Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laura nue
Nicolo Ferrari  juillet 2018

Réalisé par Nicolo Ferrari. Italie/France. Drame. 1h40 (1ère sortie 1961 - Sortie version restaurée le 18 juillet 2018). Avec Giorgia Moll, Nino Castelnuovo, Tomas Milian, Riccardo Garrone, Giancarlo Sbragia et Antonio Centa.

Dès le pré-générique, "Laura nue" de Nicolo Ferrari se revendique en film moderne. Laura est au lit, alors que résonne off un bruit de klaxon...

Si Nicolo Ferrari filmait Giorgia Moll un "peu plus bas" et sans couverture, on aurait le pré-générique du "Mépris de Jean-Luc Godard, le seul film que les cinéphiles associe justement à l'actrice transalpine, qui y joue la petite brune qui traduit les propos de Frederic Prokosch, alias Jack Palance...

En la surprenant en Laura le dos dénudé dans son lit quelques années plus tôt, filmé sensuellement par Nicolo Ferrari, le cinéphile découvre ainsi qu'elle a été autre chose qu'un nom ayant une postérité pour sa participation à l'un des chefs d'oeuvre du septième art.

Dans "Laura Nue", qu'elle porte entièrement sur ses épaules, elle se révèle une jeune actrice accomplie, modèle de la jeune bourgeoise du début des années soixante, à la fois promise à la reproduction de son immuable condition sociale et prise dans le tourbillon des mœurs en train de se libérer de la chape d'hypocrisie chrétienne.

Aux portes du mariage, observant ses parents dont le couple n'est uni que formellement et retrouvant un jeune homme qui l'attirait quelques années plus tôt, elle ressemble à une héroïne de Michelangelo Antonioni à tel point que si l'on ne savait pas que le film était réalisé par un illustre inconnu, on pourrait l'attribuer à celui qui à la même époque réalise "L'Avventura" ou "La Notte".

En voyant "Laura Nue" de Nicolo Ferrari, on a vite conscience qu'on est devant un chaînon manquant du cinéma italien, chaînon qui relativise un grand maître et fait de ses films des produits d'époque. Une fois encore, une "reprise" jamais vue devrait venir troubler les certitudes de ceux qui pratiquent l'abusive "politique des auteurs" chers aux dilettantes de la "Nouvelle Vague".

Certes, ils affirmeront que l'omniprésente musique de "Laura Nue", composée par Armando Travajoli, le plus fécond musicien de la comédie italienne et le compositeur attitré d'Ettore Scola, range le film parmi les produits classiques et que son réalisateur n'est pas un styliste à l'inverse d'Antonioni.

Evidemment, ils auront raison de cette réponse tautologique : c'est bien parce qu'il se distingue par ses qualités formelles qu'Antonioni reste aujourd'hui l'un des réalisateurs les plus célèbres de l'histoire du cinéma.

Mais "Laura nue" permet de relativiser ses thématiques et, même, en poussant plus loin, fait preuve d'une modestie narrative, d'un néo-classicisme sans défaut, qui lui donne une efficacité souvent supérieure aux films prototypes du "Maestro" auteur de "L'Éclipse"

Que l'on considère l'oeuvre de Nicolo Ferrari comme un jalon important du cinéma italien ou que l'on s'y refuse, il n'en reste pas moins qu'elle est cinématographiquement d'un classicisme impeccable et que l'on suit cette chronique identifiant une femme avec beaucoup d'intérêt.

On pourrait presque écrire, sans trop se forcer, que sa découverte pas loin de soixante ans après sa sortie constitue un des événements de l'année 2018.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=