Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rétrospective Leo McCarey
Cinémathèque française  Du 29 août au 24 septembre 2018

Dans le cadre de la Rétrospective Leo McCarey du 29 août au 24 septembre 2018, la Cinémathèque française projetait "Ruggles of Red Gap (Extravagant Mr Ruggles)" précédé de deux courts métrages accompagnés au piano par Serge Bromberg : "Mighty like a mouse (Le Mari à double face)" de Leo McCarey et "Big Business (Œil pour œil)" de James W. Horne.

"Big Business (Œil pour œil)"
Réalisé par James W. Horne. Etats-Unis. Comédie. 1929. 19 minutes. Avec Stan Laurel, Oliver Hardy et James Finlayson.

"Mighty Like A Moose (A visage découvert)"
Réalisé par Leo Mc Carey. Etats-Unis. Comédie. 1926. 23 minutes. Avec Charley Chase, Vivien Oakland, et Charles Clary.

Mercredi 29 août 2018, on a beaucoup ri à la Cinémathèque française. Il y avait Laurel et Hardy, anarchistes en diable, forces de destruction absolues qui démontaient une maison et saccageaient un jardin avec une énergie qui faisait plaisir à voir.

Il y avait Charley Chase qui courait dans tous les sens pour échapper à sa femme. Sans savoir que sa femme essayait aussi de lui échapper. Bien sûr, si ces deux-là courent, c’est pour mieux se retrouver.

C’était des cavalcades, des gags en pagaille, un goût de la transgression furieusement communicatif qui se répandait dans la salle. Un rire qu’on doit au génie comique des acteurs, mais aussi à la mise en scène libre et élégante de Leo McCarey, à qui l’on rendait hommage ce soir-là.

Dès "Mighty like a mouse" (1926), on retrouve ces couples qui se fuient et se cherchent sans le savoir, de part et d’autre d’une porte, comme dans "The awful truth", dos-à-dos, à l’image du couple des deux Elle et lui, qui se réunissent, enfin, pour qu’on puisse espérer que tout finisse bien.

Sous les rires, il y a aussi la mélancolie qui sourd : les rendez-vous manqués, les mariages qui se défont, la vie qui passe, au son de quelques notes de piano ou au détour d’une promenade à deux, la dernière des deux vieillards de Make way for tomorrow.

Mais, puisque cette soirée était placée sous le signe du rire, c’est Mr Ruggles qui a ouvert le bal.

"Ruggles of Red Gap (L'extravagant Mister Ruggles).
Réalisé par Leo McCarey. Etats-Unis. Comédie. 1934. 1h30. Avec Charles Laughton, Charles Ruggles, Mary Boland, Zazu Pitts et Effie Floud.

Une ouverture impeccable, comme on pouvait s’y attendre de la part d‘un majordome de cette qualité. Un bon domestique - anglais, cela va de soi - sait parer à toute éventualité.

Il connaît son maître mieux que lui-même ; il sait avec quelle cravate assortir un complet de flanelle gris perle, et quelle paire de guêtre accompagnera le mieux les chaussures de ville. Avec lui, jamais le thé ne sera servi froid. Il règle les problèmes avant même qu’ils ne se posent. Bref, un homme d’exception et de talent.

Mais il y a des choses auxquelles même le meilleur des majordomes ne peut se préparer. Etre perdu au poker par son maître en fait certainement partie. Voici donc Ruggles (Charles Laughton), dont la famille est au service de celle du comte de Burnstead (Roland Young) depuis des générations, amené au cœur d’un territoire inhospitalier et sauvage, où l’on porte des complets à carreaux, vocifère dans la rue et se soucie comme d’une guigne des distinctions sociales : Red Gap, Washington D.C.

Ruggles se frotte au problème le plus épineux de sa carrière sans tache : transformer Egbert Floud (Charles Ruggles), amateur de bière et de chansons, en un parfait gentleman. A moins que ce ne soit Ruggles qui, au contact du nouveau monde, ne commence à envoyer valser canne et chapeau melon…

Le premier ressort comique de "Ruggles of Red Gap", de Leo McCarey, réside dans l’opposition entre Angleterre et Amérique, ancien et nouveau monde. La caricature - raideur toute british de Charles Laughton vs infantilisme d’Egbert - fait merveille dans ce Paris de la Belle Epoque où commence l’action. Le film mêle ainsi un humour bon enfant au pince-sans-rire britannique, offrant des moments de comiques assez wodehousiens, entre non-sens et vaudeville.

Ce qui semble amuser plus encore Leo McCarey, c’est le déraillement de Ruggles, majordome impeccable qui se laisse séduire par les joies de la vie américaine, et entraîné malgré lui dans des situations extravagantes.

Gardien de l’élégance européenne, il n’arrive jamais à asseoir son autorité sur Floud, qui lui échappe en permanence. Si Ruggles est partisan de la ligne droite (conformité, hérédité et traditions), Egbert est plutôt un homme du virage, qui dévie en permanence de sa course pour trouver, au détour d’une rue, de quoi s’amuser.

Leo McCarey se concentre de plus en plus sur le visage de son héros, qui s’anime à mesure que le film progresse, et que l’émotion gagne. C’est un visage qui s’ouvre à l’amour, incarné par Zasu Pitts, grande actrice du muet.

C’est la découverte de la vie en communauté, une vie joyeuse, portée par des fêtes et des rires. Leo McCarey dépeint avec tendresse cette ville encore un peu sauvage, où les hommes ressemblent à des cow-boys, et où les distinctions parisiennes, incarnées par la vigoureuse Effie Floud, ne parviennent guère à s’implanter.

L’étranger qu’est Ruggles finit par jouer un rôle fondamental dans cette société qui l’accueille à bras ouverts. Il n’incarne plus uniquement la vieille Europe, il est le rappel vivant des espoirs portés par les Pères fondateurs : faire de l’Amérique une terre d’abondance, où chacun naît libre et égal.

Dans l’une des plus belles scènes du film, les clients du bar s’interrogent sur le discours d’Abraham Lincoln à Gettysburg. Que disait-il déjà ? Le garçon passe, interroge tout le monde au cours d’un élégant plan-séquence où s’enchaînent les saynètes comiques. Ces mots de Lincoln, tout le monde les a oubliés.

C’est un étranger, Ruggles, qui les connaît. A lui qui n’est pas né dans un monde d’égaux, les mots du Président vont droit au cœur. Il les répète à ses amis, simplement. A travers ce discours, Ruggles se découvre homme ; mais il fait bien plus : il recrée autour de lui une unité un peu oubliée.

Il dit ce que doit être l’Amérique, ce que chacun doit préserver. Un rappel qui résonne, de manière douloureuse, dans l’Amérique contemporaine.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=