Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Springwater
Interview  juin 2018

Le premier EP de Springwater, Abyss, est sorti en février 2018. Nous les avons rencontrés et avons voulu en savoir plus sur l'origine du groupe, leurs goûts, leurs projets et leurs aspirations.

Pourriez-vous dans un premier temps vous présenter pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Springwater ?

On s’appelle Springwater, on est un power trio d’une vingtaine d’années et on vient de Bois-Colombes dans le 92. Thomas est à la basse et au chant, Tristan à la guitare et Killian à la batterie. C’est une disposition simple, brute, sans artifice, et très efficace pour exprimer ce qu’on a à exprimer. On revendique un rock compulsif et libéré, entre la balade et le pré-post noise, entre l’accalmie et le tonnerre. Aujourd’hui, on trace notre route dans une époque où le rock devient de plus en plus une musique underground, et il n’y a rien de plus excitant.

D’où vous est venu ce nom ?

On a toujours rêvé d’avoir notre nom sur des bouteilles d’eau.

Comment se passe la composition au sein du groupe ?

La composition d’un morceau part très souvent d’une idée générale, d’une structure qui émerge dans la tête de Thomas ou Tristan. Les deux autres rejoignent ensuite le mouvement, apportent leur touche, et ouvrent de nouvelles perspectives. Il n’y a pas de règle définie. Certaines parties d’un morceau se dessinent par des mouvements collectifs parfois inconscients. Par exemple, on jam sur un riff, l’un de nous s’éloigne de l’idée de base, voire se trompe, et on se retrouve devant de nouvelles possibilités. Au début, il y a une idée générale, et c’est la touche de chacun qui va y apporter de la profondeur et du détail, et c’est ça qui est bon.

Où trouvez-vous votre inspiration ? La vie quotidienne, une sorte d’autobiographie musicale ou juste votre imagination ?

C’est un peu de tout. L’énergie que l’on met dans notre musique, c’est aussi une énergie qu’on ne peut évacuer nulle part ailleurs. La scène est un moment de quasi-trans où on lâche tout. Et donc oui, d’une certaine manière, on peut parler d’autobiographie musicale dans le sens où ce qui s’y exprime c’est l’histoire de trois garçons, potes depuis le collège, qui ont décidé de faire de la musique et d’y mettre leurs tripes.

Quels sont les groupes ou artistes qui vous ont donné envie de faire de la musique ? Y a-t-il d’autres formes d’arts qui vous inspirent également ?

On baigne tous les trois dans la musique depuis très jeune, que ce soit grâce à la famille ou à un prof de musique qui a transmis sa fibre. Avant, le rock avait encore une place importante. On écoutait tous les Red Hot, The OffSpring, Muse, AC/DC, bref des groupes qui, quand tu as 14 ans, te font rêver et te donnent envie de toi aussi monter sur scène.

On est inspiré par des choses plus au moins différentes. Thomas aime beaucoup le cinéma et l’univers de David Lynch, Killian le chant lyrique et Debussy, Tristan l’art surréaliste de Magritte, et finalement tout se rejoint.

Votre premier clip, "Dunes", est entièrement autoproduit, est-ce la même chose pour votre EP ?

Oui tout a été auto-produit, l’EP et notre premier clip. On a beaucoup appris de tout ça, ce qu’il faut faire, ce qu’il faut éviter. On acquiert de l’expérience et ça nous permet d’être encore mieux préparés pour les projets à venir.

Comment faites-vous pour trouver des dates de concert ?

Pour trouver des concerts on démarche beaucoup, beaucoup. On est aidé par Lucie, notre manager, et ça nous permet de découvrir plein d’associations, de salles, d’organismes qui font vivre la musique aujourd’hui et c’est très cool. C’est un travail prenant, mais qui en vaut toujours la peine.

Aujourd’hui, vivez-vous de votre musique ? Si non comment faites-vous pour vous financer, que ce soit les enregistrements, les clips et les concerts ?

Aujourd’hui nous ne vivons pas encore de notre musique. Pour le financement, il y a les cachets, et ce qu’on gagne, on l’investit dans de nouveaux projets. On travaille aussi beaucoup avec nos amis qui eux aussi développent leurs activités de leur côté, que ce soit dans le graphisme et la peinture avec Louise qui a fait l’artwork de "Abyss", Flavia qui développe ses projets photos, etc.

Votre musique est sur Deezer, comment appréhendez-vous les plateformes de musique légale ? Est-ce une aide ? Au contraire, est-ce quelque chose qui vous pénalise ?

Aujourd’hui, c’est une aide. Les gens peuvent nous écouter, se faire une première idée de ce que l’on fait, et c’est important. On a longtemps tourné sans avoir de vraie maquette ou un EP à proposer, et ça limitait beaucoup les choses.

Enfin, question plus ouverte : avez-vous un message à faire passer ?

Explorez. Allez dans des bars le soir pour écouter des groupes inconnus, laissez-vous tenter par des trucs que vous n’auriez jamais pensé écouter. A force d’avoir accès à tout, on n’a plus accès à grand-chose et aujourd’hui, la scène française émergente a beaucoup de choses à offrir !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Abyss EP de Springwater

En savoir plus :
Le Soundcloud de Springwater
Le Facebook de Springwater


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=