Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Belle
  (août 2018) 

Réalisé par Arunas Zebrunias. Lituanie. Comédie dramatique. 1h05 (Sortie le 22 août 2018 – 1ère sortie 1969). Avec Inga Mickyté, Lilija Zadeikyté, Arvidas Samukas et Tauras Ragalevicius.

D'abord féliciter le distributeur indépendant E.D. Avec "La Belle" d'Arunas Zebrunias, Manuel Attali et sa petite bande montrent une fois de plus qu'ils aiment le cinéma, ont le don de dénicher des perles rares et l'envie de partager leurs coups de cœur avec le public.

Il aura donc fallu un bon demi-siècle pour que "La Belle" sorte dans les salles françaises.

Attention ! Ce n'est pas parce qu'Inga danse au son d'une envoûtante ritournelle "enfantine", que "La Belle" doit être estampillé "film pour enfants".

Car "La Belle", qui commence par un très beau 360°, est une œuvre qui raconte l'enfance avec une telle générosité, une telle malice, une telle poésie, qu'elle s'adresse aussi bien à ceux qui sont en train de vivre leur dix ans qu'à ceux qui les ont déjà vécu depuis longtemps.

Le cinéaste, Arunas Zebrunias, disait que ses films étaient des "films pour adultes sur les enfants" et c'est incontestable que "La Belle", dans son noir et blanc intemporel (presque un "noir et blond" tant les cheveux d'Inga irradient), avec sa durée (trop courte) et son imprégnante musique (de Viaceslavas Ganelinas) exhale le parfum de l'enfance.

Une enfance qui s'enfuit ou se corrompt un peu quand apparaît un intrus qui ne respecte pas les jeux qui fédéraient les petits garçons et les petites filles de ce quartier populaire de Vilnius. Oh ! Il n'est pas méchant ce "nouveau garçon". Simplement, il cherche sa place dans le groupe et pour l'obtenir il faut bien se faire remarquer et raisonner...

Car Arunas Zebrunias le proclame sans le claironner : l'imagination est l'ennemi de la raison, la poésie celle de la réalité. Alors, mettre en doute la beauté de la "Belle", la dire "laide", ce n'est pas qu'une proposition gratuite et anodine...

Dans "La Belle" d'Arunas Zebriuna, l'enfance heureuse est soudain assiégée par le monde des grands. Mais qu'à cela ne tienne : les enfants, et particulièrement Inga, l'incroyable petite blonde maigrelette aux yeux si scrutateurs, ont de la ressource. Ils ont compris qu'il faut danser, avec les pieds, avec les mains... et que le mauvais goût des adultes n'y résistera pas.

Mine de rien, sorti de son néant, "La Belle" d'Arunas Zebrunias est peut-être un des plus beaux films que l'on verra dans sa vie. En tout cas, si l'on se refuse aux superlatifs dévalorisés, "La Belle" est un film comme on en voit peu. Sa fraîcheur est intacte. Sa beauté aussi.

Il faut courir jouer avec Inga et ses amis pour comprendre que le temps a beau tout faire pour donner l'illusion du contraire : jamais aucune enfance n'est perdue.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=