Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laura nue
Nicolo Ferrari  juillet 2018

Réalisé par Nicolo Ferrari. Italie/France. Drame. 1h40 (1ère sortie 1961 - Sortie version restaurée le 18 juillet 2018). Avec Giorgia Moll, Nino Castelnuovo, Tomas Milian, Riccardo Garrone, Giancarlo Sbragia et Antonio Centa.

Dès le pré-générique, "Laura nue" de Nicolo Ferrari se revendique en film moderne. Laura est au lit, alors que résonne off un bruit de klaxon...

Si Nicolo Ferrari filmait Giorgia Moll un "peu plus bas" et sans couverture, on aurait le pré-générique du "Mépris de Jean-Luc Godard, le seul film que les cinéphiles associe justement à l'actrice transalpine, qui y joue la petite brune qui traduit les propos de Frederic Prokosch, alias Jack Palance...

En la surprenant en Laura le dos dénudé dans son lit quelques années plus tôt, filmé sensuellement par Nicolo Ferrari, le cinéphile découvre ainsi qu'elle a été autre chose qu'un nom ayant une postérité pour sa participation à l'un des chefs d'oeuvre du septième art.

Dans "Laura Nue", qu'elle porte entièrement sur ses épaules, elle se révèle une jeune actrice accomplie, modèle de la jeune bourgeoise du début des années soixante, à la fois promise à la reproduction de son immuable condition sociale et prise dans le tourbillon des mœurs en train de se libérer de la chape d'hypocrisie chrétienne.

Aux portes du mariage, observant ses parents dont le couple n'est uni que formellement et retrouvant un jeune homme qui l'attirait quelques années plus tôt, elle ressemble à une héroïne de Michelangelo Antonioni à tel point que si l'on ne savait pas que le film était réalisé par un illustre inconnu, on pourrait l'attribuer à celui qui à la même époque réalise "L'Avventura" ou "La Notte".

En voyant "Laura Nue" de Nicolo Ferrari, on a vite conscience qu'on est devant un chaînon manquant du cinéma italien, chaînon qui relativise un grand maître et fait de ses films des produits d'époque. Une fois encore, une "reprise" jamais vue devrait venir troubler les certitudes de ceux qui pratiquent l'abusive "politique des auteurs" chers aux dilettantes de la "Nouvelle Vague".

Certes, ils affirmeront que l'omniprésente musique de "Laura Nue", composée par Armando Travajoli, le plus fécond musicien de la comédie italienne et le compositeur attitré d'Ettore Scola, range le film parmi les produits classiques et que son réalisateur n'est pas un styliste à l'inverse d'Antonioni.

Evidemment, ils auront raison de cette réponse tautologique : c'est bien parce qu'il se distingue par ses qualités formelles qu'Antonioni reste aujourd'hui l'un des réalisateurs les plus célèbres de l'histoire du cinéma.

Mais "Laura nue" permet de relativiser ses thématiques et, même, en poussant plus loin, fait preuve d'une modestie narrative, d'un néo-classicisme sans défaut, qui lui donne une efficacité souvent supérieure aux films prototypes du "Maestro" auteur de "L'Éclipse"

Que l'on considère l'oeuvre de Nicolo Ferrari comme un jalon important du cinéma italien ou que l'on s'y refuse, il n'en reste pas moins qu'elle est cinématographiquement d'un classicisme impeccable et que l'on suit cette chronique identifiant une femme avec beaucoup d'intérêt.

On pourrait presque écrire, sans trop se forcer, que sa découverte pas loin de soixante ans après sa sortie constitue un des événements de l'année 2018.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=