Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Forêt obscure
Nicole Krauss  (Editions de l'Olivier)  août 2018

Retrouver Nicole Krauss est toujours un immense plaisir. Découverte avec le magnifique L’histoire de l’amour, paru il y a déjà plus de dix ans, c’est en sa compagnie que commence mon long marathon de lecture de la rentrée littéraire de septembre 2018. Une fois encore, l’auteure américaine nous offre un superbe livre qui, je l’espère, se poursuivra par la lecture d’autres très bons romans.

Il aura donc fallu attendre sept ans pour voir le retour de Nicole Krauss dans les rayons des librairies françaises. Avec Forêt obscure, publié aux éditions de l’Olivier, elle marque donc son grand retour avec un roman construit autour de deux personnages principaux et d’une histoire extrêmement originale.

L’ouvrage débute autour du personnage de Jules Epstein, un homme d’affaires juif new-yorkais qui décide à la fin de sa vie de tout abandonner pour retourner en Israël. Il disparaît sans laisser de traces et les premiers chapitres nous permettent de connaître son parcours professionnel et familial notamment autour de ses enfants qui tentent de trouver une explication à sa disparition.

Nicole, le double de l’auteure, est un écrivain connu en mal d’écriture, au bord du divorce qui décide de retourner dans la ville de ses vacances enfantines. Les deux vont se retrouver à l’hôtel Hilton de Tel-Aviv, en photo sur plusieurs pages dans le livre.

Epstein va y retrouver un rabbin qui l’a invité à une réunion en présence de descendants de David. Nicole, de son côté, rencontre un professeur de littérature qui va lui confier une mission d’un ordre un peu spécial concernant Kafka. Evidemment, les deux histoires se répondent et permettent aux deux protagonistes de se poser de nombreuses questions philosophiques et théologiques. Nicole et Epstein ont en commun d’être en manque de repères, sur le point de s’effondrer qui vont connaître la révélation. Pour eux, la métamorphose, encore une référence à Kafka, ne peut avoir lieu qu’en Israël. Et évidemment, la judéité de Nicole Krauss est encore très présente dans son dernier livre.

Comme à son habitude, l’auteur nous embarque alors dans un superbe roman qui va explorer de nombreuses thématiques comme celles concernant l’accomplissement de soi et les métamorphoses intimes autour d’un voyage où la réalité n’est pas toujours certaine et où le fantastique est toujours à l’affût. Le livre nous montre aussi la grande imagination de l’auteur, capable de nous proposer Kafka autour d’une seconde vie en tant que jardinier en Israël.

Nicole Krauss manie toujours avec talent la digression. On la suit avec plaisir pendant une bonne partie du livre sans savoir vraiment où elle nous mène pour aboutir sur un final éblouissant qui va nous révéler définitivement qui sont Nicole et Epstein et quelle est leur véritable quête.

L’hôtel Hilton de Tel-Aviv joue un rôle fondamental dans le livre, il est comme un personnage autour duquel se déroule l’histoire d’Epstein et de Nicole. Kafka aussi a une place particulière dans l’ouvrage. Lui aussi, nous dit l’auteur, eut ce désir de fuite au cours de sa vie.

Reste le titre, Forêt obscure, étrange titre emprunté, nous dit Nicole Krauss, au premier vers de l’Enfer. La forêt est omniprésente dans le livre, essentiellement sous la forme de métaphores. Elle est un lieu d’abandon, un lieu où l’on se perd aussi. Elle est aussi lieu d’obscurité comme nous l’indique le titre. Nous même lecteurs, on se perd aussi un peu dans les digressions de l’auteure qui réussit néanmoins à nous emmener avec passion vers l’épilogue.

Avec Forêt obscure, Nicole Krauss confirme tout le bien que je pense d’elle. Son dernier livre, exigeant au niveau de la lecture mais tellement bien écrit se savoure comme on déguste un millésime. Une fois le livre terminé, on se rend compte que l’on possède alors un très grand roman dans sa bibliothèque.

Que dire de plus alors, sinon que cette rentrée littéraire commence merveilleusement bien avec le dernier ouvrage de Nicole Krauss.

 

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Nicole Krauss
\r\n Le Facebook de Nicole Krauss


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=