Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - vendredi 22 juin
Joan Jett and the Blackhearts - Meshuggah - Europe - Svinkels - Hollywood Vampires - Stone Sour - Judas Priest - A Perfect Circle - DJ Mike Rock  (Clisson, Loire-Atlantique)  22 au 24 juin 2018

Premier HellFest pour moi. Mais comme je vieillis, j’ai prévu un planning pas trop chargé, pour pas me bousiller les genoux et le dos avant la fin des 3 jours. Du coup, j’esquive les premiers concerts. Le temps d’arriver, de trouver une place de parking dans Clisson, faire la queue pour obtenir mon pass, attendre que les copains avec qui je suis venu obtiennent leurs pass, faire la queue pour chopper du cashless, je n’ai pu voir Joan Jett que depuis un écran géant au VIP et je suis arrivé en fin de concert de Meshuggah sur la Main Stage 02. Les Suédois qui œuvre dans un death metal progressif nous ont proposé à ce que j’ai vu, une fin de show plutôt rugueuse, pleine d’énergie avec un son vraiment lourd, tout en restant dans une grande maîtrise technique. Vraiment pas mal pour débuter les hostilités.

Europe sera donc le premier groupe qu’on pourra vraiment voir. Je me suis donc présenté dans le pit photo et vu le nombre de photographes accrédités, j’apprends qu’on n’aura pas accès aux trois premières chansons (comme cela se passe d’habitude en festival et en concert traditionnel), mais seulement à une pour pouvoir faire un roulement et que tout le monde puisse shooter et ce, pour toute la durée du festival sur les Main Stage.

(D’ailleurs pour plusieurs groupes, je n’ai pas eu le temps d’aller rejoindre le pit photo, ou l’accès était réservé à certains photographes, j’ai donc fait quelques illustrations…)

Bref, on était au rendez-vous sur la Main Stage 01, pour 60 minutes de concert. Je ne suis pas un fan inconditionnel du groupe. Europe est le premier groupe de heavy qui ait atteint mes pures oreilles d’enfant dans les années 80. Je me rappelle avoir vu leur passage dans l’émission Cocoboy et je trouvais qu’ils étaient trop cool avec leurs énormes tignasses vertes.

"The Final Countdown" est un tube planétaire. Mais j’avoue que depuis, je n’ai pas écouté d’autres choses du groupe et que je ne savais pas s’ils allaient tenir le choc face au poids des années. Est-ce qu’ils seraient toujours dans un délire glam mais avec des rides ? Est-ce qu’ils la joueraient à fond kitch à la Kiss ?

Niveau visuel, ça va. Le groupe s’est modernisé. Ils ont des looks de vieilles stars du rock. Il y a encore un peu trop de chemises en cuir cloutées et de poses héroïques. Mais ça va. Le principal est que la voix de Joey Tempest soit toujours là (un peu moins sur les aigües, mais toujours là), et que le groupe envoie la sauce.

On est entre du soft heavy et du gros rock bien ficelé. Une setlist qui s’enchaîne facilement jusqu’au bouquet final qu’est "The Final Countdown", et qui est repris par la foule entière.

D’ailleurs, je comprends enfin les footeux depuis ce moment-là… Avant je jugeais toujours les supporters de foot qui gueulait "PO POPO PO POPO PO" sur l’air de "Seven Nation Army". Je trouvais ça ridicule et insultant pour Jack White… Mais je me suis surpris à faire la même chose sur le gimmick de "The Final Countdown", au milieu de plusieurs milliers de personnes faisant la même chose. Et bien sachez que c’était trop cool. J’ai kiffé !

J’ai profité ensuite d’un petit creux dans la prog pour visiter un peu le site du festival. Et il n’y a rien à dire. Y’a pas photos avec la concurrence. Pour avoir fait pas mal de festivals à travers l’Europe, ici il y a un vrai investissement avec du décor en dur pour créer une vraie ambiance. On est bien loin d’une pauvre tête de chien gonflable et du tissu attaché aux structures tubulaires démontables des scènes. On est ici dans un univers à la Mad Max, avec des sculptures partout, des bars habillés de rouille avec des grandes piques, de la pyrotechnie… C’est surréaliste. Même les poubelles sont dans des énormes têtes de morts sculptées.

