe de sang gicle, éjacule véritablement sur un mur. Le "giallo", c'est Eros et Thanatos. On a l'impression qu'il trouve son origine dans le plan de la douche de "Psycho" d'Alfred Hitchcock.

Dans cette rétrospective qui parcourt les années glorieuses de Dario Argento (1970-1985), on part de deux films qui respectent à la lettre le "canon" du "giallo" : "L'oiseau au plumage de cristal" et "Le Chat à neuf queues" (1971). Le cinéaste les associe d'ailleurs dans sa "trilogie animale" avec "Quatre mouches de velours gris" qui manque ici à l'appel.

Après cette trilogie liminaire, Argento élargit ses thématiques. Il combine le "giallo" avec des ambiances plus fantastiques. Son érotisme se fait ésotérique et ses mises en scènes maniérées passent de Hitchcock à Antonioni, cinéaste dont il revendique l'influence.

On pourrait dire qu'il est un Antonioni dont la cérébralité devient pulsionnelle. Il ne cesse de lui rendre hommage et dans son film "Les Frissons de l'angoisse" (1975), le héros n'est autre que l'acteur principal de "Blow up", David Hemmings.

Comme chez Antonioni, les personnages appartiennent souvent à des milieux artistiques (écrivains, peintres) et l'on découvre souvent des galeries d'art contemporain. Sauf qu'à la différence de l'auteur du "Désert rouge", il n'est pas conseillé de les fréquenter, la moindre œuvre pouvant s'avérer dangereuse (cf "L'oiseau au plumage de cristal").

Si l'on n'a qu'un film à voir, on conseillera de choisir "Suspiria" (1977), premier volet de ce que Dario Argento appellera sa "Trilogie des Enfers" (ou des "Trois mères") qui comprendra aussi "Inferno" (1980) et "La Troisième mère" (2007).

Inspiré par Thomas de Quincey, "Suspiria" est une œuvre dans laquelle Argento maîtrise son univers et s'éloigne définitivement du genre "policier" pour s'enfoncer dans les méandres de l'âme de son héroïne, incarnée par la magnifique Jessica Harper.

Au passage, on remarquera la prédilection de Dario Argento pour les acteurs anglo-saxons.

Il aime souvent les mettre en avant, on pourrait presque dire qu'il les met en porte-à-faux pour créer un contraste avec le reste du casting transalpin. L'étranger est ainsi à chaque fois plongé dans un monde étrange et plein de chausse-trapes.

Les deux derniers films présentés, "Phenomena" (1985) et "Opera" (1987), peuvent être considérés comme plus mineurs, même si les "purs" aficionados d'Argento y retrouveront ses qualités de grand formaliste. Les autres regretteront que "Phenomena" s'appuie sur le scénario d'un jeu vidéo.

Quant à "Opera", film jamais sorti en salles en France, il a toutes les qualités et les défauts de ce qu'on pourrait appeler un "grand film malade".

Argento, dans les coulisses d'un opéra de Verdi, déploie tout son cinéma et essaie avec sa maestria habituelle de parvenir à synthétiser les deux dramaturgies. Le spectateur qui découvrira cette œuvre jugera par lui-même s'il y réussit.

L'été 2018 sera donc "argentien". Il est urgent de réévaluer ce "cinéma visuel", imaginatif, riche en fulgurances narratives et bien loin des images triviales et des récits stéréotypés que ce cinéma qui se revendique d'horreur véhicule aujourd'hui.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=