Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laura nue
Nicolo Ferrari  juillet 2018

Réalisé par Nicolo Ferrari. Italie/France. Drame. 1h40 (1ère sortie 1961 - Sortie version restaurée le 18 juillet 2018). Avec Giorgia Moll, Nino Castelnuovo, Tomas Milian, Riccardo Garrone, Giancarlo Sbragia et Antonio Centa.

Dès le pré-générique, "Laura nue" de Nicolo Ferrari se revendique en film moderne. Laura est au lit, alors que résonne off un bruit de klaxon...

Si Nicolo Ferrari filmait Giorgia Moll un "peu plus bas" et sans couverture, on aurait le pré-générique du "Mépris de Jean-Luc Godard, le seul film que les cinéphiles associe justement à l'actrice transalpine, qui y joue la petite brune qui traduit les propos de Frederic Prokosch, alias Jack Palance...

En la surprenant en Laura le dos dénudé dans son lit quelques années plus tôt, filmé sensuellement par Nicolo Ferrari, le cinéphile découvre ainsi qu'elle a été autre chose qu'un nom ayant une postérité pour sa participation à l'un des chefs d'oeuvre du septième art.

Dans "Laura Nue", qu'elle porte entièrement sur ses épaules, elle se révèle une jeune actrice accomplie, modèle de la jeune bourgeoise du début des années soixante, à la fois promise à la reproduction de son immuable condition sociale et prise dans le tourbillon des mœurs en train de se libérer de la chape d'hypocrisie chrétienne.

Aux portes du mariage, observant ses parents dont le couple n'est uni que formellement et retrouvant un jeune homme qui l'attirait quelques années plus tôt, elle ressemble à une héroïne de Michelangelo Antonioni à tel point que si l'on ne savait pas que le film était réalisé par un illustre inconnu, on pourrait l'attribuer à celui qui à la même époque réalise "L'Avventura" ou "La Notte".

En voyant "Laura Nue" de Nicolo Ferrari, on a vite conscience qu'on est devant un chaînon manquant du cinéma italien, chaînon qui relativise un grand maître et fait de ses films des produits d'époque. Une fois encore, une "reprise" jamais vue devrait venir troubler les certitudes de ceux qui pratiquent l'abusive "politique des auteurs" chers aux dilettantes de la "Nouvelle Vague".

Certes, ils affirmeront que l'omniprésente musique de "Laura Nue", composée par Armando Travajoli, le plus fécond musicien de la comédie italienne et le compositeur attitré d'Ettore Scola, range le film parmi les produits classiques et que son réalisateur n'est pas un styliste à l'inverse d'Antonioni.

Evidemment, ils auront raison de cette réponse tautologique : c'est bien parce qu'il se distingue par ses qualités formelles qu'Antonioni reste aujourd'hui l'un des réalisateurs les plus célèbres de l'histoire du cinéma.

Mais "Laura nue" permet de relativiser ses thématiques et, même, en poussant plus loin, fait preuve d'une modestie narrative, d'un néo-classicisme sans défaut, qui lui donne une efficacité souvent supérieure aux films prototypes du "Maestro" auteur de "L'Éclipse"

Que l'on considère l'oeuvre de Nicolo Ferrari comme un jalon important du cinéma italien ou que l'on s'y refuse, il n'en reste pas moins qu'elle est cinématographiquement d'un classicisme impeccable et que l'on suit cette chronique identifiant une femme avec beaucoup d'intérêt.

On pourrait presque écrire, sans trop se forcer, que sa découverte pas loin de soixante ans après sa sortie constitue un des événements de l'année 2018.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=