Quand l’heure du concert de Svinkels est venue, je me suis dirigé avec difficultés à la Warzone. C’est vraiment un des seuls points négatifs de ce festival. L’accès à la Warzone, surtout en fin de concert, est assez compliqué… Il y a un chemin pour rentrer ou sortir qui fait un effet entonnoir. Le flux des gens est énorme, et on peut passer beaucoup de temps pour faire juste 2 ou 3 mètres. Et si on veut éviter ça, il faut y aller bien avant ou en partir bien après (et donc rater des concerts). Dommage, car les autres scènes sont accessibles très facilement et on peut aller de l’une à l’autre rapidement.

Bref, Svinkels s’est rajouté dans l’affiche du festival au dernier moment en remplacement de 7 Seconds (le nom de ce groupe me fait tellement penser à Youssou N'Dour, c’est chaud). Ce fut donc une joie de voir programmé, le plus trash des groupes de hip-hop français… Et à choisir entre l’éventualité de voir Gérard Baste en slip ou voir Alice Cooper se compromettre avec Johnny Depp, il n’y a pas à se poser de questions… (même si finalement Gérard ne finira pas le set en slip).

Pour les non-initiés, Svinkels est un groupe de hip-hop français formé en 1994 à mi-chemin entre les Beasties Boys et de la chanson paillarde. Certains titres comme "Réveille le punk" ou "Le Svink c’est chic" passaient en boucle sur M6 dans les années 90.

S’ils ne jouent pas une musique extrême, ils ont tout à fait leur place dans ce festival par leur attitude bien plus rock que certains groupes (jouant au même moment sur la Main Stage par exemple).

Accompagnés de l’excellent DJ Pone, les 3 MC (plus 2 guitaristes au bout de quelques titres) se sont déchainés face à un public ravi de se retrouver devant eux. Gérard Baste, Nikus Pokus et M. Xavier ont offert un voyage dans le passé à base de lyrics bien régressifs sur des bons gros beats pleins d’enthousiasme. Franchement cool et concert le plus rock de la journée.

J’ai ensuite assisté au 10 dernières minutes du set d’Hollywood Vampires (en attendant devant le pit photo pour Stone Sour). Tout ce que je dirais, c’est que vers la fin, Johnny Depp a fait une reprise de "Hero" de Bowie et qu’ils ont fait un lâché d’énormes ballons siglés avec le logo du groupe. Ses ballons étaient censés rebondir dans la foule et donner une ambiance festive cool. Mais avec le vent, ils se sont envolés en moins de 30 secondes au niveau des chiottes. Et finalement, ça résume bien ma pensée sur ce groupe (avec tout le respect que je peux avoir pour Joe Perry et Alice Cooper).

J’ai découvert Stone Sour il y a plus d’une dizaine d’années en première partie d’Alice In Chains au Bataclan. A l’époque, je savais pas que le chanteur était le leader masqué de Slipknot. J’avais trouvé leur metal alternatif plutôt gentillet… C’est pas mal, mais ça explose pas le cul.

Comme le dit lui-même Corey Taylor, il n’aura pas les capacités physiques de faire du Slipknot toute sa vie, du coup Stone Sour est une bonne alternative pour continuer à faire ce qu’il aime en moins extrême pour son corps (et de toute manière, il avait commencé Stone Sour avant Slipknot).

En tout cas, on voit ici qu’il prend plaisir à être sur scène. Il communique beaucoup avec le public, et a appris quelques mots de français pour l’occasion. Des feux d’artifice sortent de scène. Musicalement, c’est aussi carré sur scène que c’est le bordel dans la fosse. Un canon à confettis est sorti pour projeter un bukkake de papier sur le public. La Main Stage 02 est en feu. Beaucoup de rythme et d’énergie dès le départ. Le groupe a su captiver son auditoire. Une très belle prestation.

