Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tendresse à quai
Studio Hébertot  (Paris)  septembre 2018

Comédie dramatique de Henri Courseaux, mise en scène de Stéphane Cottin, avec Henri Courseaux et Marie Frémont.

Comme on est jamais mieux servi que par soi-même, Henri Courseaux propose avec "Tendresse à quai" un spectacle où il peut déployer toute sa fantaisie, tout son humour, toute son émotion.

Acteur indispensable depuis presque un demi-siècle, il donne ici toute sa mesure poétique et lunaire dans le personnage de Léon Brémont, Prix Goncourt il y a déjà 34 ans et qui, depuis, ne produit plus que des débuts qui n'ont jamais de fin.

Sur le quai hypothétique d'une gare, il croise une jeune femme d'une trentaine d'années et imagine combien il serait doux de l'étreindre, paternellement bien sûr, en prononçant d'un ton rassurant "Je suis là".

Dans son texte à tiroirs où les critiques de théâtre et les lecteurs de Télérama ont droit de cité, il se moque gentiment des mises en abyme sans que l'on sache s'il a la pédanterie de mettre un "y" à la place du "i" dans ces "abîmes" théâtraux.

Prétexte à beaux moments où le vieil homme et la jeune femme vont vraiment (ou pas) se rencontrer, "Tendresse à quai" se savoure sans chercher à tout démêler. On y gagne le plaisir de voir deux acteurs en liberté et à leur meilleur.

Habillé astucieusement en vieil auteur compassé mais tout de même élégant par Choupane Abello Tcherpachian, Henri Courseaux ne détonne pas avec Marie Frémont en vraie-fausse cadre chargée des "Relations humaines". Celle qui s'appelait Colette devient Madeleine et elle a bien des points communs avec la Madeleine de Brel, celle qu'on attend et qui ne vient pas.

Devant un fond de ciel qui varie selon leurs humeurs, ils évoluent sur une scène, subtilement éclairée par Marie-Hélène Pinon, dans laquelle de part et d'autre, deux paravents tourniquets font office tour à tour de table de cafés, de bureau ou de penderies. Stéphane Cottin, grâce à ce dispositif, rend très dynamique le mélange de monologues et de dialogues, l'intervention de pensées off et les extraits d'un faux "Masque et la plume" qu'écoute la jeune femme grâce aux écouteurs de son portable.

Mine de rien, avec "Tendresse à quai", Henri Courseaux a réussi un hymne à la recherche du bonheur. Un hymne d'autant plus réussi que ces personnages le trouvent, ce bonheur insaisissable, dans une pirouette finale qu'on n'a vraiment pas vu venir.

"Tendresse à quai" est une vraie réussite qui devrait convaincre un large public.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=