Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet
Bafang - J. Bernardt - L.A. Salami - Hollysiz - Charlotte Gainsbourg - Orelsan - MGMT - Jack White - Petit Biscuit - Boris Brejcha  (Hérouville St-Clair, Normandie)  du 6 au 9 juillet 2018

10ème édition du festival de Beauregard à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. Une édition spéciale puisque, cette année, pour fêter l'anniversaire, les programmateurs se sont offerts un rêve de gosse en invitant Depeche Mode à clôturer le festival lundi. On est heureux de retrouver le site ombragé de ce festival à la programmation éclectique et haut de gamme, à l'ambiance familiale, à l'accueil et à l'organisation toujours professionnels.

On suppose que ça n'a pas été facile pour le duo caennais Bafang de débuter alors que le match de football de l'équipe de France en quart de finale du mondial n'est entamé que depuis une demi-heure. Il y a peu de monde sur le site lorsque j'arrive. Je n'ai entendu que la fin du concert de la découverte du festival dont le son lourd et teinté 70's ne colle pas vraiment avec le rock world africain que vend le dossier de presse.

Sur la grande scène, c'est ensuite J. Bernardt, en échappée belle de Balthazar qui fait groover le public. S'adressant au public en français, ce qui est à saluer de la part d'un flamand, il donne entre deux chansons l'évolution du score dans le match qui oppose la France à l'Uruguay. En fin de concert, le public chantonne déjà les airs du belge.

L.A. Salami a beau avoir la veste à franges d'Hendrix et une chemise aux motifs 70's, sa folk anglaise teintée de blues sonne de manière définitivement moderne. L'utilisation de l'harmonica n'empêche pas le britannique de se lancer dans un spam revendicatif. Déjà accrocheur sur disque, la musique de l'anglais une toute autre dimension sur scène.

Hollysiz est le groupe de la sœur de Vincent Cassel, Cécile Cassel. Depuis La Bande du drugstore, petit nanar cinématographique de 2002 qui se tirait un peu trop sur la nouille, j'ignorais que Cécile Cassel avait encore une vie publique. Tant mieux, car sinon j'aurais certainement regardé le concert avec un sale a priori. Hollysiz n'invente rien, mais le son est puissant et les rythmes efficaces. Remerciant souvent, établissant un vrai contact avec le public, visiblement contente de jouer devant une foule dense, Cécile Cassel a tout donné. Et le public a répondu. Après les beaux concerts de L.A. Salami et J. Bernardt, c'est Hollysiz qui lance vraiment Beauregard dans sa dimension festive et populaire.

J'ai beaucoup aimé Charlotte Gainsbourg en scientifique confrontée aux ovnis dans Independance Day 2. Je voulais rester sur cette image, ainsi que sur celle de mannequin H&M. J'ai donc préféré ne pas me rendre devant la scène où elle jouait. Lorsque, à la recherche d'un sandwich, je suis finalement passé devant la scène John où elle interprétait en dernier titre "Lemon Incest", sur lequel elle parvenait à chanter encore plus mal qu'à l'époque de l'enregistrement du 45t avec son père, le parterre était très clairsemé. Pour être honnête, nombreux étaient les spectateurs déjà devant la grande scène à attendre Orelsan, la star de Caen, et certainement l'artiste le plus bankable de la soirée.

Orelsan était l'artiste à ne pas manquer ce soir à Beauregard. Il a réussi à vider toutes les queues devant les vendeurs de merguez et autres burgers du festival. Le public a rappliqué comme un seul homme devant la scène. Il faut dire qu'il joue "chez lui". La setlist fait la part belle au dernier album, mais intègre aussi quelques chansons du Chant des sirènes.

Ce qui surprend dans l'approche d'Orelsan de la scène est le fait qu'il soit entouré de quatre musiciens, dont un batteur et bassiste et que son concert est ponctué de solos de batterie ou de guitare dans la pure tradition du concert rock un peu ringard. Mais il s'amuse. Dès le début du concert "simple basique" enflamme le public. Chanter "la ville aux mille clochers" à Caen semble réellement l'émouvoir. Et le rythme ne faiblit pas, tout le public semble connaître les paroles de "Fête de famille". Aucun doute, le concert d'Orelsan sera un des moments marquants de cette 10ème édition de Beauregard.

Étrangement, le concert de MGMT, pour lequel je traîne un peu les pieds, se révêle agréablement planant. Le duo a ses claviers planqué derrière quelques plantes vertes et est accompagné d'un batteur et d'un guitariste eux qui n'ont rien de plantes vertes. Les animations vidéos sont riches et luxuriantes. Le dernier album a beau être décevant, sur scène, les morceaux sont transcendés. Un "Kids" longuement étiré met tout le monde d'accord, le duo a donné un set aussi beau qu'inattendu.

C'est ensuite Jack White, malgré la lumière bleue constante qui inonde la scène, qui lance les hostilités. Je n'aimais pas les White Stripes, ni les Raconteurs, je ne suis pas déçu. Je trouve les chansons gras, vieillot, sans surprise. Contrairement à MGMT, son dernier disque m'avait agréablement surpris, sur scène je retrouve malheureusement le son lourdingue et bourrin de ses groupes et disques précédents. La surprise est surtout de trouver l'espace devant la seconde scène déjà blindée alors que Jack White est au milieu de son concert. L'ensemble du public n'a donc pas forcément adhéré au rock de l'américain malgré "Seven Nation Army" en dernier titre et au moins un autre des White Stripes durant le concert.

Petit Biscuit est la seconde star caennaise de la soirée. Derrière ses platines, il s'adresse souvent au public : "Ça fait plaisir d'être de retour en Normandie, à la maison". Le set d'abord rêveur se muscle avec des morceaux plus dansants.

J'abandonne les derniers danseurs entre les mains expertes de Boris Brejcha. Beauregard 2018 démarre sur les chapeaux de roue.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Samedi
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Dimanche
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016)
Festival de Beauregard en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Hollysiz en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
La chronique de l'album 5:55 de Charlotte Gainsbourg
Une 2ème chronique de l'album 5:55 de Charlotte Gainsbourg
Une 3ème chronique de l'album 5:55 de Charlotte Gainsbourg
La chronique de l'album IRM de Charlotte Gainsbourg
Charlotte Gainsbourg en concert au Festival International de Benicàssim #16 (jeudi 15 juillet 2010)
Charlotte Gainsbourg en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
La chronique de l'album Perdu d'avance de Orelsan
Orelsan en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Orelsan en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Orelsan en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Orelsan en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Orelsan en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Vendredi 28 septembre
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Dimanche 22
La chronique de l'album Oracular Spectacular de MGMT
La chronique de l'album Congratulations de MGMT
Une 2ème chronique de l'album Congratulations de MGMT
La chronique de l'album eponyme de MGMT
MGMT en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
MGMT en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
MGMT en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
MGMT en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
La chronique de l'album Blunderbuss de Jack White
La chronique de l'album Lazaretto de Jack White
La chronique de l'album Boarding House Reach de Jack White
Jack White en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Beauregard
Le Facebook du Festival Beauregard

Crédits photos : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=