Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sue Foley - Ian Siegal - Fred Chapellier - Archie Lee Hooker
Sélection d'albums  (DixieFrog Records)  avril 2018

Les doigts de pied en éventail sur la plage, peut-être à l’inverse, cherchant un peu de repos à la fraîcheur d’un torrent de montagne, te reposes-tu de cette longue année de dur labeur ou d’une année de galère. Peut-être es-tu tout simplement resté chez toi.

Toujours est-il que tu as ce sentiment de ne pas avoir pu faire tout ce que tu voulais, peut-être cherches-tu tout simplement à oublier tes tracas, tes malheurs, grands ou petits.

J’ai pour toi, lecteur, si tu es amateur de blues, non pas un mais bel et bien 4 pépites, sorties cette année chez DixieFrog. Ce sont 4 albums de blues d’horizons différents : Américains, Français et Britanniques. Prêt ? C’est parti !

Honneur aux dames avec l’album The Ice Queen de la très belle et très talentueuse Sue Foley.

Née au Canada, elle a reçu sa première guitare à 13 ans. 3 ans plus tard, elle se produisait dans des clubs. Son ambition ? Ne pas être une guitariste rythmique, mais bel et bien "de jouer de la guitare comme n'importe quel mec".

Et elle a réussi. A son actif pas moins de 15 albums, des participations à des albums et des premières parties prestigieuses : BB King, Buddy Guy, Van Morrison et j'en passe. Elle a enregistré son premier album à 21 ans sur le label qui lança Stevie Ray Vaughan.

Aujourd'hui, elle nous propose un nouvel opus de blues, qui ne se démarque pas forcément de cette culture musicale, mais terriblement efficace et sa désormais célèbre, pink paisley Fender telecaster y est mise à l'honneur.

L'album qui sort après 15 ans de pause pendant lesquels Sue Foley a repris le chemin de la fac pour son projet Guitar Women, où elle met en lumière les femmes dans la musique et rend hommage aux plus grandes dames comme Memphis Minnie ou Etta Baker. Un livre devrait bientôt voir le jour.

Pour ce nouvel album, elle s'octroie des guests de luxe : Billy Gibbons (ZZ Top) Jimmie Vaughan et Chris Layton (Double Trouble). Elle démontre s'il en était besoin qu'elle n'est pas une figurante mais bien une artiste qui compte sur la scène blues internationale et DixieFrog ne s'y est pas trompé en la signant. D’ailleurs, Sue Foley a un but clairement avoué : "Je veux devenir l’équivalent d’un Clarence Gatemouth Brown au féminin. Je veux jouer jusqu’à 75 ans, continuer d’être une méchante guitariste, méchante comme tout". Je ne sais pas si elle est méchante, mais elle assure !

Arrive ensuite l’album de Ian Siegal, après la pochette tout en douceur de la belle Sue Foley, lui nous offre une pochette plus sombre, une peinture qu’il a faite lui-même et qui met les choses au point.

Cet album est celui de l’artiste considéré comme le meilleur bluesman Britannique. Une voix rapeuse à la Tom Waits des débuts, un jeu de guitare qui se rapproche de Robert Cray, et ses textes, eux, sont du pur Siegal, acérés et poétiques.

Cela fait trente ans que Ian Siegal traîne sa dégaine dans la musique, récompensé de 10 British Blues Awards, European Blues Awards, sa carrière l’a mené jusqu’au Mississippi afin d’y enregistrer deux albums en 2011 et 2012.

Pour ce treizième album, il s’est entouré de Dusty Cigaar à la guitare, Danny Van’t Hoff à la basse et Rafael Schwiddessen aux tambours, les mêmes avec qui il avait enregistré le très remarqué One Night in Amsterdam, album live. Ils tournent ensemble depuis 4 ans et comme le dit Ian : "On n’est pas loin d’une sorte de télépathie".

Pour ce All The Rage, c’est Jimbo Mathus, originaire d’Oxford, Mississippi (et pour l’anecdote, sa nounou fut Rosetta Patton, la fille de Charlie) qui le produit, qui a aussi produit Sweet Tea de Buddy Guy et c’est suite à cet album de Ian Siegal a eu envie de travailler avec lui. Rêve réalisé. Pour conclure, ce titre, All The Rage est inspiré du climat politique actuel dans le monde.

Et maintenant, Mesdames et Messieurs place au très grand Fred Chapellier ! Et oui un "petit" Frenchie.

Mais attention pour cet album, Fred Chapelier s’est attaché les services de Dale Blade, phénoménal chanteur. Dale écoutait et allait voir Fats Domino (entre autres) dans les clubs de la Nouvelle Orléans et pour Fred Chapellier, la boucle est bouclée et il le dit lui-même, il est en totale cohérence dans sa démarche musicale.

On ne présente plus Fred Chapellier, guitariste de talent, qui a joué pour d’autres grands talents comme Otis Clay, Billy Price et pour les Vieilles Canailles. Cette fois, il ne se concentre que sur son jeu de guitare, et ça balance vraiment. J’aime ce blues généreux, qui flirte avec le rock et le rythm & blues. C’est vraiment une musique qui donne, ne cherche pas à se cacher, et laisse une place de choix à la voix de Dale Blade.

Les deux compères se sont retrouvés pour cet album après une première rencontre en 2014 au Cahors Blues Festival où ils avaient interprété ensemble un standard du rythm & blues. Trois ans après, ils collaborent sur un album. Les deux musiciens s’impressionnent mutuellement pour le jeu de guitare de l’un et pour l’énorme cocktail musical proposé au chant par l’autre. Le résultat est tout simplement bluffant. N’oublions pas les musiciens qui les accompagnent et sans qui cet album ne serait peut-être pas aussi brillant. A écouter d’urgence !

Et enfin, pour conclure, je te propose de retourner dans le Mississippi, le pays des grands bluesmen : Sunnyland Slim (pianiste), James Snooky Prior (harmoniciste), Earl Hooker ou encore John Lee Hooker, pour y découvrir le blues de Archie Lee Hooker, neveu de John Lee et cousin d’ Earl.

Dire que le blues et la musique est de famille est un euphémisme. Parti de son Mississippi natal à 13 ans pour rejoindre Memphis, Archie découvre un monde à l’opposé de son sud pauvre. De ce sud d’où partie la Poor People March en 1968, afin de protester de la pauvreté de cette population à 70 % noire.

Archie a fréquenté les plus grands musiciens d’exception alors qu’il vit chez son oncle John Lee. Il a vécu une vie de route, de musique et c’est en France qu’il a continué sa carrière en rejoignant Carl Wyatt & the Delta Voodoo Kings, pour tourner en Europe.

Archie reste simple, il a un projet et il le construit jour après jour et c’est entouré lui aussi de musiciens de talents qu’il le continue et le fait perdurer dans cet album, Chilling.

Voilà, j’espère que je t’ai donné envie de jeter une oreille attentive à ces 4 pépites du blues à côté desquelles, moi aussi, j’ai bien failli passer.

Bonne fin de vacances mon petit lecteur adoré et on se revoit à la rentrée !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Sue Foley
Le Bandcamp de Sue Foley
Le Soundcloud de Sue Foley
Le Facebook de Sue Foley
Le site officiel de Ian Siegal
Le Soundcloud de Ian Siegal
Le Facebook de Ian Siegal
Le site officiel de Fred Chapellier
Le Soundcloud de Fred Chapellier
Le Facebook de Fred Chapellier
Le site officiel de Archie Lee Hooker
Le Soundcloud de Archie Lee Hooker
Le Facebook de Archie Lee Hooker


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=