Seul point faible de ce concert : la coupe de cheveux de Corey Taylor… Alors si on le suit sur les réseaux sociaux, on a bien noté qu’il avait encore il y a peu de temps, les cheveux rasés sur les côtés et derrière et long sur le dessus. Là, il a raccourci le dessus et fait repousser sur les côtés. Sauf qu’on est donc en pleine phase transitoire.

Je ne sais pas où il veut aller avec cette coupe, mais pour le moment c’est horrible (et je me permets de le dire car j’ai souvent eu une coupe de merde). En pleine période de festival, on est des centaines de milliers de gens à voir cette horrible coupe plate sur le dessus et en volume sur les côtés… Mets une casquette mec. Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour les autres.

Judas Priest est probablement le tout premier groupe de metal de l’histoire de l’humanité. Ils ont commencé en 1969 et ont eu une influence indéniable sur le paysage musical extrême. J’avoue que ce n’est pas vraiment ma came, mais c’est comme aller voir tes grands-parents quand t’es ado… ça te fait chier, t’as envie d’être ailleurs mais finalement, tu finis par kiffer et puis tu te dis que sans eux, tu serais pas là… Alors tu manges ta patte de fruits et tu profites de l’expérience des anciens.

Le groupe est arrivé sur scène et a mis littéralement le feu au ciel et déclenché un tsunami de poings levés dans la foule. Rob a toujours sa voix, même si les aiguës ont du mal à passer en début de concert et que l’ingénieur du son a mis quelques effets pour masquer certaines faiblesses. Le frontman a aussi un peu perdu de sa superbe, et ne bouge plus trop sur scène, les deux mains sur le micro, penché un peu en avant, la silhouette lourde et les yeux fermés. Après, on ne peut pas vraiment lui reprocher… Et le reste du groupe s’active suffisamment pour faire le spectacle sans parler des décors et autres projections vidéo.

Beaucoup de changements de costume aussi pour notre chanteur. Avec, pour ma part, une hésitation sur la veste préférée. Je ne sais pas si j’aime le plus la veste longue en cuir noir avec des franges qui touchent le sol, ou le total look lamé argent. Mais trêve de plaisanterie, le concert était flamboyant et le public était tout aussi présent pour le groupe que le groupe était là pour son public. The Priest Is Back.

De manière tout à fait personnel, je trouve que les festivals en général font un peu trop jouer la vieille garde en tête d’affiche. Dans cette édition du Hellfest, on avait Maiden et Judas Priest. Alors qu’ils viennent régulièrement. C’est cool de les voir, mais laissons un peu de place à la nouveauté. Et surtout pas toujours les mêmes groupes de vieux partout, tous les 3 ou 4 ans.

Je dis ça, mais je ne veux pas cracher dans la soupe, car j’étais devant Maiden et Priest, mais c’est aussi ce genre de prog qui revient trop souvent qui fait que parfois je choisis tel festival plutôt qu’un autre.

Pour finir, j’ai préféré m’économiser et rater A Perfect Circle. De toute manière, je trouve que ce qu’ils font est aussi chiant comme binge-watcher les deux saisons de Marseille en boucle sur Netflix. Alors les voir jouer à 1h du matin après une journée de festival dans les jambes, même s’ils avaient tout déchiré, ça m’en aurait touché une, sans toucher l’autre.

Retour au VIP pour voir DJ Mike Rock mixer quelques titres et on est rentré à la maison, afin de sortir le chien à 3 heures du mat' dans les rues de Nantes, en croisant pleins de Hell-Festivaliers faisant la même chose. Car tu as beau être metal dans ton cœur et ton esprit, il faut tout de même faire pisser le corgi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The new folk sounds from northern Europe de Cowboys in Scandinavia
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Well Done Europe de The Chap
La chronique de l'album Golden Europe de Thos Henley
La chronique de l'album United Diktaturs of Europe de Anarchist Republic of Bzzz
Svinkels en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Svinkels en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Svinkels en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Hollywood Vampires en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
DJ Mike Rock en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Hellfest Open Air Festival
Le Facebook de Hellfest Open Air Festival

Crédits photos : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=