Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roman Cieslewicz - La Fabrique des Images
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 21 septembre 2018 au 28 janvier 2019

En 2008, la Maison Européenne de la Photographie rendait hommage au graphiste d'origine polonaise Roman Cieslewicz avec l'exposition "Roman Cieslewicz - Photo-graphik" dédiée à sa pratique du photomontage et son travail de Roman Cieslewicz dans le domaine de la presse et de l'édition.

En 2018, reprenant le même visuel, celui du photomontage "Mona Tse-Tung", le Musée des Arts Décoratifs, qui détient une des plus riches collections de graphisme, lui consacre une rétrospective passionnante sous la houlette de la commissaire Amélie Gastaut, conservatrice en chef des collections design graphique et publicité audit musée.

Intitulée "Roman Cielewicz - La Fabrique des Images", a réuni un riche florilège de sept centaines d'affiches, illustrations et documents d'archives ordonnés en un parcours chrono-thématique destiné à éclairer le processus de création de l'artiste.

Une création engagée en ce qu'elle s'inscrit dans une conception résolument politique de l'art, qui ne saurait se cantonner à l'ornemental ou à l'illustratif, et s'applique également au graphiste qu'il considère de surcroît comme un "aiguilleur de rétine", avec, pour corollaire, un didactisme intellectuel et esthétique.

Roman Cieslewicz - Le Chopin de l'art graphique contemporain*

Instillée de vidéos, de quelques unes des images contenues dans ses boîtes thématiques constituant une véritable banque documentaire et d'une reconstitution de son atelier, la (dé)monstration s'avère aussi percutante que passionnante.

Elle révèle l'œuvre foisonnante, entre travaux de commandes et production d'atelier, éclectique, pour la presse, l'édition et la communication, et d'excellence dans tous les domaines de l'expression graphique.

Formé notamment à l'Ecole des eaux-Arts de Cracovie, Roman Cieslewicz, s'inscrit, avec son art du collage dans l'âge d'or de l'affiche polonaise des années 1950-1960 sous influence de l'avant-garde de années 1920 marqué par le Groupe Blok réunissant cubistes, constructivistes et suprématistes, et de ses maîtres, le chef de file du factoréalisme.

Les traits caractéristiques sont désormais fixés: la composition spatiale héritée du constructivisme, la clarté de l’expression plastique au déchiffrage immédiat avec l’utilisation de formes géométriques, tel le cercle, sa forme fétiche, forme primordiale, venue de l'enfance, avec la forme du pain qu'il mangeait et forme du diagramme de De Vinci qui illustrait l'encyclopédie paternelle, et la maîtrise de l'intégration de la typographie.

Venu en France où il s'installera à demeure, il oeuvre tant pour le magazine Elle dont il devient le directeur artistique que dans le cadre du mouvement actionniste Panique fondé par Fernando Arrabal, Alejandro Jodorowsky et Roland Topor avec la revue Kamikaze.

A l'imagerie populaire du 19ème siècle qui inspirait sa période polonaise succède l'iconographie du 20ème siècle, celle portée par médias de masse qui créent une nouvelle mythologie quotidienne, avec les icônes médiatiques ou populaires, et une esthétique proche du Pop Art avec les aplats de couleurs pures.

La présentation chronologique permet de distinguer ses trois axes graphiques à savoir le collage, le photomontage et le photographisme, chacun privilégié temporellement mais jamais abandonné.

Le collage est largement exploré dans les décennies 60-70 notamment en marge de sa production commerciale avec ses déclinaisons sur le mode de la multiplication et de la sérialité sur le mode de l'accumulation d'une multitude d'images contemporaines, les collages structurels

ou de la variation de motif dans ses collages répétitifs.

Suivront les collages centrés avec une image recréée par symétrie centrale opérée sur le visage, un de ses sujets récurrents avec l'oeil et la main, qui aboutissent à l'élaboration de la série des cyclopes dont de nombreux repris dans le magazine photographique Zoom qui ressortent au crypto-portrait révélant de manière surréaliste une présence énigmatique surtout quand il concerne une personnalité identifiable telles celles de Mona Lisa, Zouk et Bobby Fisher.

La période 1975-1985 et marquée par le photomontage en couleur dont il use tant pour ses travaux personnels, les superbes séries "Changements de climat" et "Oséelisques", que pour l'illustration d'oeuvres littéraires, ainsi pour "Les Mystères d’Udolpho" de Ann Radcliffe et "Les dieux ont soif" de Anatole France, pour lesquels il opère sur les chefs-d’œuvre de l’Histoire de l’Art, et plus particulièrement ceux de la Renaissance italienne qui participe de la désacralisation à laquelle s'attache an Roman Cieslewicz.

Mais également à partir de photos d'actualité avec un graphisme percutant qui signe son engagement dans le combat politique.

Sa dernière décennie est placée sous le signe du photographisme avec l'utilisation d'images originelles.

Trichromatisme noir/blanc/rouge et un assemblage édifiant sans "paroles" pour des événements historiques telle la série "Pas de nouvelles, Bonnes nouvelles".

Ou noir et blanc et typographie "choc" pour dénoncer les faits de guerre de l'Irak aux Balkans.

Passionnante et didactique, avec ses judicieux cartels explicatifs, cette exposition permet de prendre la mesure de la foisonnante créativité de Roman Cieslewicz à une époque qui ne connaissait pas la CAO et qui se révèle d'une époustouflante modernité formelle.

De plus, elle soutient un regard d'une absolue lucidité qui porte une vision tragique du monde, fil rouge que pourra suivre le visiteur.

 
* ainsi surnommé par Roland Topor dans une série de charades inspirées

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=